Bonnes pratiques en nutrition : Des femmes allaitantes formées à Ouahigouya

L’Association Koom pour l’autopromotion des femmes du Burkina Faso (AKFEM/BF) a organisé le samedi 15 mai 2020 dans la cour de son siège au secteur 8 de  Ouahigouya, une formation au bénéfice d’une quarantaine de femmes allaitantes sur les bonnes pratiques de la nutrition. Cette formation s’inscrit dans les activités du projet régional de plaidoyer pour la promotion de la nutrition (PRENUT) dans la région du Nord du Burkina Faso, financé par le réseau de la société civile pour la nutrition (RESONUT)

Pour cette formation, l’Association Koom pour l’autopromotion des femmes du Burkina Faso (AKAFEM /BF) a fait appel à deux agents de santé, MouminiOuédraogo, infirmier au Centre de santé et de  promotion sociale (CSPS) Naba Tigré et Jean Zoungrana, responsable du service de la promotion de la santé à la direction régionale de la Santé du Nord. Les participantes étaient des femmes mères d’enfants de 6 mois à 59 mois et celles porteuses d’enfants de 0 à 6 mois. Comme question test,Moumini Ouédraogo a demandé aux participantes si les enfants de 0 à 6 mois peuvent consommer autre chose que le lait maternel. Nombreuses se sont empressées de répondre qu’il est  possible de donner  de l’eau aux enfants de cette tranche d’âge. L’infirmier répliquera pour faire comprendre  à ses interlocutrices que le lait contient 90% d’eau et 10% de vitamines. Le lait maternel, insiste-t-il est largement suffisant  pour l’alimentation des enfants de 0 à 6 ans.

Se faire consulter dans les structures sanitaires                                 

Le spécialiste de la nutrition venu apporter son expertise à l’association AKAFEM BF

Se basant cette question test, Moumini Ouédraogo et Jean Zoungra ont axé leurs interventions sur les bonnes pratiques nutritionnelles pour les nourrissons et les jeunes enfants, les recettes ménagères, les compléments alimentaires pour les femmes en âge d’avoir des enfants,l’importance pour les femmes en enceintes de se faire consulter dans les structures sanitaires. Ils ont aussi insisté sur les facteurs déterminants de la malnutrition notamment  les pesanteurs socio-culturels et la non fréquentation des  services santé, les mauvaises pratiques d’allaitement. Une animatrice endogène du groupement koom du village de Poedego, Azéta Bagayaa échangé avec les participantes sur les techniques de préparation de solutions alimentaires adaptées aux besoins des enfants à base de produits locaux (arachide, petit mil, soumbala, mangues).

Faible niveau d’éducation

LA présidente de l’association toujours engagé pour un développement durable au Nord

Pour  la coordonnatrice  de l’association Koom, Madeleine Nomtondo Amsétou Ouédraogo, la substance des débats laisse apparaitre  que le faible niveau d’éducation des mères est l’une des causes de la malnutrition. D’où selon elle,  l’intérêt de cette formation pour leur inculquer les rudiments sur les bonnes pratiques de la nutrition. Elle a invité les  femmes à fréquenter le  CSPS Naba-Tigré  où elles recevront de conseils utiles sur  la nutrition avec l’infirmier Moumini Ouédraogo. La coordonnatrice de Koom a  aussi suggéré aux participantes d’enseigner les bonnes pratiques aux  autres femmes dans les quartiers et aussi  les convaincre de la nécessité pour les femmes en enceintes d’aller vers les centres de santé pour les consultations liées à l’évolution des grossesses .

Actions multiformes et multisectorielles

Du concret pour mieux faire comprendre les bonnes pratiques nutritionnelles

 Les actions de ce projet de plaidoyer régional pour la promotion de la nutrition au Nord du Burkina Faso réaffirment-elle,  se basent  sur le plaidoyer, la communication et la sensibilisation.  Tout en continuant les actions de sensibilisation à l’endroit des communautés à la base, koom durant les trois mois de mise en œuvre des activités,  le projet prévoit  soutenir la mise en œuvre d’activités dans des districts sanitaires et la tenue de deux cadres de concertations communales.Convaincue que la malnutrition est un problème transversal dont la résolution requiert des actions multiformes et multi sectorielles, Madeleine Amsétou Nomtondo Ouédraogo a multiplié les remerciements à l’endroit du réseau de la société civile pour la nutrition (RESONUT), partenaire financier de ce projet permettant de mobiliser la société civile, les autorités locales et administratives, les leaders coutumiers et religieux, les  responsables des districts sanitaires de la région du Nord.

Faso nord info

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *