Commémoration des 20 ans de l’assassinat de Norbert Zongo : Yako garde le qui-vive pour la vérité et la justice

A l’occasion du 20ème anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo et de ses compagnons, le Collectif des Organisations Démocratiques de Masse et de Partis Politiques(CODMPP) et la Coalition Nationale de Lutte Contre la Vie Chère, la Corruption, la Fraude, l’Impunité et pour les Libertés(CCVC),ont organisé une conférence publique le Jeudi 13 Décembre dernier à Yako. Au piquet du haut commissariat de Yako, cette conférence qui a mobilisé une marée humaine était placée sous le thème « crimes économiques et de sang sous la 4ème République : bilan et perspectives ». La journée de commémoration a pris fin  avec une projection cinématographique à la place de la garderie populaire de Yako.

Le président du MBDHP Passoré

« 20 ans après, renforçons la lutte pour la vérité et la justice pour Norbert Zongo et ses trois compagnons et contre l’impunité des crimes de sang et des crimes économiques», tel est le thème qui a  été choisi  pour la conférence publique de la CODMPP et de la CCVC tenue  à Yako le jeudi 13 Décembre 2018  à l’occasion de la journée commémorative du 20e anniversaire du drame de Sapouy. Comme d’habitude, les citoyens Yakolais épris de justice ne se sont pas fait priés pour répondre à ce appel du collectif de Yako.  Ce sont les élèves et étudiants, les membres du collectif de la CODMPP, de la CCVC, du SYNATEB, de la F-SYNTER et de la société civile du Passoré qui ont encore bravé les intempéries pour répondre à l’appel du jour. Dès l’entame, les conférenciers ont d’abord décliné le contexte national et le contenu de la forme des activités nationales et provinciales de la commémoration de ce 20ème anniversaire. Et c’est  à Aziz Somtoré de la F-SYNTER de faire succinctement un cours d’histoire sur les crimes économiques et de sang de la 4ème république jusqu’à nos jours.  Morceau choisi, le panéliste Somtoré a souligné la persistance de l’impunité et des crimes économiques et de sang malgré les multiples reforme au sein de l’appareil judiciaire.  Il soutiendra que la lenteur des autorités politiques et judiciaires actuelles pour faire  lumière sur les nombreux crimes économiques et de sang qui ont secoué le pays en sont des exemples . Dans la même veine, Théophile Ouédraogo a bâti sa communication sur la persistance des violations des libertés démocratiques et syndicales, la montée et la multiplication des luttes populaires multiformes contre la vie chère. La dégradation  de la situation sécuritaire n’a pas été en reste lors de cette journée à Yako. C’est à  Zackaria Ouédraogo de souligner que les  multiples attaques terroristes et la persistance de la domination de notre pays à travers la présence des forces militaires étrangères. Le président du MBDHP/Passoré,  Désiré Sankara a rappelé que le collectif né le lendemain de l’assassinat du journaliste reste ferme et engagé sur le combat pour la justice et la vérité sur ce lâche assassinat du 13 décembre 1998 du journaliste et ses trois compagnons. Pour lui, l’avis favorable de la France sur l’extradition du principal suspect est le résultat d’un long combat.  On se rappelle bien qu’un non lieu avait déjà été prononcé sur cette affaire par la justice Burkinabè sous le régime déchu.  Le président  a donc ajouté que les citoyens doivent rester sur le qui-vive pour l’aboutissement complet du dossier. A Yako , la 20e commémoration s’est terminée par une projection cinématographique.

Faso nord info

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *