Personnes déplacées : Beog-Neeré soulage la faim de 130 ressortissants du Lorum.

130 ressortissants de la province du Lorum, habitant actuellement sur des sites d’accueil à Ouahigouya  ont bénéficié d’une dotation de vivres de la part de l’association  Beog-néeré, représenté par Karim Mandé. C’est le mouvement Lorum HOBTAM, une structure créée tout dernièrement  pour  venir en aide aux victimes de l’insécurité qui s’est chargé de la distribution des vivres le 26 mars 2022. 

Grace à ses personnes Beog-neeré a acquis 130 sacs de 25 kg de riz que le mouvement Lorum Hobtam s’est chargé de partager aux beneficiaires installés sur des sites d’accueil à Ouahigouya

Forçant le sourire sur une mine marquée par la souffrance, Amie Maiga  qui a quitté son Titao natal, les mains vides pour rejoindre   Ouahigouya  à cause des attaques des groupes armés  ne finit pas d’égrener les remerciements à l’endroit  de l’association Beog-Neré et Lorum Hobtam. 

Forçant le sourire , elle apprécie cette dotation comme un don de Dieu

Pour elle,  ce geste est un don de  Dieu, car   elle rencontrait de sérieuses difficultés pour se nourrir. Venues également de la même province les mains vides, ses camarades  acquiescent de la tête pour confirmer ses dires.  Leurs vœux, que Dieu comble de bonheur, l’association Beog-neré et ses partenaires en Europe. 

                                                            Culture de la solidarité

Karim Mandé , le président de Beog-neéré estime qu’en ces moments difficiles , la solidarité devrait être la chose la mieux partagée

Pour Karim Mandé, responsable de Beog-Neeré,  dans cette situation difficile, l’attitude qui vaille, c’est la culture de la solidarité. « Ceux qui sont sur le site aujourd’hui n’ont jamais souhaité vivre  ce sort, on leur a imposé et il sied qu’une solidarité agissante se cultive autour d’eux.   Que chacun se mette dans la tête qu’aujourd’hui, c’est lui, demain c’est toi et après-demain,  ça pourrait être moi » martèle –t-il, insistant que nous sommes tous des caimans d’une même marre et nous nous devons une assistance mutuelle. Explique Karim Mandé, c’est de passage sur les sites d’accueils avec des camarades qu’ils ont constaté les dures réalités auxquelles les déplacés sont confrontés.

                                                        Mutualisation des forces

Partageant la situation avec les partenaires de l’association, ces derniers très compatissants  et réactifs ont rapidement délié le cordon de la bourse  pour permettre  l’achat des 130 sacs de 25 kg de riz. L’implication du mouvement  Lorum Hobtam s’étant chargé  de la distribution des vivres répond  à une mutualisation des forces afin d’apporter des solutions aux difficultés vécues par les personnes déplacées.

Komi Madi , le président de Lorum Hobtam apprécie le geste de Beog-neerré à sa juste valeur

A entendre le représentant de cette structure Madi Komi, le geste de Béog-néeré fortement louable, apporte du baume au cœur. En plus de leur permettre d’avoir de quoi survivre, les bénéficiaires se convaincront que des gens au Burkina comme à l’extérieur  se préoccupent de leur sort. « Quitter brusquement chez soi  et se sauver en abandonnant tout, on n’a pas  besoin d’être à leur place  pour mesurer le poids de leurs souffrances  » soutient Madi Komi.  

                                                Retour dans les localités d’origine

Tout en remerciant l’association Béog-néré et ses partenaires, il a invité  les autres structures, les personnes de bonnes volontés, tous citoyens dignes de ce pays  à mettre la solidarité  au centre de ses faits et gestes en cette période où les populations ploient sous les affres de l’insécurité pour celles qui ont la chance d’être toujours en vie .

Karim Mandé rassure que Beog-néeré et Lorum  Hobtam poursuivront les actions de plaidoyer dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des personnes déplacées. Il invite tout le monde à croiser les doigts et à prier  pour que la prochaine dotation soit accordée à chaque bénéficiaire dans sa localité d’origine, gaz d’un retour de la paix.

                                                                                                                  Wendkuni Gildas Salo

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *