Redonner l’Espoir : Échanges avec des femmes déplacées,porteuses d’activités génératrices de revenus.

L’ONG GRAAP-Afrique dans le cadre de la mise en œuvre du projet RedE (Redonner l’Espoir) a organisé le jeudi 30 juin 2022 dans la salle de conférence du restaurant Plus à Ouahigouya, un atelier de sensibilisation qui a regroupé des femmes déplacées recensées sur des sites et bénéficiaires d’accompagnement pour mener des activités génératrices de revenus (AGR). Des responsables d’associations ciblées pour encadrer les femmes dans la mise en œuvre de leurs activités ont aussi  pris part à la rencontre. 

A travers une approche participative , les participants ont échangé sur les bons comportements à adopter pour permettre une meilleure intégration des femmes déplacées internes au sein des associations d’accueil

Échanger avec les femmes déplacées retenues pour mener des activités  génératrices de revenus sur des  comportements  qu’elles doivent  adopter afin de faciliter leur intégration au sein d’ associations dans lesquelles elles vont se former et mener leurs  activités  , voici en substance l’objectif de cette rencontre à entendre la chargée du renforcement  des capacités au projet RedE , Mme Ouédraogo Léonie Viviane .

La chargée de renforcement des capacités au projet ReDE , Mme Ouédraogo Léonie Viviane a indiqué que cette rencontre concerne 50 femmes retenues pour conduire des activités génératrices de revenus

Une activité allant en droite ligne de l’objectif  du projet consistant à favoriser la cohésion sociale et l’insertion des femmes déplacées internes dans leurs localités d’accueil.

Pour l’administrateur financier du projet , Souleymane Ouattara , l’atteinte des objectifs du projet exige le renforcement des capacités des beneficiaires afin de les rendre plus résilientes et capables de porter des activités de croissance économique et de développement communautaire

L’administrateur financier du projet , Souleymane Ouattara rebondit pour faire comprendre que l’atteinte de cet objectif exige un renforcement des capacités des bénéficiaires afin de les rendre plus résilientes et capables  de  porter  des activités de croissance économique et de développement communautaire. Les   bénéficiaires qui ont pris part à cet atelier  ont été recensées sur plusieurs sites.

Elles sont reparties dans 3 associations à Ouahigouya, une à Kalsaka et une autre à Gambo.  Souleymane Ouattara   précise qu’outre les activités génératrices de revenus, d’autres groupes de femmes déplacées seront formées dans  les secteurs de la maraichéculture, la formation professionnelle, l’éducation etc. 

La rencontre s’est déroulée dans une ambiance conviviale

C’est dans une ambiance conviviale que la chargée du renforcement des capacités   à discuter   avec les participantes sur  les comportements et les attitudes  à adopter pour faciliter leur  séjour   au sein   des associations.

Une des responsables d’association devant accueillir des femmes déplacées interne

Il reviendra à ces structures d’accueil d’encadrer et d’aider les femmes déplacées à dérouler leurs activités génératrices de revenus. Insiste l’administrateur financier Souleymane Ouattara , l’approche participative  sera développée durant le temps de la mise en œuvre du projet. Il informe que les responsables des différents sites  abritant les personnes déplacées internes et la faitière des associations des femmes déplacées sont impliquées dans la conduite des activités.  

Le présidium lors de l’ouverture de l’atelier

Poursuit  –t-il,   la faitière occupe une place consultative et prend part    à toutes les instances prévues pour accompagner la mise en œuvre du projet. A la suite des bénéficiaires d’activités génératrices de revenus, d’autres rencontres de sensibilisation regrouperont celles retenues  pour  les autres secteurs d’activités.

A terme , elles seront 350 au Burkina Faso à bénéficier des activités du projet RedE

Au total 1050 personnes déplacées interne seront touchées par le projet dans les trois pays couverts à savoir le Burkina Faso, le Niger et le Mali.  S’occupant de la mise en œuvre de ce projet ReDE au Burkina Faso, l’ONG GRAAP-Afrique déroule ses activités au profit de 350 bénéficiaires.  ReDE  est financé par l’Union européenne et l’UNOPS pour une durée de 3 ans.

Inoussa Ouédraogo (FASO NORD INFO)

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *