Yako : Pandores et commerçants enterrent la hache de guerre

Après la destruction du hangar du poste de contrôle de la gendarmerie de Yako à la sortie de la ville sur la route nationale N°2 le lundi 9 mai 2022, autorités administratives , coutumières et religieuses ont vite enclenché le processus de dialogue qui a abouti à une rencontre le jeudi 12 mars 2022  sonnant l’entente entre les commerçants et les gendarmes .

Le représentant de l’État dans la province a rapidement activé un processus de dialogue qui a permis de ramener l’entente entre les commerçants et les pandores

Comme qui dirait, une société sans conflit n’existe pas et n’existera pas. Ce qui importe, c’est d’essayer de le résoudre de la manière la plus positive et constructive possible. A Yako, les différents acteurs ont compris cela et ils ont réussi à circonscrire les conséquences désastreuses de la manifestation des commerçants, soldée  par la destruction du hangar du poste de contrôle de la gendarmerie et les barrières de sécurité.  

Finie la bagarre entre les commerçants et les FDS

Le mécanisme de dialogue mis en place, autorités administratives, coutumières et religieuses ont pu faire asseoir les gendarmes et les manifestants   sur la même table. Ce fut l’occasion de relever les insuffisances qui ont conduit à cette bagarre, notamment le manque de communication, la faible collaboration ayant contribué à pourrir les relations entre les deux parties.

Tout en invitant les citoyens de la ville à privilégier le dialogue , le Naaba Djiguemdé de Yako a plaidé pour l’ouverture d’un poste de contrôle sur l’axe reliant Yako à Samba

Tout le monde a compris que cette poussée de fièvre  n’arrange aucune partie dans ce contexte d’insécurité où il sied d’unir les forces pour combattre l’hydre terroriste. Des recommandations ont été faites dans le sens d’aplanir les facteurs de division pour  permettre à chaque partie d’assumer sereinement sa mission. Mieux ce fut l’occasion pour le Naaba Djiguemdé de Yako de plaider pour l’installation d’un autre poste de contrôle sur l’axe reliant Yako à  Samba en vue d’une meilleure sécurisation de la localité. Confirmant leur bonne foi et leur acceptation à enterrer la hache de guerre, les commerçants ont pris l’engagement de rétablir le poste de contrôle afin de permettre aux agents de la gendarmerie de reprendre leurs activités .  Comme quoi à quelque chose, malheur est bon.  Pour sûr cette mauvaise passe contribuera sans doute à asseoir un respect mutuel et une franche collaboration entre forces de défense et de sécurité, les commerçants et les populations d’une manière générale. 

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *