Yako : Théâtre Éclair divertit, moralise et galvanise des femmes déplacées

La compagnie théâtrale « Théâtre Éclair »  a organisé du 08  aout  15 aout  une formation en technique de conter  au profit de femmes déplacées  installées sur le site de Bouda dans le village de Pelegtenga, faisant partie de la commune de Yako. En plus des contes  ce rendez-vous placé sous le thème « Conter pour l’espoir »   a  été agrémenté par des pièces  de théâtre, des danses et chansons traditionnelles.

 Considéré par ses adeptes comme la plus ancienne culture du monde, le conte  que d’aucuns qualifiaient de littérature des illettrés car  remontant à la préhistoire et aux temps anciens où  l’écriture n’existait pas, permettait aux communautés villageoises de se retrouver pour oublier les tracasseries journalières, discuter des problèmes, se divertir et se prodiguer des conseils.

La compagnie théâtrale « Théâtre Éclair » est convaincu que ce riche patrimoine culturel revêt toujours une importance capitale et c’est pourquoi elle travaille à le revaloriser et à le faire perdurer. Pour des femmes qui ont vécu et vivent toujours des chocs psychologiques à cause des attaques des groupes armés avec son corolaire  des tracasseries, la trouvaille de Théâtre Éclair de se servir  du conte pour les  remonter le moral,  les inculquer des valeurs, les galvaniser à aller de l’avant  a été bien accueillie et applaudie.

Au cours de cette formation, des thématiques portant sur la cohésion sociale, la paix, la bravoure, le pardon,  le vivre ensemble ont été développés  pour entretenir ces femmes déplacées internes.  Pour  le directeur de la compagnie théâtrale   « Théâtre Éclair »  Alain Emma, l’une des solutions pour aider les femmes déplacées et l’ensemble de la population à faire face à l’adversité est le renforcement de la résilience. IL a la ferme conviction qu’à travers des parties de contes, on peut bien toucher  la sensibilité du public cible.

Pour l’une des participantes, Safoura Zina déplacée interne venue d’Arbinda dans la province du Soum, l’initiative a été bien pensée. Jouant des pieds et des mains pour avoir de quoi se nourrir confie –t-elle, les personnes déplacées surtout les femmes n’ont pas le temps encore moins des moyens pour s’offrir des moments de divertissement.  Elle avoue  que ce cadre crée par Théâtre Eclair leur ont  donné  du souffle et l’énergie nécessaire pour reconstruire les fondements d’une vie digne et sans remords.

Le directeur provincial de la culture du Passoré, Ernest Yelkouni fait remarquer que de par le passé, le conte est le canal privilégié  où  on enseigne les conséquences du  bien et du mal. Le conte reste selon lui un moment d’éducation, de sensibilisation et de formation et c’est  pourquoi il loue la pertinence de cette initiative de  la compagnie théâtrale « Théâtre éclair » au bénéfice des femmes déplacées internes.

Rappelant que le conte fait partie de la tradition orale à laquelle on peut s’adosser pour consolider  les bases d’un  développement prospère et   dans la cohésion, Alain Emma a précisé  que ce rendez-vous de Pelegtenga a pu se tenir grâce à l’appui de Voix et leadership des femmes et bien d’autres partenaires.

FASO NORD INFO

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *