cohésion sociale et renforcement du pluralisme religieux :  » Ensemble disons non à l’extrémisme « 

« Le dialogue inter religieux en lien avec la cohésion sociale et la coopération » c’est le thème d’une formation organisée du 02 au 05 mai 2018 à l’intention d’une quinzaine d’hommes de médias et 45 leaders religieux de la région du Nord. Cette formation est organisée par le Centre diocésain de communication et la radio notre dame du Sahel en partenariat avec OXFAM Intermôn  dans le cadre du « Projet intégré de communication et d’éducation pour la cohésion sociale et le renforcement du pluralisme religieux dans la région du Nord »

 

Doter les hommes des médias et les responsables religieux de compétences pour leur permettre de conduire le processus d’un dialogue inter religieux en se fondant sur les valeurs culturelles de tolérance , les valeurs sociales de solidarité et de cohésion , c’est en substance le principal objectif de cette formation . Elle s’effectue à travers la présentation de plusieurs communications . Au cours du premier jour , le mardi 02 mai 2018 , Abbé Hyacinthe Ouédraogo a livré la communication portant sur « Quelles réflexions entre responsables religieux et de médias sur le rôle de l’éducation religieuse dans la scolarisation des jeunes et la promotion des valeurs de tolérance , de cohésion et de lutte contre le radicalisme ? » . Dans sa communication , Abbé Hyacinthe Ouédraogo a fait remarquer que la famille est le socle de la société . Il se convainc que les fragilités des familles , reflètent la fragilité des sociétés Une famille individualiste martèle -t-il est un risque pour la société . Et de souligner avec force  » Un terroriste sort toujours d’une famille » . Tous les enfants marginalisés , exclus , non initiés à la foi religieuse renchérit-il sont des potentiels clients de l’extrémisme et des terroristes . il propose donc que les enfants soient initiés à l’éducation religieuse dés le bas âge dans les familles . Sa ferme conviction est que la religion s’apprend à l’intérieur de la famille . Mais pas dans n’importe quelle famille prévient-il . Les familles responsables , cultivant des valeurs d’amour , de tolérance , du bon vivre ensemble sont celles qui sont acceptes à donner une bonne éducation religieuse à leurs enfants .  La religion insiste -t-il, également doit s’inviter dans les lieux d’éducation . Au sujet des médias , Abbé Hyacinthe appelle à plus de responsabilité car soutient-il  » Toute guerre née d’une parole mal placée « . Et de rappeler la responsabilité des radios mille collines dans la guerre génocidaire au Ruanda. Paraphrasant le Pape François , l’Abbé Hyacinthe martèle d’un ton ferme  » Ensemble disons non à l’extrémisme ».  La deuxième communication  » Traitement médiatique des faits religieux comme source de culture et facteur de rapprochement entre communautés » a été livrée par le directeur de l’observatoire des médias , membre de l’équipe du Conseil supérieur de la communication , Jean Paul Toé . D’entre de jeu , il relève que les médias se nourrissent des faits religieux , tout comme les religieux ont besoin des médias pour communiquer . Il pointe également du doigt la nécessité du respect de la liberté d’expression et de la liberté d’appartenir à une religion inscrit dans la déclaration universelle des droits de l’homme et dans la Constitution Burkinabé . Comment donc encadrer la collaboration entre les médias et les responsables des religieux afin de garantir le respect de la différence et la cohésion sociale ? A cette interrogation , Jean Paul Toé a donné des indications . il précise que le CSC a pris des mesures auxquelles les médias doivent se soumettre à savoir le respect du caractère laïc de l’Etat , la non diffusion de tout propos relevant de l’intégrisme.  Autres mesures pour éviter les dérives , la sensibilisation des prédicateurs sur les textes encadrant la conduite des émissions de prêche , la dynamisation des comités d’écoute au sein des médias , la non diffusion en direct des prêches ,surtout les comparaisons entre les religions engendrant des dénigrements de l’une ou l’autre .  Des sanctions administratives et judiciaires sont prévues aussi à l’encontre des médias et des prédicateurs faisant l’apologie de la diffamation et des injures . Pour le sens de garantir une bonne information religieuse pour une meilleure cohésion sociale , Jean Paul Toé préconise une campagne d’éducation religieuse dans les médias, des sessions de formation au profit des responsables des médias et des leaders religieux, l’élaboration d’un guide sur les bonnes pratiques religieuses et surtout la dynamisation de l’Observatoire nationale des faits religieux , une structure par excellence compétente pour analyser les pratiques religieuses dont malheureusement les activités sont en léthargie de nos jours par manque de moyens. Chaque communication a été suivie d’échanges entre les participants et le communicateur et des travaux de groupes sur des sujets tirés des communications .

Faso-nord .info

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *