Apprentissage aux métiers : 30 jeunes du Passoré formés en teinture artisanale améliorée et en sérigraphie

Le Centre d’apprentissage et de développement artisanal et artistique (CADAAY) de Yako a abrité du 22 mars au 1er avril 2021 une formation en teinture artisanale améliorée et en sérigraphie au bénéfice de 30 jeunes de la province du Passoré. Cette formation initiée par l’association Nug-Tuuma dans le cadre de son projet « Promotion du textile local et des arts graphiques dans la région du Nord » a été financée par le Fonds de développement culturel et touristique logé au ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme.

Ils étaient 15 inscrits en arts graphiques et 15 en textile local à bénéficier de cette formation organisée pendant une dizaine de jours. Entre autres modules développés, l’environnement artisanal, les techniques de valorisation du textile, le marketing-communication.

A entendre le secrétaire général de l’association Nug-Tuuma, Issa Kindo , ce sont des têtes bien pleines et bien faites , couplées à des mains habiles qui reportent pour développer leurs entreprises . Il a conseillé aux bénéficiaires à développer leur génie créateur sur la base des connaissances acquises.

                      Valoriser les potentialités locales

 Pour lui, chaque entrepreneur a intérêt à construire son identité en valorisant les matériaux locaux bien divers dans notre terroir. Il a traduit sa reconnaissance et ses remerciements au ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme pour son immense contribution permettant de former des jeunes entrepreneurs.  

Un projet d’un coût de 4800 000 CFA

Faut -t-il le préciser ce projet « Promotion du textile local et des arts graphiques dans la région du Nord » d’un coût de 4 800 000 CFA a été financé à plus de 85% par le Fonds de développement culturel e touristique.

Le Haut-commissaire de la province du Passoré, Issiaka Segda a pour sa part félicité l’association Nug-Tuuma pour la pertinence de son projet et son engagement à valoriser le talent artistique et créatif des jeunes. A ces derniers, il les a exhortés à utiliser à bon escient les connaissances acquises pour en tirer des bénéfices et aussi permettre à d’autres jeunes d’en bénéficier. Ce qui est plus réconfortant souligne le représentant de l’État au Passoré, c’est de constater que la majorité des bénéficiaires de cette formation sont des femmes. Toute chose facilitant leur autonomisation.

Les futurs entrepreneurs demandent un accompagnement

 . Le Haut-commissaire, Issiaka Segda a salué le rôle combien important que joue le fonds de développement culturel dans le sens de valoriser les potentialités culturelles du pays des Hommes intègres et dans la formation des entrepreneurs culturels.

Bénéficiaire, Larissa Ouédraogo a multiplié les louanges à l’endroit de l’association Nug-tuuma, du fonds de développement culturel et du ministère de la culture.

Elle a rassuré de l’engagement de l’ensemble des bénéficiaires à développer des entreprises après cette formation. Elle a profité de l’occasion pour solliciter un accompagnement pour faciliter la création de ces entreprises. 

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *