CHU de Ouahigouya : Silence incompréhensible du ministre de la santé

Alors que les deux jours de sit-in engagés par les agents de santé du CHU de Ouahigouya, avec pour principal point de revendication, le rétablissement de l’électricité en service de médecine a pris fin le 17 octobre 2014, qu’un court- circuit survenu en service des urgences a plongé plusieurs autres services dans le noir. Entre autres, on peut citer la radiologie, la chirurgie, la pédiatrie, les urgences . Tous ces services étaient dans une obscurité totale au moment de cette grève sans service minimum des 22, 23, 24 novembre. A vrai dire, cet arrêt de travail a caché un grand mal du CHR de Ouahigouya. Parce que grève ou pas avec cette coupure d’électricité dans les services, beaucoup d’agents allaient se tourner les pouces, obligés d’orienter les malades vers d’autres destinations, faute de pouvoir les prendre en charge. Au niveau du service de la pédiatrie, les responsables s’inquiétant, de l’augmentation du nombre des décès auraient adressé une correspondance à l’administration hospitalière. Pour le cas du problème d’électrification, il se susurre qu’une rencontre aurait été tenu en haut lieu tout dernièrement et à défaut de pouvoir situer les responsabilités, l’on pourrait faire appel à la justice pour trancher. Au lieu que les autorités sanitaires se penchent sur les maux qui plombent le bon fonctionnement de cette structure sanitaire, elles en rajoutent en l’érigeant en un centre hospitalier universitaire. Une façon également d’en rajouter les problèmes. Dire que le ministre de la santé est ressortissant de cette région et que lui qui est au courant de tous les dysfonctionnements du CHR a avalisé sa transformation en CHU. Il aurait plus commode que le ministre à défaut de sortir ce CHU de ces problèmes, se prononcent pour faire savoir qu’il est au courant de la situation tout en indiquant les remèdes à administrer pour soigner le grand malade. Mais il y a problème quand le ministre vient inaugurer des bâtiments d’interface pour des tradipraticiens sans piper un mot sur les problèmes de ce nouveau CHU. Pauvre Ouahigouya , alors qu’elle est prête à gueuler  quand  il s’agit d’élections , cette population belliqueuse pendant les votes , observent silencieusement son investissement le plus important devenir un mouroir. Le bruit au moment des élections devrait être contagieuse quand il s’agit d’interpeller les dirigeants sur les dysfonctionnements des services publics

Faso nord info

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *