Secteur de transport au Nord du Burkina : l’élu consulaire, Ibreima Ouédraogo décline sa feuille de route

La salle de conférence de la direction régionale de la chambre de commerce et d’industrie du nord a servi de cadre de rencontre entre l’élu consulaire, volet transport, Ibreima Ouédraogo et les différents responsables du transport des quatre provinces de la région, ce lundi 21 mars 2022. Entouré de ses proches collaborateurs, l’élu consulaire a clairement indiqué qu’il s’agit pour lui de décliner son programme d’activités au cours des cinq prochaines années.

Les dinosaures du secteur des transports promettent d’apporter leur soutien à l’élu consulaire

S’il y a un secteur capital dans le développement d’un pays, c’est bien le secteur du transport. Conscient de cette situation, Ibreima Ouédraogo, désigné pour piloter ledit domaine pendant les cinq prochaines années dans le septentrion burkinabè, échange sans tabou avec les animateurs du transit afin d’émerger leurs activités.

Ibreima Ouédraogo promet d’etre au service de tous les acteurs du secteur du transport du Nord et d’œuvrer à son rayonnement

Selon l’élu consulaire, son plan d’action quinquennal consistera entre autres à identifier les difficultés que rencontrent les transporteurs et les résoudre, à construire la maison des transporteurs de la région, à plaider pour l’insertion des modules en logistique et transit auprès des instituts de formation, à relever et rendre formel le niveau du transport dans la région du nord.

Le responsable de la Chambre de commerce du Nord a salué la tenue de cette rencontre

Et pour parvenir à des résultats probants, l’élu Ouédraogo fonde l’espoir sur le dialogue et la combativité. « Nous mettrons en place une cellule qui regroupera toutes les structures syndicales du transport du nord afin de travailler de façon transversale. », informe Ibreima Ouédraogo.

A l’entendre, le rôle primordial d’un élu consulaire est d’être à l’écoute des acteurs du domaine et défendre leurs intérêts dans toutes les sphères de la société. Dans cette optique la structure peut compter sur l’accompagnement de la direction régionale du transport du nord. C’est ce qui justifie d’ailleurs la présence de M. Awonomona Da, chef de service transport à la D.R.T/Nord.

Pour lui, le secteur du transport dans la région est très florissant et nécessite donc un accompagnement des services techniques. A le suivre, c’est à ce prix que tous les acteurs tireront profit et les usagers également seront plus à l’aise. Au cours des échanges, les participants ont surtout relevé les tracasseries routières dont ils sont victimes. Dans leurs interventions, ils ont déploré les frais incessants exigés par au niveau des postes de contrôles même si vous disposez de tous vos documents.

A en croire Sayouba Ouédraogo de l’OTRAF/Yako, « Si les agents chargés des contrôles routiers étaient plus souples dans leurs actions le secteur du transport serait plus rentable. Malheureusement, nous constatons avec amertume qu’à chaque fois, en plus de tes papiers il faut toujours payer. » Néanmoins, il se réjouit du choix de Ibreima Ouédraogo de fédérer les énergies pour relever les défis. L’élu consulaire dit avoir pris bonne note et promet ne ménager aucun effort pour plaider la cause des siens pour un avenir plus radieux du domaine du transport dans la région du nord.

Norbert INAME

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *