Assassinats sauvages de 2 femmes à Ouahigouya : La gent féminine proteste

Un homme qui égorge sa femme au secteur 9 de Ouahigouya au cours de la nuit du dimanche 02 mai 2021, un autre  homme qui poignarde sa moitié rien qu’au cours de la matinée de ce jeudi 20 mai 2021, les violences sur les femmes deviennent récurrentes et inquiètent à Ouahigouya.

Mécontente, la gent féminine n’entend  pas cautionner ces forfaitures. Au cours de la soirée de ce jeudi 20 mai 2021, jour du deuxième assassinat, elles se sont mobilisées pour se rendre au palais royal. Objectif de cette visite, traduire leur mécontentement et demander à Naaba Kiiba  d’agir pour que de tels drames ne se reproduisent plus. Elles n’ont pas pu rencontrer  le roi du Yatenga, car il se reposait au moment du passage des frondeuses.

Cap sur la brigade de la gendarmerie

 De chez le roi du Yatenga, les femmes ont pris la direction de la brigade de la  gendarmerie pour se faire entendre. Regroupées devant la porte de la maison des pandores, les frondeuses vociféraient des cris de détresse , insistant que  trop, c’est trop et arguant qu’elles ne laisseront pas égorger comme des moutons de Tabaski. Elles disent qu’elles ont droit à la vie et il appartient aux forces de défense et de sécurité de les protéger.

                                 Vindicte populaire

Alors que certaines sont agglutinées devant la porte de la gendarmerie, leurs porte-parole ont été  reçues par le commandant de la brigade. Dans le brouhaha, il ne manque pas de justicières qui lancent des revendications maximaliste, exigeant de faire libérer le présumé tueur de cette matinée du 21 mai pour qu’elles en finissent avec lui .

Les pandores n’ont pas accéder à la requête de leurs visiteuses de soumettre le présumé assassin à la vindicte populaire. Pour toute réponse, leurs revendications seront transmises à la hiérarchie

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *