Assèchement d’un point d’eau à Yako ville : Des producteurs en veulent aux autorités politiques et administratives.  

image_pdfImprimerimage_printImprimer

A Yako , chef lieu  de la province du Passoré dans le nord du Burkina Faso , les producteurs maraîchers  travaillent  sur une retenue d’eau  située vers la brigade de la gendarmerie aux abords de la route nationale n°2, (axe  Ouahigouya-Yako, Ouagadougou) sont désemparés . La raison de cette colère, la  retenue d’eau qu’ils exploitent pour leurs productions connait un état de tarissement avancé. Ce mercredi 03 avril 2019 ,  nous étions face à des  producteurs visiblement perdus  qui tirent à boulets  rouge sur les autorités administratives et politiques

 

 

Sur le site maraîcher , le constat est véritablement amer, une retenue d’eau en plein tarissement, des puits sortant de l’eau boueuse  , des produits fanés, le tout couronné avec des producteurs  qui ne savent plus à quel saint se  vouer,  les cœurs meurtris , ils observent impuissants   leurs produits  se consumer par  le soleil. Ceux-là qui leur avaient  promis l’aménagement de leur lieu de travail  ne font   plus signe de vie .

Les producteurs se sentent abusés , trahis et abandonnés. Assis sous un tamarinier, au milieu des enfants, les yeux hagards  fixés   vers  ses produits en état de dégradation , Michel Zida s’enrage  , « Pendant les élections, les candidats  sont venus ici et  nous ont promis l’aménagement et l’agrandissement de   la retenue  d’eau si on leur soutenait pour leur accession au pouvoir .  Nous leur avons fait confiance. Mais  après les élections, ils ont tous disparu  . Nous  sommes déçus  . »

Un mépris des autorités

Lassané Zida dit Babyouré, est aussi tenaillé par l’amertume . Il confie  que c’est depuis plus de  30 ans que ce point d’eau est exploité pour des activités maraîchères .  Beaucoup de gens y vivent des fruits de leur labeur , mais malheureusement aucun travaille sérieux n’a été entrepris depuis lors pour optimiser  le rendement  de la surface cultivable.

Il se demande pourquoi  l’aménagement  du site ne préoccupe pas les autorités administratives et politiques alors qu’elles disent travailler  pour le bonheur de la population. Pour Lassané,  si eux ils ont rempli leur part de contrat en hissant les dirigeants actuels à la tête du pouvoir , si ce n’est pas normal qu’ils leur tournent  dos . Très remonté , ce producteur estime  qu’il incombe aux autorités  de créer les conditions  pour que les populations à la base  puissent gagner dignement leur vie , mais malheureusement  selon lui  , les politiciens quand ils gagnent ce qu’ils veulent, ils se complaisent dans le luxe  et abandonnent ceux qui les ont permis de gagner le pouvoir .

Nous n’allons plus vous écouter

S’ils ne changent pas de comportement prévient Lassané Zida , prochainement ils n’auront plus personne pour les écouter encore moins les élire. « Ce que nous , nous demandons , qu’on nous  permette de travailler pour nous  nourrir .    Si  nous  gagnons  notre  pain chez nous . Nous  n’avons pas  besoin d’aller à l’aventure hors du pays  » soutient-il . D’un air abattu, Valery Komboigo embouche la même trompette  « Nous travaillons ici pour payer la scolarité de nos enfants et nourrir nos familles. Le gouvernement doit ouvrir l’œil et le bon pour aider les femmes car c’est ici notre site minier et nous n’irons nulle part » déclare-t-elle . Sa prière est que les autorités trouvent les voies et moyens pour leur sortir de cette impasse .  » C’est inacceptable que des gens se servent de nous pour s’accorder des richesses pour ensuite  et nous abandonner   dans la misère . il faut que cela  change. Les flatteries nous en avons marre » fustige Valery .

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *