1ère édition de la Journée Internationale de l’Education : L’ONG Educo appelle à une réponse urgente face au contexte Burkinabè

« A la date du 24 janvier 2019, 953 écoles du préscolaire et du primaire sont fermées et 131570 élèves sont affectés par la crise sécuritaire. Etant une ONG de développement et d’aide humanitaire, Educo au Burkina en partenariat avec le gouvernement burkinabè s’est lancé dans la dynamique d’apporter une réponse à ce contexte d’urgence. » Edouard Junior NDEYE, Directeur national de Educo au Burkina Faso 

 

Aujourd’hui marque la première Journée internationale de l’éducation dans le monde. Il est d’abord assez frappant de constater qu’il a fallu attendre l’année 2019 pour qu’une journée aussi importante soit proclamée, mais celle-ci montre aussi que le monde prend enfin conscience de l’importance de l’éducation. En tant qu’organisation centrée sur les droits de l’enfant, Educo se félicite de cette initiative de l’Unesco. Nous partageons la conviction que si l’éducation est une fin en soi, elle est aussi le meilleur moyen de garantir les droits, le bien-être et la dignité de la vie.

75 millions d’enfants et de jeunes en âge d’être scolarisés ont besoin d’un soutien éducatif

A l’heure actuelle, dans le monde, 75 millions d’enfants et de jeunes en âge d’être scolarisés ont besoin d’un soutien éducatif. Ces enfants se trouvent soit en danger de perdre leur droit à l’éducation, soit en sont déjà privés dans des pays confrontés à la guerre et à la violence. Une telle situation s’explique en grande partie par le fait que l’éducation est traditionnellement le domaine le moins financé en matière d’aide humanitaire, avec moins de 3 % du financement mondial total. Educo est une ONG de développement et d’action humanitaire qui compte plus de 25 ans d’expérience dans la défense et la promotion des droits de l’enfant. En tant que membre de ChildFund Alliance, nous travaillons dans plus de 60 pays partout dans le monde. L’Alliance soutient plus de 14 millions d’enfants et de familles pour lutter contre les situations de pauvreté. Elle crée en outre des solutions durables qui protègent et font progresser leurs droits et leur bien-être.

L’éducation en situations d’urgence est  plus qu’une préoccupante dans un contexte de crise 

Nous constatons cependant que les graves atteintes portées à l’éducation sont en nette croissance, et ce entre autres pour des raisons politiques, militaires et idéologiques. Le droit de l’enfant à une éducation de qualité, où qu’il se trouve et quelle que soit son identité, est fondamentalement ignoré. Il faut s’efforcer de mettre un terme à cette situation. L’enfance dure 18 ans, alors que la plupart des crises mettent au moins 20 ans à se résoudre. Il est terrible de penser qu’aujourd’hui – à l’occasion de la Journée internationale de l’éducation – des enfants naissent dans des situations de crise prolongées qui risquent de les priver de scolarisation, ou de ne leur offrir au mieux qu’une éducation élémentaire ou discontinue. L’éducation en situations d’urgence est des plus préoccupante sachant que des enfants non scolarisés ou déscolarisés du fait des crises sont davantage vulnérables à la violence sexuelle, à la violence de genre, à l’extrémisme, au mariage forcé, aux grossesses précoces, au travail des enfants et à l’enrôlement dans des groupes armés. Un accès réduit à l’éducation ne permet pas à un enfant de se remettre d’une situation de crise. Pour des générations d’enfants victimes de conflits, ce manque d’opportunités conduit trop souvent à perpétuer un cycle de pauvreté.

Le mandat humanitaire d’Educo pour soutenir les personnes les plus vulnérables

Le mandat humanitaire d’Educo consiste à protéger, à encourager et à soutenir les personnes les plus vulnérables – les enfants en particulier – dans leur lutte pour le droit à la vie et à la sécurité. Les actions sont menées avec dignité et couvrent l’ensemble des droits et des besoins en cas de situations de risque et d’urgence humanitaire. L’accès à l’éducation est à cet égard un élément central. L’éducation doit tout simplement être au cœur de l’action humanitaire, faute de quoi les gouvernements d’aujourd’hui continueront d’abandonner des millions d’enfants vulnérables.  Près de la moitié des réfugiés en âge d’intégrer l’école primaire ne sont pas scolarisés. Ces enfants, ainsi que ceux qui sont déplacés de force, devraient se voir garantir une éducation de qualité au même titre que les enfants nationaux. Assurer le financement et les mesures spécifiques permettant à ces enfants d’accéder à l’éducation, qu’ils soient migrants ou réfugiés, doit être une priorité mondiale.

148  écoles fermées au nord soit 20 942 élèves affectés  par la crise sécuritaire 

Au Burkina Faso, Educo met en œuvre le projet d’accès à une éducation de qualité dans six communes de la région du Nord. Ce projet qui vise à contribuer à la jouissance du droit des enfants à une éducation équitable, transformatrice et de qualité, est une réponse à la situation mitigée des droits de l’Enfant dans le pays. Mais les progrès enregistrés ces dernières années sont en train d’être sapés par le contexte sécuritaire. Confronté depuis quelques temps à de nombreux défis sécuritaires en lien avec les attaques terroristes, de nombreuses écoles des régions au Burkina ferment successivement, privant ainsi des milliers d’enfants de leur droit à une éducation de qualité. A la date du 24 janvier 2019, 953 écoles du préscolaire et du primaire (dont 148 au Nord) sont fermées et 131570 élèves sont affectés par la crise sécuritaire (dont 20942 au Nord) . Etant une ONG de développement et d’aide humanitaire, Educo au Burkina en partenariat avec le gouvernement burkinabè s’est lancé dans la dynamique d’apporter une réponse à ce contexte d’urgence.

Une pression sur les gouvernements s’avère nécessaire.

Il est certes encourageant de remarquer que certains gouvernements et institutions reconnaissent enfin la nécessité de se concentrer sur l’éducation en situations d’urgence. Mais si les pays désirent vraiment atteindre les Objectifs de développement durable de l’ONU sur lesquels ils se sont mis d’accord, et rester de ce fait en tête de l’Agenda mondial Education 2030, une pression sur les gouvernements s’avère nécessaire. Pour un monde où tous les enfants jouissent pleinement de leur droit à une éducation de qualité, pour un monde où tous les enfants sont à l‘abris de toutes formes de violence, une action directe de la part de tous les acteurs s’avère nécessaire. Nous devons faire en sorte que les enfants apprennent tous les jours et ne soient pas les laissés-pour-compte.

Educo Burkina

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *