Personnes déplacées internes : L’AJBF et l’OIF outillent 100 femmes en saponification.

Du lundi 17 au jeudi 20 Janvier 2022, cent (100) femmes déplacées internes de Ouahigouya ont bénéficié d’une formation en saponification. C’est une initiative de l’Association des Jeunes pour le Bien-être Familial (AJBF) pour renforcer le pouvoir économique des femmes déplacées internes.Elle a eu lieu dans le village de Bogoya sur deux sites de formation.

Elles ont accueilli ce projet de formation en saponification à bras ouvert

Contraintes de quitter leurs villages pour faits d’insécurité, plusieurs femmes sont confrontées au chômage dans la ville de Ouahigouya. Dans l’optique de résorber un tant soit peu cette situation difficile, l’AJBF apporte son soutien à une centaine d’entre elles dans la fabrication et la commercialisation du savon sous toutes ses variantes. Quatre jours durant, ces bénéficiaires ont eu des connaissances à même de leur ouvrir désormais la voie de l’autonomie financière.  

A l’image des autres femmes, Salmata Gansonré, déplacée venue de Mandougou et bénéficiaire de la présente formation, ce sont des sentiments de joie qui l’animent. « Ce présent savoir me permettra de subvenir à mes besoins domestiques et financiers », avoue-t-elle.

En l’espace de 4 jours , les femmes maitrisent toutes les techniques en fabrication de savons liquide , savon de toilette etc

Elle confie qu’ayant quitté son village à cause des menaces terroristes, le problème d’emploi se posait avec acuité. Cette initiative de l’AJBF est donc salvatrice, à l’entendre.C’est tout naturellement qu’elle promet réinvestir les connaissances acquises afin que d’autres femmes puissent profiter.

La chargée du projet a mis les petits plats dans les grands pour que la formation se tienne dans de meilleures conditions .

Restée aux côtés des bénéficiaires lors de la formation, Sawadogo/Sana Siata, chargée de projet de l’AJBF, à la fin de cette session de formation, les femmes déplacées internes ont acquis les rudiments nécessaires dans la fabrication du savon sous diverses variétés et d’utilités à base du balanitès (kêgla en mooré).

Les résultats de la formation

A l’écouter, l’engouement et la participation active dont les femmes ont fait montre lors des apprentissages sur les deux sites augurent un usage efficace et efficient des savoirs reçus. Cerise sur le gâteau, les femmes bénéficieront d’un accompagnement dans la suite du projet.

Avec ces différentes productions , les femmes déplacées pourront se faire des revenus

« Les femmes seront réparties en 4 groupes pour bénéficier de matériels de production de savon et ce dans le but de les accompagner à bien s’installer et mieux entreprendre », foi de dame Sawadogo. Cet accompagnement supplémentaire bénéficiera également les populations hôtes, souligne la chargée de projet.

Le président du conseil d’administration de l’AJBF indique que ce projet est mis en œuvre pendant 6 mois , grâce à un accompagnement de l’Organisation Internationale de la Francophonie

Selon Abdoulaye Kindo, président du conseil d’administration  de l’AJBF, ce projet prévu pour une durée de 6 mois est soutenu financièrement par l’Organisation Internationale de la Francophonie(OIF). Il rassure en outre qu’à l’issue de cette formation, une plateforme d’échange autour des pratiques néfastes sur la santé maternelle et infantile et le renforcement de la formation professionnelle de la femme seront initiés en vue de créer de l’emploi pour les femmes vulnérables.

Elles n’ont pas tari de remerciements à l’endroit de l’AJBF et l’OIF

Le président Kindo est convaincu que l’initiation des femmes aux activités génératrices de revenu est gage du bonheur familial. C’est pourquoi il conclut en lançant un appel aux bonnes volontés d’appuyer de telles initiatives.

                         Inoussa Ouédraogo (Stagiaire)

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *