Coupe de la renaissance à Ouahigouya : Le football comme facteur de cohésion sociale 

image_pdfImprimerimage_printImprimer

Le lancement de la troisième édition de la coupe de la renaissance s’est effectué le samedi 4 février 2017 au stade municipal de Ouahigouya. Présidée par Jean-Claude Bouda, ministre de la Jeunesse de la Formation professionnelle et de la Réinsertion sociale, cette édition est co-parrainée par le député Jacob Ouédraogo et le directeur général de CIMFASO, Inoussa Kaboré.

 

Le Mouvement Citoyen de la Jeunesse pour le Développement et le Progrès (MCJDP) et son président d’honneur Ibrahim Alassane patingdé Ouédraogo, promoteur de la coupe de la renaissance sont fermement engagés à faire de ce tournoi, un évènement sportif majeur au Yatenga. Regroupant au départ, les 15 secteurs de la ville de Ouahigouya, le tournoi s’est ouvert aux 12 autres communes de la province. Le grand public mobilisé au stade lors du lancement de cette édition en dit long quant à l’adhésion de la population à cette initiative. Et le député Jacob Ouédraogo, porte-parole des parrains de signifier que ce rendez-vous sportif a pris place dans le cœur et dans l’esprit des populations du Yatenga ainsi que l’ensemble des acteurs du monde sportif. Il se convainc que le promoteur, Ibrahim Alassane Patingdé Ouédraogo fait partie des meilleurs espoirs de la jeunesse. L’harmonie dans la différence

« La relève que nous voulons sérieux et de qualité, doit reposer sur des modèles, des valeurs que nous devons ensemble encourager et promouvoir si nous voulons un lendemain meilleur pour les générations futures » a martelé le député. Pour le ministre de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de la Réinsertion sociale, Jean-Claude Bouda, l’organisation de cette coupe matérialise une volonté à tous d’accompagner le gouvernement dans la promotion du sport. Il a traduit son engagement et sa disponibilité à soutenir la pérennisation de cette tribune qui permettra de  magnifier  la diversité,  la créativité,  l’égalité et  l’effort à travers le football.  Le ministre, les parrains et le promoteur ont tous souhaité que la détermination, l’esprit de fair-play, le respect de la différence, le patriotisme, l’amour de la victoire, la modération, l’acceptation des résultats, le goût de l’effort et la réussite soient les maitres -mots pendant ce tournoi. 

Promouvoir l’employabilité des jeunes Le président du comité d’organisation, Harouna Bologo a indiqué que cette édition sera marquée par deux compétions : la coupe inter-secteur regroupant les 15 secteurs de la commune de Ouahigouya et les matchs qui opposeront les équipes des 12 autres communes de la province. Au total, 42 matchs seront joués au cour du tournoi.  Comme plat d’entrée, le public venu au stade a eu droit à un match de gala ayant opposé Falem FC au Centre de formation Naba-Kango, évoluant tous en deuxième- division du championnat burkinabè. Falem a battu son adversaire par le score d’un but à zéro. Le cross populaire organisé à la place de la nation et la prestation d’artistes tenue à nocturne au même endroit ont été d’autres activités confirmant la volonté des organisateurs et du promoteur à asseoir les bases de la cohésion sociale à travers ce tournoi.

Ils ont traduit leur remerciement au ministre, aux parrains, à CIMFASO, à l’hôtel Zana, à Airtel -Burkina et à tous ceux qui ont contribué pour rehausser l’éclat de cette compétition. Le promoteur reste attaché à son ambition de faire de ce tournoi un moment de formation à l’employabilité des jeunes. A ce titre, il a annoncé le lancement d’un projet de grande envergure en juin 2017 par les plus hautes autorités du pays.

 

Faso-nord.info

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *