Conférence provinciale du MPP/Yatenga : Dans une ambiance de rancœurs et d’injures grossières

Le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), section du Yatenga a tenu sa conférence provinciale le dimanche  02 mai  2021  à l’amphithéâtre de l’École nationale des enseignants du primaire de Ouahigouya. Ce fut dans une ambiance surchauffée ponctuée d’accusations  et d’injures   grossières.

Il a fallu de peu que la salle se transforme à un ring de boxe

Les fortes têtes du MPP /Yatenga  n’ont pas marchandé leur participation à cette conférence provinciale. Actuellement ambassadeur du Burkina Faso au  Sénégal, Jacob Ouédraogo, l’unique ressortissant de la province,  membre du bureau exécutif national était  là.

Il est indexé comme celui -là qui veut s’imposer comme le successeur de feu Salifou Diallo

Y étaient également Ismaila Ouédraogo, président de la fédération MPP /Nord, celui –là indexé de vouloir s’imposer  contre vents et marrées   comme le  leader  du parti au Nord, le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro- agricoles et de la mécanisation et bien d’autres gros calibres

                              Ring de boxe

Le présidium lors de la conférence provinciale

 Cette conférence qui se voulait une occasion pour sonner le rassemblement et  l’unité au sein du parti en vue des élections municipales et de la mise en œuvre du programme présidentiel a failli se transformer à un ring de boxe. Au yatenga depuis belle lurette, depuis la disparition de l’illustre membre  fondateur du MPP,  Salifou Diallo, le parti au pouvoir est devisé en clans et cela a été fortement  ressenti au cours de cette conférence. Des intervenants ont tiré  à boulets rouges sur le ministre de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo,  l’accusant de travailler à affaiblir le parti en relevant des cadres des postes de responsabilité.

                                         Vives protestations

Accusé de travailler à affaiblir le MPP /Yatenga en relevant des cadres des postes de responsabilité, le ministre Salifou Ouédraogo est resté de marbre au cours de la rencontre . Il n’a pas pipé mot .

 Entre autres cas mentionnés, Harouna Kiemdé ancien directeur régional de l’Éducation préscolaire, primaire et non formel du Nord, l’ancien  directeur régional de la jeunesse, Soumaila Ouédraogo, l’ancien directeur du cabinet du ministre de l’Agriculture, Emmanuel Ouédraogo. Ces accusations ont provoqué de vives protestations dans la salle.  Le directeur de l’Autorité nationale de la vallée Sourou à son tour a  pris la parole  pour battre en brèche les propos des  détracteurs de l’actuel ministre de l’Agriculture. Il a fait comprendre que des cadres du parti ressortissant de la région occupent toujours des postes de responsabilité et continuent d’être nommés. Pour lui à force de surfer sur cette question  des nominations des cadres de la région, on risque de glisser vers le régionalisme.

Sectarisme dans la gestion des partis

Il a pris la parole pour dénoncer la gestion sectaire du parti et recadrer les détracteurs du ministre de l’Agriculture

Sous des applaudissements nourris,  le directeur de l’Autorité de la Vallée de Sourou a dénoncé un certain sectarisme dans la gestion du parti avant de clamer pour l’unité et la cohésion. Toujours sur ce  sujet, d’autres  militants ont réagi, signifiant  que la  prérogative de la nomination  relève de la discrétion du décideur. A un certain moment, le ton est monté au point d’en arriver à des injures grossières. Il a fallu le tact des superviseurs mandatés par le bureau politique national  à  cette rencontre, Urbain Yaméogo et Pascal Benon,  pour éviter la dérive

                           Colmater les brèches.

Il a fallu le tact des missionnaires du bureau politique national pour que la rencontre arrive à terme

 Ils  ont  suspendu les interventions pendant un bout de temps pour faire revenir le calme,  invitant les intervenants à la retenue.  Si les missionnaires ont  pu  colmater les brèches  pour épuiser l’ordre du jour de  la conférence,  le constat qui se dégage est que  les ambitions démesurées et le choc des égos ont la peau dure au MPP/Yatenga. L’unité et la cohésion au sein de ce parti n’est pas pour demain.

                                    Héros solitaire

Au MPP Yatenga , c’est je t’aime moi non plus

 Depuis le décès de Salifou Diallo, le parti est divisé en clans et les protagonistes se combattent  par tous les moyens pour s’octroyer le leadership. Du choix des membres des structures de base du parti en passant par la  désignation des candidats   à la députation, on multiplie les stratagèmes  pour se faire une place au soleil . Nonobstant cette conférence provinciale, à chaque regroupement, c’est l’occasion pour  les partisans des clans de se décocher des flèches.   AU MPP/Yatenga, cette expression consacrée qui dit que l’union fait la force n’a pas droit de cité. Certains se complaisent dans leur comportement de « héros solitaire »

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *