Bilan 2018 de la commune de Ouahigouya : 1 milliard 750 millions mobilisés 

image_pdfImprimerimage_printImprimer

Au cours de l’Espace de dialogue et d’interpellation communautaire( EDIC)  organisé  par le conseil municipal de Ouahigouya le samedi 31 août 2019  , 2éme du genre depuis son installation ,  le maire , Boureima Basile Ouédraogo  a donné des informations afférentes à la mobilisation des ressources  pour la mise en œuvre du plan communale de développement (2017-2021) . Pour une prévision budgétaire d’environ 27 milliards 800 millions  pour 5 ans, la commune a mobilisé  une somme tournant autour de  1 milliard 750 millions.

 

 

 

Après s’est soumis à l’espace de dialogue et d’interpellation communautaire en 2018  pour faire le bilan de ses activités  de 2017   , le conseil municipal   de Ouahigouya a au cours du mois de mars 2019 pris une délibération pour mieux formaliser  cet exercice  permettant de rendre compte de sa gestion à la population. Cette délibération précise que   l’EDIC se tiendra chaque an, à une date choisie par le conseil municipal.   Cet  EDIC  2019 du samedi 31 août   consacré au bilan  des activités de 2018 s’est tenu dans la cour de la nouvelle mairie.  il a connu la présence des membres du conseil municipal, son patron   Boureima Basile Ouédraogo en tète  et aussi  des responsables d’organisations de la société civile, des structures déconcentrées, des agents de la mairie, des partenaires techniques et financiers  et  des citoyens lamda. On notait aussi la présence d’un représentant du conseil régional du Nord en la personne du président des Affaires générales, culturelles et sociales, Lassané Doga .

   La redevabilité principe cardinale  de gouvernance  

Cette instance de redévabilité a été   placée sous le contrôle de deux modérateurs ,  Souleymane Ouédraogo , conseiller pédagogique itinérant à la Direction provinciale de l’Education préscolaire , Primaire et Non formelle du Zondoma et l’inspecteur de l’enseignement de  base de la Circonscription d’éducation de base de Gomponson au Passoré, Guigmdé Justin .

Expliquant la philosophie de cet exercice, Souleymane Ouédraogo a fait savoir que   la rédévabilité est l’un des principes de la décentralisation et  la  gouvernance  locale à laquelle   , le conseil municipal doit   se soumettre pour présenter  ses  activités  réalisées   à  ses mandataires. Souleymane Ouédraogo a été on ne peut très claire,  insistant que  ce cadre n’est pas une tribune de règlement compte. Il a invité la population à s’approprier les activités réalisées par le conseil municipal  pour après donner son appréciation et faire des suggestions.  Dans son mot introductif, le maire a abondé dans le sens que le modérateur

    Concertation et dialogue

 » Le format actuel de rédévabilité publique par l’EDIC auquel notre équipe se prête pour la deuxième fois s’inscrit résolument dans cette dynamique de consolider  les bases de la culture de transparence, de dialogue et de concertation placée au cœur de nos actions »  a-t-il soutenu. Joignant l’acte à la parole, Boureima Basile Ouédraogo s’est placé face  au  tableau contenant  la synthèse   des activités  pour en donner plus de détails.

Il a été aidé par moment par son 2eme adjoint, Mady Ouédraogo, le président de la commission affaires économiques, Seydou Ouédraogo et le comptable.  L’on tiendra de leur  présentation que les réalisations de 2018 résultent des prévisions du plan communal de développement. Sur la prévision de plus de  27 milliards 750 millions  de  CFA  à mobiliser   pendant 4 ans, la mairie a récolté  plus d’un milliard 750 millions en 2018. Cette somme a servi aux constructions et réhabilitations d’écoles,   de centres de santé et de boutique de rue,  à  l’aménagement de la forêt communale   , à la réalisation  de forages, à   l’achat de manuels scolaires pour les écoles  et de consommables pour les centres de santé.

  Les bras financiers de la commune

Au nombre des partenaires de la commune , il y a la coopération Chambéry Ouahigouya qui a apporté une contribution de plus de 206 millions , le Programme de croissance économique dans le secteur agricole (PCESA)  plus de  31 millions de FCFA  ; le Fonds permanent de développement des collectivités territoriales  37 millions de FCFA   ; l’ONG EDUCO 47 570 000fcfa , l’Association Internationale des Maires francophones (AIMF) 81 993 750 FCFA , l’Organisation internationale de la Francophonie(OIF)  26 238 288 FCFA  , l’association le Grain 90 305 287 CFA , la CADEPAC, 19 546 134 FCFA , le Laboratoire Citoyennetés ,10552600 CFA , la COCOPA , 5889600 F CFA . Après la présentation du maire  une douzaine  de personnes a  pris la parole pour des contributions, des questions  et des suggestions. Les préoccupations ont porté sur la divagation des animaux, la prise en charge sanitaire des prisonniers, la qualité des fournitures scolaires, l’assainissement, le chômage des jeunes

   L’incivisme des citoyens

Les responsabilités   ont été situées  sur les questions  de la  divagation des animaux et l’assainissement. Si les intervenants estiment  qu’n  un gros travail à abattre  à ces niveaux, le maire rétorque  que les actions de la municipalité sont plombées par l’incivisme de la population. Toutes les parties ont convenu de la nécessité de travailler pour un changement de comportement.  Selon le maire, avant d’user du bâton, la mairie continuera de mettre l’accent sur la sensibilisation. 

Afférent à la prise charge sanitaire des prisonniers, notamment la construction d’une maison d’isolement au sein de la maison d’arrêt et de correction de Ouahigouya, le bourgmestre  a promis  de prendre attache  avec la direction régionale de la santé  pour discuter de la faisabilité. La mise en œuvre de l’EDIC est sanctionnée par des recommandations.  Celles  qui ont été retenues l’année dernière n’ont pas reçu  un suivi  approprié, faute de  moyens alloués au comité. Ce sont donc les mêmes recommandations qui ont reconduites cette année.  Elles portent sur l’amélioration de la qualité des manuels scolaires,  les mesures à prendre pour vaincre l’insalubrité, l’aménagement des routes à l’intérieur des villes, l’accès des jeunes à l’emploi.

Améliorer la qualité des fournitures et manuels scolaires

Un comité de 12 personnes se chargera du suivi de la mise en œuvre de ces préoccupations. L’espace de dialogue et d’interpellation communautaire,  faut-il le rappeler est une initiative de l’Association Monde rural ( AMR)  qui  coordonne sa réalisation  dans les communes de sa zone d’invention  par  un  appui technique et financier.  » Au regard de la qualité des participants et des échanges que nous avons menés, je suis tenté de dire et vous conviendrez avec moi, que si  cet Espace de dialogue et d’interpellation communautaire n’existait pas, il fallait nécessairement le créer dans notre commune  » apprécie le maire Boureima Basile Ouédraogo.

  S’informer et s’impliquer

Il a souhaité que d’autres partenaires emboîtent les pas de l’AMR  et du  Laboratoire citoyennetés qui ont accordé des moyens pour permettre la réalisation de cet exercice de rédévabilité. Pour sa part, le modérateur Souleymane Ouédraogo a apprécié la bonne  ambiance qui a  régné au cours de ce face à face entre le conseil municipal et la population. Il a aussi  félicité  la prise de la  délibération prise pour instituer annuellement   l’EDIC. Il a rappelé que s’il est du devoir du conseil municipal de rendre compte de sa gestion, il est aussi du devoir du citoyen de s’informer et de s’impliquer dans la mise en œuvre des activités communales.

Faso-nord.info

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *