Cohésion sociale et Paix : La parenté à plaisanterie et l’arbre à palabre comme ciment selon Dialogue Sans Frontière

L’association Dialogue sans frontière a organisé ce samedi 8 aout  dans la salle des fêtes de la mairie de Ouahigouya  une conférence publique au bénéfice de la population du Nord. Parrainée par le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, cette rencontre avait pour objectif le renforcement de la cohésion sociale à travers la promotion du vivre ensemble, le développement par le dialogue inclusif et à la promotion d’une paix durable dans les régions du nord, du sahel, de l’est et du centre-ouest du Burkina-Faso. 

Forte mobilisation des populations lors de cette école de la paix et la cohésion sociale

« Rendez-vous du donner et du recevoir » c’en était vraiment un. C’est un temps d’environ 8 heures que les différentes  couches sociales, autorités administratives et politiques, autorités coutumières et religieuses, jeunes,  femmes, responsables d’associations et ONG fortement  mobilisées ont consacré pour suivre  cette conférence publique  sous le thème « Féconder les intelligences, mobiliser les énergies pour le vivre ensemble dans la paix »   organisé par l’association Dialogue sans Frontières . Malgré la durée relativement très longue, le public ne s’est pas ennuyeux. Il a été bien  servi par des communicateurs  bien renseignés et expérimentés ,  maîtrisant  parfaitement leurs sujets : Alfred Sawadogo  président du conseil d’administration (PCA) de  SOS Sahel International ,   Dr Mahamoudou Ouédraogo , ancien ministre de la Culture et de la Communication ,  Professeur Amadé Badini de l’Université Joseph Ki-Zerbo, des têtes bien faites et bien pleines.

        Métissage des communautés

D’entrée de jeu , le communicateur, Alfred  Sawadogo s’est penché sur le sous-thème « Historique du peuplement du Yatenga et culture du dialogue social » .Il fait comprendre que sept (7)  différentes  ethnies  composent le Yatenga depuis sa fondation au XVIIIe siècle .Malgré les difficultés qu’a connu le Yatenga telle que la famine de 1914  avec plus  de 57526 morts et les mésententes mineures entre les populations, relève ce féru du monde du développement  , les différents peuples vivaient en bonne intelligence . Ainsi , au fil des ans ,ajoute-t-il,  l’on a assisté à un métissage entre les communautés. Poursuivant son argumentaire, Alfred Sawadogo martèle que le peuple de ce royaume a toujours privilégié le dialogue pour juguler les éventuels conflits.

         Revitaliser les mécanismes endogènes

Dr Mahamadou Ouédraogo a quant à lui développé le sous-thème « Approches de médiations dans les sociétés traditionnelles Burkinabé »Pour l’essentiel, l’ancien ministre de la culture soutient que les sociétés traditionnelles burkinabé ont toujours eu recours à certains mécanismes locaux pour rétablir la paix et la cohésion au sein des communautés .Il s’agit entre autres, à l’entendre, de la parenté  à plaisanterie, l’arbre à palabre, la chefferie traditionnelle et coutumière, les griots, le recours au neveu utérin et les Wemba. Toutes ces entités, selon le Dr Mahamoudou Ouédraogo avaient chacune sa procédure particulière pour faire enterrer la hache de guerre. Et pour pérenniser ces valeurs endogènes, l’homme de culture invite les décideurs à inculquer ces notions aux enfants dans les familles et à l’école.

        Affiner laïcité et démocratie

Les sages et autorités de la région présents à la conférence publique sur la paix

 Le dernier sous-théme qui a porté sur «  laïcité et défis de l’éducation religieuse au Burkina Faso » a été décortiqué par le Professeur et Philosophe Amadé Badini. Pour lui, l’éducation religieuse dans notre pays est l’œuvre du christianisme et de l’islam qui ont fortement contribué à la formation de l’élite burkinabé .La laïcité étant par définition la chose du peuple s’accorde avec la démocratie qui privilégié aussi l’implication de la population dans la gestion des affaires publiques. Le Professeur a donc exhorté les gouvernants à assurer un alliage efficient entre ces deux données pour endiguer la montée de l’extrémisme violent sous nos tropiques .A l’issue de ces communications , les participants ont manifesté leur adhésion au thème par des questions d’éclaircissements et des suggestions .Aussi ont- ils eu la chance d’avoir le contenu des conclusions du symposium de Ouagadougou.

     Valeur prépondérante du dialogue intercommunautaire

Le parrain de cette action de paix et de cohésion sociale, le ministre de l’agriculture , Salifou Ouedraogo

 A la suite du secrétaire général de la région du Nord, Kouka Jérémie Ouédraogo représentant le gouverneur, le maire de la commune de Ouahigouya, Boureima Basile Ouédraogo , le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, parrain de la cérémonie a également reconnu la valeur indéniable du dialogue inter communautaire .Ainsi, soutient-il « L’organisation de cette conférence est salutaire pour notre région parce que la paix, la cohésion sociale et le vivre ensemble sont très importants. Cet atelier nous permettra de fédérer toutes nos intelligences et nos énergies pour promouvoir ces valeurs ».

    Les jeunes, messagers  de paix

Le président de Dialogue Sans Frontière

Le président de l’association Dialogue sans frontières, l’Ambassadeur Phillipe Savadogo se dit fier des résultats de cette conférence. Pour lui, au regard de la participation active  surtout des jeunes et des femmes, le message de paix sera ventilé au delà de la région du Nord. C’est pourquoi, il affirme avec l’éminente personnalité, Federico Mayor que «  Les guerres  prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix » .Rappelons que cette conférence est la huitième du genre et Dialogue sans frontières compte poursuivre cette activité dans d’autres régions du pays. Le bureau de la coopération Suisse au Burkina Faso est le principal partenaire de l’association Dialogue sans frontières pour l’organisation  de cette conférence publique

Inamé K. Norbert                                                                                                   

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *