« Le cuiseur solaire, un outil permettant de cuire facilement les aliments, protéger le couvert végétal et d’éviter l’émission du CO2 » selon Soumaila Gansoré, président de Planète Verte

Faso Nord Info(FNI) : pouvez-vous vous présentez à nos lecteurs qui ne vous connaîtraient pas ?

SoumaÏla Gansonré(SG) : je suis SoumaÏla Gansonré, président de l’association Planète Verte. Notre association a vu le jour en 2008. Elle est née de la volonté d’un certain nombre de jeunes de la région du nord qui au-delà de leurs activités ordinaires ont vu la nécessité de se concerter, de fédérer leurs énergies dans le domaine de la protection de l’environnement. Il faut signaler que nous avons eu notre récépissé de reconnaissance régionale le 18septembe /2009 et nationale le 10 septembre 2015. Aussi avec l’avènement de la loi 064 sous la transition, nous avons renouvelé nos instances et nous disposons d’un nouveau récépissé qui date du 19 janvier 2019. Nous précisons que tous ces récépissés ont fait l’objet de publication au J.O.B.F. Notre domaine d’intervention c’est l’environnement et le développement humain durable. Nous intervenons dans la région du Nord, du centre, du plateau-central et le centre-ouest. L’association planète verte est membre du cadre de concertation des associations et mouvement de jeunesse de Ouahigouya, membre du conseil national des organisations de lutte contre les changements climatiques de la région du nord.

FNI : dans votre dynamique de la protection de l’environnement votre association a inventé le Cuiseur Solaire. Dites-nous ce qu’est un cuiseur solaire ?

SG : un cuiseur solaire est un instrument conçu pour la cuisson des repas. C’est un appareil qui capte les rayons solaires, les concentre à un point focal où un foyer est aménagé pour déposer la marmite.

FNI : quels sont les différents types de cuiseurs ?

SG : il y a les cookits qui sont moins performants, les cuiseurs off set, les cuiseurs paraboliques, le blazeng tube, le solario, etc.

FNI : quel est le meilleur type de cuiseur parmi ces variétés ?

SG : il faut dire que c’est le solario qui est la meilleure qualité. D’une manière générale le cuiseur solaire est une invention européenne et c’est en 2012 avec le soutien de nos partenaires que nous avons fait les premières démonstrations auprès des populations et travaillé à sa vulgarisation. Nous avons réussi par la suite a fabriqué le solario qui est très performant en matière d’efficacité. C’est d’ailleurs l’un des cuiseurs les plus performants au monde. Et jusqu’à présent c’est ce type de cuiseur qui répond au mieux aux préoccupations des utilisateurs. En clair, son utilisation est facile, son entretien également avec des pièces recyclables et émet zéro CO2.

FNI : Est-ce que cet appareil est utilisable toute l’année ?

SG : comme son nom l’indique, c’est un outil qui fonctionne suivant les rayons solaires. C’est dire qu’à chaque fois qu’il y a du soleil à fort rayons, le solario fonctionne de manière optimale. En tous les cas, les études que nous avons menées nous montrent que le solario fonctionne de 210 à 230 jours l’année. Et au cours de la journée, il fonctionne entre 8h et 16h. Avant 8h et après 16h il y a un problème d’angle d’ensoleillement qui se pose. Cela va sans dire que l’appareil est inutilisable la nuit. Là aussi nous avons réfléchi et avons inventé un dispositif appelé ‘’Bitamtoré’’ qui est en réalité un panier thermos dans lequel les familles qui utilisent les cuiseurs solaires gardent la nourriture toujours chaude même jusqu’au lendemain.

FNI : comment comptez-vous travaillez  pour vulgariser ces trouvailles salvatrices ?

SG : de 2012 à maintenant nous avons organisé plusieurs séances de sensibilisation, des sorties, des démonstrations aussi bien dans la région qu’à l’intérieur du pays. Nous avons en outre participé à beaucoup de foires au cours desquelles nous avons fait des expositions. Toutes ces actions rentrent dans le cadre de la vulgarisation du produit. Et la population commence à adhérer fortement. A titre illustratif, nous avons équipé plus de 400 familles du solario et des paniers thermos ‘’Bitamtoré’’. De plus, avec les partenaires nous sommes en train de mettre en œuvre un projet dénommé ‘’projet mille’’ qui vise à équiper 1.000 familles du Burkina Faso en kits de développement durable à savoir le cuiseur solaire solario et les foyers améliorés de type cuiseur à bois économique. Nous vulgarisons nos produits à travers la page facebook de l’association et aussi à travers les rapports d’activités que nous concevons.

FNI : Comment peut-on acquérir un cuiseur solaire et à quel prix ?

SG : le cuiseur solaire est facile à acquérir. Il vous suffit de prendre attache avec l’association. Il y a des fiches de souscription que vous renseignez. Chaque famille intéressée paie une contribution de 50.000FCFA et payable en plusieurs tranches en fonction de vos moyens. Et cette contribution prend en compte le transport du matériel, la prise en charge des animatrices, etc. Rappelons que cette contribution est valable pour tous les demandeurs à travers le pays.

FNI : Est-ce que le solario a une date de péremption ?

SG : Non. Notre cuiseur ne se périme pas. Mais comme tout appareil son efficacité peut diminuer au fil des ans mais cela ne veut pas dire qu’il peut y avoir un moment où il faut   jeter  le solario. Si l’entretien est bien suivi, le cuiseur fonctionne correctement. Si à un moment donné, il y a des pièces qui sont défectueuses vous nous faites appel et le problème est vite résolu. Et la cerise sur le gâteau est que les deux premières années  nous assurons la maintenance gratuitement pour vous.

FNI : En quoi votre innovation en cuiseur solaire préserve-t-elle l’environnement ?

SG : cette innovation a beaucoup d’avantages en matière de protection du couvert végétal. D’abord, l’utilisation du solario n’émet pas de CO2 qui est un élément pollueur. Ensuite, lorsque vous avez le dispositif solario vous utiliserez désormais très peu le bois de chauffe. De plus, pour les utilisateurs du solario qui sont en ville, son usage aide à décourager ceux qui leur vendent le bois.

FNI : Vous êtes enseignant, comment arrivez-vous à concilier votre activité quotidienne et la vie de l’association ?

SG : tout est question d’organisation. Pour être plus précis, ce sont mes temps de repos, de loisirs, les jours fériés, les weekends que je mets à profit pour que tout fonctionne à merveille. Il faut noter que c’est un groupe et tout le monde joue sa partition.

FNI : votre dernier mot.

SG : je voudrais remercier solennellement les autorités politiques, administratives, coutumières, religieuses, militaires, paramilitaires pour leur accompagnement. Je ne saurai terminer sans remercier de vive voix nos partenaires qui ne ménagent aucun effort pour que l’association Planète Verte rayonne de jour en jour pour le bonheur des Burkinabè.

Témoignages de quelques utilisatrices du dispositif cuiseur solaire.

Mme Aminatou OUEDRAOGO, secteur 1/ Ouahigouya : « J’utilise le cuiseur solaire depuis 2012. Jusque-là, il n’y a pas de pannes majeures. Nous utilisons notre solario de 8h à 16h. Depuis que j’utilise cet outil, je fais des économies en argent puisque je n’achète plus du bois et très peu le gaz butane.

Mme Fatou ROMBA, secteur 1/ Ouahigouya : « Nous avons implanté le cuiseur solaire en 2013 et j’arrive à épargner plus d’argent. Même les enfants savent comment l’utiliser. Grâce au ‘’Bitamtoré’’, je conserve mes repas pendant longtemps surtout pendant le mois de carême. Cela me permet de me reposer convenablement et j’ai un gain de temps que j’utilise pour mener d’autres activités. J’utilise ce cuiseur tout au long de l’année à chaque fois qu’il y a du soleil. »

Propos recueilli et transcris par K. Norbert INAME

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *