APABUFAD: Les infrastructures du centre de formation trônent majestueusement à Sissamba

Lancée le 25 février 2021, la construction du centre polyvalent  de formation de Ouahigouya, fruit d’un partenariat entre l’Association Arbre à Palabre pour le développement du Burkina Faso (APABUFAD)  et l’Ambassade du Japon  à travers la Direction générale de la coopération ont duré 7 mois. L’inauguration de ce centre trônant majestueusement à Sissamba, village de la commune de Ouahigouya  a été effectuée  le  mardi 14 juin 2021 .C’était en présence des responsables de l’association, d’une mission de la DGCOOP, d’autorités locales et d’une population fortement mobilisée. 

La cérémonie d’inauguration du centre polyvalent de formation de Ouahigouya a connu la présence des autorités locales

  80 000  000 CFA  c’est le coût  de ce centre polyvalent   de formation  financé par l’Ambassade du Japon. Il est composé de deux bâtiments comprenant 7 salles de classes, un bâtiment administratif, une cuisine, un magasin, un forage et des latrines. ‘’Les mots me manquent pour traduire exactement notre joie. L’inauguration de ce centre est la concrétisation d’un rêve’’ a laissé entendre   Mahamadi Ouedraogo, secrétaire permanent du centre de formation.

Une vue d’un des bâtiments abritant les classes

« Ce joyau sera désormais un temple du savoir, un centre de conception, en espace du donner et du recevoir » a-t-il indiqué avant de traduire ses remerciements à l’Ambassade du Japon et à la direction générale de la coopération. Il a    fait remarquer que l’Association Arbre à Palabre pour le Développement du Burkina Faso attache  une importance particulière  à la formation aux métiers , estimant qu’elle est la  voie  royale pour faciliter l’employabilité des jeunes et  lutter contre le chômage.

                                                                     Sollicitation d’une 2eme phase du projet

Le secrétaire permanent du centre polyvalent , Mahamady Ouédraogo a plaidé pour une deuxiéme phase du projet afin de permettre l’acquisition d’autres infrastructures

 Applaudissant cette belle complicité entre l’APABUFAD , la DGCOOP et l’Ambassade  du Japon  pour une autonomisation des jeunes de la région du Nord , le porte-parole de l’APABUFAD a plaidé pour l’acquisition d’autres réalisations qui participeront à un meilleur rayonnement de ce centre polyvalent « Nous  saisissons l’occasion pour solliciter du partenaire technique et financier une deuxième phase du projet dans le but de clôturer le centre , construire une salle de conférence aux normes internationales , des dortoirs, une adduction d’eau potable et des équipements pour les filiéres de formation » a plaidé  Mahamadi Ouédraogo .

La représentante de la direction générale de la coopération a promis que la doléance sera transmise à qui de droit

La représentante  de la direction générale  de la coopération, Mme Sawadogo /Kaboré Noëllie   a réagi sur le champ « Nous avons entendu la doléance du secrétaire permanent. Cette doléance sera transmise à qui de  droit » a-t-elle promis.

                                                                       Excellente relation entre le Japon et le Burkina   

Elle a traduit  l’excellence des relations entre le Burkina Faso et le Japon, marquée par  de multiples appuis dans des domaines tels que l’éducation, l’agriculture et des investissements dans le secteur  de la formation technique et professionnelle. Elle a aussi apprécié  l’engagement et le dynamise de l’APABUFAD dans la préparation et l’exécution de ce projet.

« Votre implication a largement contribué à l’aboutissement  heureux de ce projet dans les délais et cela pour le bonheur des populations bénéficiaires » s’est-elle réjouie.  L’accompagnement du conseil régional du Nord et de la commune de Ouahigouya a été aussi apprécié par Mme Sawadogo /Kaboré Noellie.  

                                                                                  Qualification des jeunes et création d’emplois

Le représentant du président du conseil régional du Nord estime que a réalisation de ce centre polyvalent de formation est une belle opportunité pour la région du Nord

Le président de la commission Affaires générales du conseil régional du Nord, Lassané Doga, représentant le président du conseil régional  pour sa part confie   que ce centre polyvalent de formation est un trésor  qui participera à la qualification des  jeunes. Il soutient que le développement de cette région passe par la formation conséquence de sa jeunesse.

Une salle de réunion à l’intérieur du bâtiment administratif

C’est pourquoi il est confiant que les filiéres qui seront développées dans ce centre polyvalent de formation  notamment la teinture, la menuiserie métallique, le tissage, la transformation agro-alimentaire permettront aux apprenants de créer des entreprises viables, concourant  à la création d’emplois et au renforcement du tissu économique de la région.  

                                                                                                        Inculquer des valeurs

Comme pour donner des repères aux jeunes et leur inculquer des valeurs, les dirigeants  du centre ont choisi de baptiser les salles de classes  aux noms d’illustres défunts  fils de la région qui ont œuvré pour son développement : La classe N°1 porte le nom de Thomas Sankara, la classe N°2 celui de  Bernard Lédéa Ouédraogo. Devant les classes N°3, N°4, N°5, N°7, sont affichés respectivement les noms de Salifou Diallo, Bougraoua Ouédraogo, Gérard Kango Ouédraogo, Alphonse Arzouma Ouédraogo. Une salle a été baptisée au nom de l’ambassade du Japon et porte le nom de Kaizen.

Marie Rose Sawadogo/Ouédraogo a apprécié la vision de l’APABUFAD

Prenant la parole au nom des familles dont les classes portent les noms, l’ancien député Marie Rose Sawadogo/Ouédraogo, fille de feu Gérard Kango Ouédraogo a félicité l’APABUFAD pour sa vision.

L’objectif de centre est de contribuer à l’insertion dans l’emploi des jeunes et des femmes aux métiers à travers la formation professionnelle des jeunes et femmes de la commune de Ouahigouya et ses villages rattachés

Elle conseille de faire en sorte  que la détermination que ces devanciers ont fait montre pour asseoir  le développement de leur région et leur combat pour unir ses fils et filles inspirent la jeune génération. Elle propose que l’histoire de ces personnalités émérites soit enseignée dans les différentes classes.

Inoussa Ouédraogo

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *