Droits de la femme : Song-Taaba déroule les textes juridiques à des femmes de Titao et de Ouindigui.

Le mardi 30 août 2022, la salle de réunion de l’association des Jeunes pour le Bien-être Familial (AJBF) a abrité un atelier de restitution de la compilation des contextes juridiques en faveur des femmes locales. Cette initiative est de l’Association Song-Taaba (AST) dans le cadre de son Projet de Renforcement  de la Participation Communautaire  des Femmes Rurales (PREFER). Présidé par le Haut Commissaire de la province du Lorum, cet atelier a vu la présence des autorités locales des femmes de Titao et de la commune de Ouindigui.

Pour les participantes , grâce à cette restitution , elles pourront défendre vaillamment leurs droits

Le projet PREFER, financé par OXFAM-CANADA et lancé en mai 2021 à Titao par Djibril Bassolé, Haut-commissaire de la province du Loroum pour une durée de 3 ans est une initiative de l’association Song-Taaba pour la promotion d’un développement durable. Dans le cadre de la mise en œuvre des ses activités, l’AST, par ce présent atelier vise à outiller les femmes sur les textes juridiques de leurs droits.

Dijibril Bassolet, Haut-Commissaire du Lorum a salué la mise en œuvre de ce projet dans ce contexte sécuritaire difficile

 Pour le premier responsable de la province de Loroum, le projet est venu à point nommé, car la population était face à de nombreuses difficultés. Cette initiative est une sorte de renforcement de résilience des populations surtout celui des couches les plus vulnérables a-t-il fait savoir.

Ils ont souhaité la multiplication des initiatives permettant la vulgarisation des textes encadrant les droits des femmes

C’est pourquoi il invite l’ensemble des partenaires et les femmes bénéficiaires de ce projet à accompagner l’initiative afin qu’elle puisse atteindre son objectif. Tout en appréciant l’initiative de renforcement de capacité sur les textes juridiques,  le Haut commissaire dit être convaincu que le projet atteindra son but au regard des activités déjà menées malgré le contexte d’insécurité.

la coordinatrice de l’association Song-Taaba,Mme Sawadogo Joséphine /Tapsoba a invité les participants a enseigné les connaissances acquises aux autres femmes

Pour la coordinatrice de l’association Song-Taaba,Mme Sawadogo Joséphine /Tapsoba  le but de cet atelier est de permettre aux autorités locales de s’approprier des textes juridiques entrant dans le cadre de la défense des droits des femmes et des filles. Satisfaite de la forte participation de toutes les couches ciblées, pour elle cela témoigne tout l’intérêt qu’elles portent pour la réussite de ce projet. Elle a lancé une invite à toutes les femmes participantes de bien vouloir sensibiliser leur entourage sur toutes les connaissances acquises pour faire respecter  les droits de la femme.

Celui qui s’est chargé d’éclairer la lanterne des participants et participantes sur les textes régissant les droits de la femme

Après la cérémonie d’ouverture, le communicateur dans une présentation en moré et en français a éclairé les  participants  sur les droits internationaux, régionaux et nationaux régissant encadrant les droits des femmes.   

Maimouna Ouédraogo, bénéficiaire du projet dit être comblée de joie d’avoir pris part à cette formation

Maimouna Ouédraogo, bénéficiaire du projet dit être comblée de joie d’avoir pris part à cette formation. Pour elle, le  droit de la femme était un slogan qu’on chantait pour les endormir. Mais à travers cet atelier, elle  dit avoir des rudiments nécessaires pour convaincre ceux qui sont toujours dans l’ignorance  et combattre toute sorte de violation des droits.

Elles ont suivi cette restitution des textes juridiques avec intérêt

L’ensemble des participants ont tous souligné l’importance d’une telle initiative. Appel a été lancé à l’association Song-Taaba à se donner les moyens pour organiser régulièrement  ces types de rencontre, participant à renforcer les compétences de la gente féminine dans la promotion et le respect de ses droits. La présidente de Song-Taaba pour sa part Joséphine Sawadogo / Tapsoba a pour sa part traduisant sa reconnaissance et ses remerciements à OXFAM CANADA pour son engagement à faire des femmes en milieu rural des citoyennes épanouies et engagées dans le développement de leurs localités

Inoussa Ouédraogo

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *