Assurance Maladie Universelle dans la région du Nord: Des acteurs communautaires et agents de santé formés pour une meilleure implémentation

00

Dans le cadre de son projet d’implémentation de l’Assurance Maladie Universelle (AMU), l’association Semence d’Espérance Sud (ASES) a organisé les 22 et 23 octobre 2020 à Ouahigouya, une rencontre de formation et de sensibilisation sur l’approche basée sur les droits humains dans la mise en œuvre de l’AMU au profit des acteurs communautaires et da santé de la région du Nord. Venus du secteur de la santé, des communautés religieuses et associatives, c’est une soixantaine d’acteurs qui ont pris connaissance des tenants et aboutissants de l’Assurance Maladie Universelle afin de mieux booster l’engagement des populations de la région du Nord.

forte mobilisations des acteurs communautaires et agents de santé

L’Assurance Maladie Universelle est une politique sanitaire burkinabè tirant ses fondement de la loi 060 /2015/CNT du 05 septembre 2020. Bien avant, elle a connu timidement un début d’opérationnalisation depuis 2018 et 2019 à travers le ciblage de 2672 personnes à Ouahigouya dont 1635 personnes indigentes. Pour la réussite et l’universalisation de l’AMU d’ici 2023, il est nécessaire que toutes les couches s’impliquent pour son implémentation. C’est dans ce contexte que l’ASES met en œuvre son projet « l’implication des communautés dans la veille et le suivi citoyens de l’implémentation de l’Assurance Maladie Universelle dans la région du Nord ».

Le président de ASEAS

Selon Achille Désiré Koala, son association à travers ce projet compte jouer un rôle d’interpellation de l’autorité pour rendre universelle ce système, mais aussi sensibiliser les populations pour qu’elles s’engagent dans l’AMU qui va faciliter l’accès aux soins de qualité pour tous. « Pour l’instant, certaines populations perçoivent cette cotisation de l’AMU comme un impôt de plus alors que c’est un grand avantage qui va permettre de rendre plus accessible les soins à tous les citoyens en un mot booster la qualité de vie des populations » a indiqué le président de ASES.

L’AMU, comme un salut pour les populations aux moyens limités.

Pasteur Jean Ouédraogo

Pour la Pasteur Jean Ouédraogo, représentant de la communauté protestante de Ouahigouya, l’AMU est une belle opportunité qui est venue au bon moment car certaines populations n’ont pas les moyens nécessaires pour avoir accès à des soins de qualité. Et c’est aussi une belle opportunité du moment où les personnes âgées, les couches les plus indigentes pourront se soigner plus facilement.  C’est pourquoi, nous allons travailler au sein de nos communautés et en dehors à passer le message afin que les populations comprennent le bien fondé de s’enrôler dans le système de l’AMU.  

La présidente de femmes de Naaba Raaga de Ouahigouya, Clémentine Somda

Quant à Madame Sawadogo née Somda, clémentine, présidente du comité de veille du CSPS Naaba Tigré de Ouahigouya, les populations n’ont pas à douter car il est mis en place avec la collaboration comités pour un meilleur suivi de l’AMU. « C’est une initiative qui va permettre de sauver plus des vies. L’AMU va aussi améliorer les conditions de vie des populations en général et surtout la gente féminine en particulier. Je suis responsable des femmes vendeuses de condiments (Naaba Raaga) de Ouahigouya, et j’avoue que nos sœurs travaillent excessivement. Il faut de telles opportunités pour qu’elles aient accès à des soins de qualité. J’invite donc les femmes à s’inscrire massivement car notre travail est très fatigant alors que nous n’avons pas de retraite. Nous souhaitons simplement qu’il ait de la transparence et une gestion efficiente pour que, nous femmes et nos enfants puissent nous soigner facilement. La carte l’AMU est très importante du fait qu’en plus d’être détenteur, ses ayants droits peuvent bénéficier des mêmes avantages si la carte est toujours à jour »a laissé entendre, Madame Sawadogo au sortir de cet atelier.

La bonne gestion et l’accessibilité des soins, source de motivation

Monsieur Kaboré ne doute pas de la contribution de l’AMU dans l’amélioration des conditions de vie des populations

L’infirmier Chef de poste de Tougouzagué, secteur 13 de Ouahigouya, Blaise Kaboré, avoue qu’en plus de la gratuité des soins déclenchée par le gouvernement, le système d’assurance maladie viendra certainement soulager les populations. A l’entendre cette innovation est une chose qui permettra aux populations démunies de se soigner facilement. « Nous avons vu des citoyens  qui n’arrivent pas à se prendre en charge sur le plan sanitaire, alors que c’est un esprit d’entraide qui va permettre de mettre les cotisations ensemble pour avoir accès aux soins. Ce que je voudrais ajouter, il faut surtout alléger l’accès aux soins pour ces populations qui font confiance à l’AMU.

Le coordonnateur du projet dans la région du Nord rassure les populations

il y’a aussi la question de la transparence et de recevabilité en matière de gestion de fonds qu’il faut prendre en compte afin que d’autres qui sont dans le doute puisse comprendre que, l’AMU est une meilleures approché d’accès aux soins de qualité » foi de l’ICP Kaboré. Pour le coordonnateur du projet dans la région du Nord, Alphonse Gandema, ce n’est qu’en s’inscrivant à l’AMU que les populations pourront avoir accès facile aux soins. Et de préciser que c’est une approche basée sur les droits humains. comme l’éthique, la transparence et la bonne gouvernance  Revenant sur les questions de doute, monsieur Gandema affirme qu’elles ont le droit de douter au vu d’autres expériences amères vécues avec d’autres structures. Mais avec ce projet, toutes les communautés sont impliquées dans la gestion de l’AMU, toute chose qui rend transparente la gestion car des comités de veille sont mis en place. Débuté le 1e juillet 2020, le projet d’implémentation de l’AMU dans la région du Nord court jusqu’au 31 décembre 2O2O avec l’appui de l’ONG DIAKONIA et HEWLETT Foundation.

Drissa Wendbark   

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *