Commune de Téma Bokin dans le Passoré : Ces mariages sont-ils illégalement célébrés?

image_pdfImprimerimage_printImprimer

Les derniers temps , des rumeurs font état  de célébration de mariages  à la mairie   de Téma  Bokin  dans la province du Passoré  par un enseignant  ne jouissant pas  du titre d’officier  d’état civil  . Pire l’incriminé  n’est  pas  membre du conseil municipal .  Qu’en est-il exactement ?

Ousmane Ouedraogo dit faire office du cérémonial des mariages seulement et non la signature des actes
Le premier adjoint au maire de la commune de Bokin tourne autour de la situation

A Téma- Bokin , l’évocation de cette histoire de  célébration de mariages par cet enseignant ne disposant pas d’une telle compétence dérange au sein des autorités locales . On veut en faire un sujet tabou . Au niveau de la mairie, personne ne veut prendre ses responsabilités  pour donner un éclairage sur ces rumeurs. Contacté par un de nos collaborateurs, le premier adjoint au maire tourne autour de la question.  Refusant de franchir le rubicond , il prononce  cependant   des bouts de phrases tendant à confirmer que le fait est réel .  La secrétaire générale de la mairie , elle aussi  botte en touche sur la question. Elle dit avoir pris fonction en 2017 et se refuse de confirmer la véracité des actes commis par l’enseignant.  L’incriminé Ousmane Ouédraogo à son tour titube sur le sujet . Reconnaissant qu’il ne jouit pas du titre de conseiller municipal encore moins d’officier d’état civile à l’heure actuelle,   il jure   n’avoir   jamais  célébré  un quelconque mariage depuis la fin de sa mission à la  délégation spéciale en 2016 , période pendant laquelle il portait de titre de 1e vice président . C’est en ce  moment à l’entendre    qu’il officiait   les mariages. il se défend  que sa signature ne figure sur aucun registre sur un acte de mariage depuis la fin de sa mission. Plus loin au cours de nos échanges il glisse cependant qu’il conduirait jusqu’à présent,  le cérémonial de la célébration à l’absence du maire et du comptable de la mairie. Le dernier acte en la matière date du moisde Février.   Tentant de banaliser ou de circonscrire la portée de son acte, les propos de Ousmane Ouédraogo à l’analyse laissent confirmer qu’il s’occupe uniquement de la conduite du cérémonial  pour laisser le pouvoir au maire d’entériner  son acte  sur le registre   . Même si  le rôle de l’incriminé  se limitait à  cela,  peut-on attester de  la  légalité des mariages auxquels il était  au  devant ?   Aucune disposition à notre connaissance ne lui donne cette autorisation. Le maire de la commune de Téma Bokin Ernest Nongma Ouédraogo était absent de son territoire, lors du passage de notre collaborateur. Joint au téléphone, il ne confirme, ni infirme la véracité des faits. Mais les quelques propos arrachés au téléphone semblent  confirmer la réalité des choses  « Pourquoi un enseignant ne doit pas célébrer un mariage.  Alors !, c’est un monsieur qui était 1er vice président pendant la délégation spéciale et qui  détient son  pouvoir  de  madame le préfet de l’époque  en sa qualité d’officier d’état-civil délégué .Bon !moi je suis arrivé et c’est lui qui officiait.  Comme mes adjoints sont analphabètes  et  non initiés, je lui ai demandé de continuer, le temps que  mes collaborateurs   se préparent et se forment.IL n’est pas conseiller  municipal, mais il est officier d’état civil délégué », a  répliqué en substance le patron du conseil municipal de Téma-Bokin.   Une interprétation  tout même  curieuse  venant d’un  ancien ministre de l’administration  territoriale   burkinabé à l’époque de la révolution, réputée caractérielle et bien au fait des principes  administratifs et judiciaires couvrant un document administratif comme un acte de mariage. Le transfert des actes administratifs et civils   aux élus locaux n’autorise pas leur banalisation . Le premier responsable de la mairie de Téma Bokin doit impérativement mettre   fin à cette imbroglio qui entoure la célébration des mariages dans sa commune. il faut le dire,  même le comptable en question agent de la mairie  soit -il est sous le coup de l’illégalité en célébrant les mariages. Lui non plus n’est pas conseiller et non plus officier d’Etat civil. Selon la loi, ce sont le maire et ses deux adjoints uniquement qui sont autorisés à célébrer les mariages. Même ceux qui jouissent du titre d’officier d’état civil délégué ne sont pas autorisés.

Faso-nord.info 

 

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *