Burkina Faso : Le PRASP 2 injecte 26, 4 milliards pour une meilleure structuration du secteur de l’élevage

La salle de réunion de la chambre régionale du commerce et d’industrie du nord a abrité les 27, 28, 29 juin 2022 l’atelier régional d’information sur le projet Régional d’appui au pastoralisme. Cette rencontre présidée par le gouverneur de la région du Nord, représenté par le secrétaire général de la région, Kouka Jérémie Ouédraogo a mobilisé les autorités administratives des différentes provinces, des responsables de services techniques, des acteurs du secteur de l’élevage etc.

Le présidium lors de la céremonie d’ouverture de l’atelier

Après une première phase d’une durée de  4 ans ayant impactée structurellement  divers secteurs de l’élevage notamment la santé animale, la gestion des ressources naturelles, l’accès au marché, la gestion des crises pastorales, une deuxième phase du projet PRAPS 2  a été lancée visant le renforcement des acquis et des innovations avec l’introduction d’autres thématiques importantes.

Cet atelier d’information   qui a regroupé les acteurs de la région du Nord a été marquée par les présentations des synthèses des différentes composantes du projet et d’autres points notamment les sauvegardes environnementales et sociales, le genre, la communication, le suivi-évaluation. D’autres exposés ont porté sur les investissements prévus, les infrastructures  et aménagements retenus, la cartographie et la validation des sites. 

Au titre des réalisations attendues, on note 35 unités  vétérinaires construites /réhabilitées et fonctionnelles ; 75 parcs de vaccination construits/réhabilités ; 72 points d’eau fonctionnels accessibles, 12 marchés à bétails opérationnels, 300 bénéficiaires directs des sous-projets innovants de valorisations des filières pastorales ; 1200 femmes et jeunes issus du milieu pastorale bénéficiaires de formations techniques ; des pièces d’état civil établis à 85000 agropasteurs ou une inscription au registre social ; 2000personnes bénéficiaires d’activités génératrices de revenus ; 402 cadres techniques et scientifiques formés sur le pastoralisme.  

Le ministère en charge des ressources animales pilote le projet avec  11 unités régionales  chargées de la mise en œuvre et de la coordination des activités sur leurs ressorts territoriaux.  Ce sont les  régions de la Boucle du Mouhoun,  Cascades, Centre-Est, Centre-Nord, Centre-Sud, Centre-Ouest, l’Est, Hauts-Bassins, Nord, Sahel, Sud-Ouest.   Le  budget total est de  26, 4 milliards dont 12,5 milliards de l’IDA en don ; 12,5 milliards en crédit du fonds de l’IDA et en contrepartie de l’Etat burkinabè 1,4 milliards de FCFA. 

Les ménages agropastoraux en sont les bénéficiaires principaux avec pour bénéficiaires secondaires, les acteurs des chaines de valeurs (production de viande, de lait, de cuirs et peaux, transport, transformation et commercialisation. Autres bénéficiaires secondaires : Les services publics techniques, le service social administratif, les collectivités territoriales, le secteur privé, les organisations professionnelles d’élevage, les ONG soutenant les filières animales, les institutions de formation, les institutions de recherche et de coopération en élevage. A terme, 1000 000 de bénéficiaires seront touchés par les activités du PRAPS-2-BF.

Pour Sidibé/ Condé Fatimata, directrice en charge des ressources animales et halieutiques de la région du nord, les acteurs du pastoralisme et de l’agropastoralisme attendent d’un accroissement et une grande amélioration des réalisations du PRAPS-2 en matière du pastoralisme. C’est pourquoi elle invite tous les acteurs et bénéficiaires à s’investir davantage pour sa réussite.

«  Centré sur le pastoralisme, le projet représente un grand espoir pour le développement de notre pays le Burkina Faso en général, et en particulier pour le sous-secteur de l’élevage qui, à lui seul, fait 18% du produit intérieur brut du Burkina Faso » renchérit le secrétaire général de la région du Nord, Jérémie Kouka Ouédraogo.

Dominique Ilboudo, représentant du coordonnateur du projet PRAPS-2-BF pour sa part indique que ce projet est déployé de manière simultanée dans les pays bénéficiaires notamment au Mali , en  Mauritanie , au Niger, au Sénégal, au Tchad et au Burkina Faso sous la coordination technique et opérationnelle du Comité permanent Inter-Etat de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) .

Son objectif de développement est de « renforcer la résilience des pasteurs et des agropasteurs dans certaines zones ciblées de la région du Sahel ». Rappelant que le PRAPS 2-BF est un des plus grands projets d’élevage au Burkina Faso, le SGR Jérémie Kouka Ouédraogo a invité tous les acteurs de sa mise en œuvre à jouer pleinement leur partition.

« Engageons-nous, main dans la main  pour faire de ce projet un franc succès au soir de la durée de sa mise en œuvre » a-t-il insisté.

 Participant et propriétaire terrien, Makaillou Diallo a salué l’approche participative développée dans la conduite des activités du projet. Il est convaincu que cette approche permettra de renforcer les liens entre les acteurs des différentes chaines de valeurs et de booster le secteur de l’élevage.   

Le président du conseil villageois de développement du village de Lougouri pour sa part se réjouit  de voir la reconduction de cette  deuxième phase,  qui espère-t-il participera à renforcer les  réalisations déjà engrangées.

                                                                                                             Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *