Construction d’un lycée à Gourcy : Des habitants du secteur 5 s’opposent au changement du site

image_pdfImprimerimage_printImprimer

Des habitants du secteur 5 de la commune de Gourcy, chef-lieu de la province du Zondoma sont fortement remontés contre les autorités municipales. Ils l’ont fait savoir le vendredi 04 novembre dernier en se rassemblant à la place de la nation. La raison de leur colère, le changement de site d’un lycée qui devait être construit dans ce secteur. À entendre le conseiller municipal, Ousséni Ouédraogo, l’information a été donnée qu’un nouveau lycée devrait être implanté au secteur 5, mais à la grande surprise des habitants de ce secteur, on a transféré l’infrastructure dans un autre secteur de la ville. Le prétexte est que le site qui avait été identifié au secteur 5    serait exigu. Ce qui irrite le conseiller Ousséni Ouedraogo est qu’aucun des deux élus du secteur, ni une autre personne ressource n’a été associé à la visite sur le site encore moins à l’instance qui a décidé du   transfert du lycée dans un autre secteur.

  Les habitants du secteur 5 rassemblés à la place de la nation.jpgIl précise que l’exiguïté du premier site abritant l’école n’est pas une raison suffisante, car le secteur dispose d’autres terrains pouvant abriter la construction de l’établissement. « Nous pouvons même dégager plus de 20 ha au secteur 5. Tous les autres secteurs de la ville abritent des établissements d’enseignement secondaire sauf le 5.  Cette opportunité, nous n’allons pas la laisser passer » martèle le porte – parole des plaignants OussénI Ouédraogo. Le premier adjoint au maire de la commune de Gourcy, Lassané Koma reconnait effectivement avoir reçu une mission l’informant de la construction d’un lycée sur un site à l’école du secteur   5 sur financement du budget de l’Etat à travers le ministère de l’éducation nationale.

Les portes du dialogue restent ouvertes

Il s’est déporté avec le secrétaire général de la mairie et les missionnaires notamment un agent de la direction provinciale de l’éducation de base du Zondoma, un agent de la direction régionale de l’éducation de base au Nord, un de la direction régionale des Enseignements secondaires et des responsables de l’entreprise attributaire du marché. Arrivés sur les lieux, les techniciens ont fait le constat que le site abrite déjà une école primaire et que l’espace restant est exigu pour abriter le lycée. Aux dires des techniciens, à entendre le maire, il faut  un terrain de 5 ha. Une superficie qu’on ne pouvait pas dégager sur le premier site abritant l’école.  Les techniciens ont demandé à voir le plan cadastre de la ville.  Un document que l’agent cadastre de la mairie leur a fourni.  C’est là que les différentes parties ont convenu du transfert de la construction de ce lycée sur une réserve administrative au secteur 4.

Que le consensus prévale 

Selon le maire, l’important selon lui est de voir la construction   du lycée dans la ville de Gourcy. Il dit n’avoir aucunement penser que cela pouvait susciter un conflit « Pour moi c’est un bien de la commune de gourcy, peu importe où il est implanté.  L’essentiel est qu’il soit utile à tous les enfants de la commune » argumente le 1er adjoint au maire. Qu’à cela ne tienne, il rassure que les portes du dialogue restent ouvertes. Il dit avoir informé à la délégation du secteur 5 venue le rencontrer le vendredi 04 novembre 2016 qu’à cadre d’échanges se tiendra en présence de la première responsable de la commune pour statuer sur la question. Au niveau de la direction provinciale de l’Education de base du Zondoma, le patron des lieux, Fousséni Ouadéba et son chef de service d’études et la planification, Jean-Marie Nanéma   ont fourni les mêmes arguments que celles du 1e adjoint au maire. Pour eux, conformément aux textes en vigueur, il est prévu que si le premier site indiqué ne réponde aux normes, on puisse opérer un transfert sur un autre terrain. La DPENA ne prend pas parti sur le choix du terrain. Son souhait est que l’esprit du consensus habite les différents acteurs afin que l’entreprise puisse démarrer les travaux dans les meilleurs délais.

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *