Le MPSR et ses ouailles s’empiffrent, Titao broie du noir !

Venus disaient –ils, restaurer l’intégralité du territoire face à l’insécurité grandissante et opérer une refondation de la gouvernance, le MPSR et ses   acolytes ne  se sont pas donné du temps pour cacher leur supercherie. 

Annonçant pompeusement venir restaurer et sauvegarder l’intégrité du territoire , on n’est pas loin de la capitulation pour ce qui concerne la province du Lorum

Son président Henri-Paul Sandaogo Damiba qui pointait du doigt les responsables politiques d’être à l’origine des malheurs du Burkina n’a pas fait mieux que d’emboiter leurs pas. Après avoir  manipulé   le Conseil constitutionnel pour légitimer son  coup de force  qu’on assistera à des distributions de billets de banque  à des organisations fantoches de la société civile  pour s’offrir   une popularité . Se complaisant dans une ambiance de tâtonnement, les groupes armés accélèrent leurs  velléités d’occupation du territoire. 

venus se réfugier à Titao pour sortir des griffes armés , ces populations depuis trois ne bénéficient de la moindre assistance de leur état

Les cris de détresse des déplacés internes  du fait des agressions des terroristes et la montée exponentielle des prix des produits de première nécessité  n’ébranlent guère le gouvernement qui s’est donné le plaisir de s’emmurer pour s’octroyer des salaires faramineux. Le double que certains  de leurs prédécesseurs percevaient. Comme dans une boutique saccagée par des pilleurs, les membres de l’Assemblée législative de la transition à leur tour joueront des coudes comme des charognes   pour ramasser leur part du butin, s’accordant 2 millions de CFA par trimestre en plus de leurs émoluments, frais de sessions et autres avantages.

De nos jours , trouver la moindre graine pour piler relève d’un luxe

Avec un buffet autant garni et serviable à satiété, a-t-on  le temps pour entendre le cri de détresse et se soucier du sort des pauvres populations séquestrées par les groupes armés  à l’image de celles de la province du Lorum où « les hommes de la brousse » comme on les surnomme ont  bloqué l’accès. On a comme l’impression que l’instauration de l’intégrité du territoire n’est plus à l’ordre du jour. Que les habitants des zones occupées s’accommodent avec  leurs bourreaux pour survivre  et  si cela ne leur convient pas ; comme qui dirait qu’ils fassent leur «  coup d’état » pour se servir le minimum vital à défaut d’un buffet garni.  Maintenant que les nouveaux dirigeants se sont servis et qu’ils ont les os pour jeter aux vautours qui chantent leurs louanges, à  l’image des certains responsables d’OSC  et de leaders politiques, considérant  le président comme un béni- De dieu ou son envoyé,  qu’ils pensent au peuple affamé. Depuis 03 mois, des habitants de la province du Lorum manquent du minimum vital, obligés de braver les risques pour se procurer  des feuilles d’arbres pour survivre.   

La faim , c’est le quotidien de ces femmes de Titao et leurs bambins

Pour être sérieux, qu’en est –t- il de la montée en puissance tant chantée de l’armée, alors que depuis trois mois, elle peine à dérouler un convoi pour servir une population en détresse.    En quoi la situation sécuritaire du pays s’est améliorée si une partie de sa population comme celle de Titao  meurt de faim sous une séquestration de ses bourreaux ? Doit –on se convaincre que la province du Lorum est définitivement abandonnée aux groupes armés et que ses habitants ne doivent plus compter sur son État. Presque’ un an que les symboles de l’État n’y  existent plus,  les sièges du Haut-commissariat et de la mairie ramenés à Ouahigouya avec les portes des autres services déconcentrés complétement fermées.  A défaut de voir « l’envoyé de Dieu »  et son gouvernement    restaurer et   sauvegarder l’intégrité du territoire, les pauvres habitants de la cité des phacochères  attendent le minimum vital. A moins que de  la restauration, à la sauvegarde, on est passé à la capitulation pour ce qui concerne la province du Lorum.

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *