Déplacés interne au Yatenga : Amirah Ouédraogo ravive la flamme de la solidarité et du partage.

Le  Grand hangar  de la Fédération nationale des Groupements naam(FNGN)    a abrité le samedi 30 avril 2022, une cérémonie  de remise de dons à une cinquantaine de personnes déplacées interne, installées sur des sites à Ouahigouya. L’initiative est  de  Amirah Ouédraogo, épouse de Balkuy Naaba

                            

                                  

Ces déplacés internes réunis sous le grand hangar de la FNGN , sont repartis chacun avec une natte , un seau et 5kg de riz

Pénitence, partage, solidarité, amour du prochain,   ce sont entre autres les valeurs qui caractérisent la période de Ramadan. . Magnifiant ces recommandations, Amirah Ouédraogo a choisi de venir au secours d’une cinquantaine de personnes victimes de l’insécurité, obligées  de fuir  leurs localités pour s’installer à Ouahigouya.

Dans cette course pour survivre , les femmes sont les plus exposées

Pour des gens qui ont pris leurs jambes au cou, abandonnant tout  pour sauver leurs vies, se nourrir quotidiennement est un véritable calvaire, encore moins  trouver de quoi pour s’accorder un repas  spéciale le jour d’une fête comme celle du Ramadan.  Ce samedi 30 avril 2022, plusieurs de la cinquantaine des personnes déplacées installées sous le hangar de la FNGN contenaient difficilement leur sourire.

                             Bouffée d’oxygène

Beneficiaires , personnes de ressource et donatrice
SAMSUNG CAMERA PICTURES

La composition de la dotation pour chaque bénéficiaire   était perçue comme une bouffée d’oxygène. Chaque kit contenait un sac de riz de 5kg, une natte et un seau. Ce ressortissant du village de Tibou dans la commune de Sollé, province du Lorum, Alidou Konfé  dit manquer de mots pour apprécier le geste   de la donatrice.

Alidou Konfé , le porte parole des beneficiaire a traduit des bénédictions à la donatrice

Il avoue que se nourrir et sur quoi dormir sont les principales préoccupations des victimes de l’insécurité. Et d’avouer   que Amirah Ouédraogo, épouse de Balkuy Naaba leur enlève une épine du pied.

                                           La solidarité avant tout

 Pour lui, face à  cette entreprise orchestrée par les individus armés pour cultiver le mal, effriter le vivre ensemble, la réponse efficace reste la solidarité et il se réjoui  de constater que  c’est une jeune dame qui  magnifie cette valeur.

La donatrice, sa mère et le porte-parole des bénéficiaires

Au nom de tous les bénéficiaires, Alidou  konfé a traduit des bénédictions à l’épouse du naaba de Balkuy. Il lui a souhaité le bonheur dans  son foyer et surtout la réussite dans ses activités et projets. Il a réaffirmé qu’en cette période de tourmente et de débrouillardises pour survivre, bénéficier de la compassion de son semblable suscite de l’espoir,  le courage de résister et de se battre.

                    Rendre supportable le poids des souffrances

La reine de Balkuy a remis la dotation sous le regard bienveillant de sa mère

Sous les regards bienveillants de sa génitrice et de personnes de ressources, Amirah Ouédraogo, épouse du naaba de Balkuy a pris la parole pour signifier que son geste ne traduit aucunement l’exposition d’une quelconque richesse, mais un simple devoir d’aider  les déplacés à  supporter le poids de leurs souffrances.

Elle a précisé que son geste est loin d’être l’étage d’une quelque aisance , mais un devoir d’aider les personnes déplacées internes

Il est souhaitable insiste –t- elle   que chaque citoyen aide l’autre à ce que le poids de sa douleur soit supportable.   « Mon acte ne veut pas dire que je suis riche.  Mais  au regard des difficultés que rencontrent  ces personnes déplacées, nous nous devons  de partager avec eux le peu que nous avons. Elles sont nos mamans, nos pères,  nos frères,  nos sœurs à qui on impose la  vie de misère et  la  perte de leur dignité. Nous nous devons de les assister »  confie-t-elle.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Comme quoi la solidarité nourrit les racines, desquelles se tisse la fraternité. Elle termine en invitant l’ensemble des citoyens à faire du partage avec les personnes déplacées internes un réflexe quotidien. 

                                                                                    Inoussa Ouédraogo (Stagiaire)

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *