Défis humanitaires : Raogo Antoine Sawadogo se penche sur la fourniture des services publics de base

La république d’Allemagne, le Danemark, l’Union européenne  et l’Organisation des Nations Unies ont co-organisé  le 8 septembre 2020, une conférence virtuelle de hauts représentants sur le thème «  Répondre aux défis humanitaires dans une perspective à long terme : Burkina Faso, Mali, Niger. Le président du Laboratoire citoyennetés, Raogo Antoine Sawadogo a au  cours de cette conférence axé son exposé sur les 6 défis structurels liés à la fourniture des  services  de base.

Raogo Antoine Sawadogo a au  cours de cette conférence axé son exposé sur les 6 défis structurels liés à la fourniture des  services  de base.

2500 établissements scolaires non fonctionnels, privant l’accès à l’éducation à 35000 élèves. 10 408 enseignants affectés avec 623 établissements endommagés. Environ 222 travailleurs de l’éducation, victimes d’attaques terroristes, ces chiffres rendus publique par le ministère de l’éducation nationale en 2020 et cités par Raogo Antoine Sawadogo ,  illustrent  les  conséquences néfastes du terrorisme  Ce phénomènes menace dangereusement  plusieurs  services sociaux de base : 1, 5 millions de personnes sont privés de soins tandis que 55% de la population  à savoir 2 millions de personnes  subissent une insécurité alimentaire sévère . Il précise que le besoin d’assistance humanitaire  estimé à 2, 9 millions en fin juin 2020 est en constante évolution depuis l’avènement du COVID-19 et la saison des pluies .

certaines offres de service peuvent s’avérer superflues, créant insidieusement un cycle de dépendance entre les populations déplacées et les différentes institutions et organisations qui leur offrent des service

                              Des chiffres ne reflétant pas  la réalité

 Évoquant   la non  fiabilité de ces chiffres liée   à la défaillance des systèmes d’état civil et au mécanisme de recensement, Antoine Raogo Sawadogo propose l’amélioration du ciblage des acteurs des groupes vulnérables , la réhabilitation et la remise des infrastructures en état de fonctionnement , la sécurisation et le retour des populations dans leurs villages d’origine , le retour de l’État local dans les zones désertées, la réduction du risque de massification , de concentration et de gestion centralisée des services délivrés aux populations déplacées . « A partir des services centraux des ministères concernés et des sièges des organismes humanitaires, la coordination de la politique et des mécanismes fonctionnels font arriver l’assistance trop tard. L’appui aux populations déplacées et, d’une manière globale la gestion de la crise humanitaire, suscite une solidarité de plus en plus grandissante tant auprès des ONG humanitaires qu’auprès des agences de coopération classiques. Cette situation pourrait, en l’absence d’une bonne politique et de mécanismes fonctionnels de coordination tant au niveau central que local, entraîner un empilement des services au détriment d’une offre rationnelle et adaptée. Ainsi, certaines offres de service peuvent s’avérer superflues, créant insidieusement un cycle de dépendance entre les populations déplacées et les différentes institutions et organisations qui leur offrent des services » soutient Raogo Antoine Sawadogo.

                      Veille citoyenne et éducation à la citoyenneté

 Poursuivant son argumentaire , il relève la nécessité de mettre en place un système de veille citoyenne et des mécanismes d’éducation à la citoyenneté à l’intérieur des camps de réfugiés avec la participation d’acteurs comme des journalistes, des associations de veille et d’interpellation citoyenne et des lanceurs d’alertes «  Ceci permettra de construire à l’échelle des communes et des régions des plateformes de veille citoyenne sur les services offerts aux populations déplacées  » étaye   le président du Laboratoire citoyennetés .

Un autre défi a relevé  selon Raogo Antoine Sawadogo, est de développer des mécanismes pour faire des personnes déplacées des producteurs, transformateurs, fournisseurs, c’est-à-dire les sortir de  leur situation actuelle de consommateurs passifs de services et bien.

 L’État en concertation avec les partenaires techniques et financiers (PTF), les collectivités territoriales et la société civile devra trouver un mécanisme de fonds dédiés à la situation sécuritaire 

                               Démanteler  les réseaux de recrutement

Raogo Antoine Sawadogo estime que les camps de réfugiés, les sites d’attente sont des réservoirs de manipulation et d’endoctrinement, de diffusion d’idéologies extrémistes. Il propose donc le démantèlement de ces lieux au profit d’une Haute autorité de réhabilitation et de réinstauration des services de base rattachée à la présidence.  Il juge aussi nécessaire  la mise en lien entre les communes de provenance des déplacés et les communes d’accueils de ces derniers. Dans sa communication, le président du Laboratoire citoyennetés Raogo Antoine Sawadogo mentionne le financement des actions humanitaires comme  un autre défi majeur. « L’État en concertation avec les partenaires techniques et financiers (PTF), les collectivités territoriales et la société civile devra trouver un mécanisme de fonds dédiés à la situation sécuritaire » note-il 

                         Renforcer la solidarité nationale

IL propose à ce sujet 4 étapes qui puissent permettre le renforcement de la solidarité nationale à savoir l’initiation d’un dialogue international sur l’investissement dans la capacité de la réponse nationale ; l’identification d’opportunités et de mécanismes afin d’augmenter le financement des ONG nationales ; l’élimination des obstacles à l’accès aux financements humanitaires existants ; la construction d’un partenariat sur la base de l’égalité et de la confiance.

Autre défi majeur insiste Raogo Antoine Sawadogo, il s’agit de faciliter l’accès à la population touchée par le terrorisme. Il propose le  blocage du ravitaillement des terroristes en carburant, matériel militaire, nourriture, médicaments, communication, transfert d’argent, or, pétrole, recrutement. Il souligne qu’il est capitale également d’empêcher les experts et leurs réseaux d’identifier, de recruter, d’endoctriner et de former les jeunes à la pratique des actes terroristes tous azimuts. Il suggère aussi le blocage des capitaux et les financements du  terrorisme dans la Zone UEMOA. Il est question clarifie –t-il de dénoncer toutes les opérations suspectes en lien avec le blanchiment des capitaux.

                    Coproducteurs des services publics de base

C’est un cadre d’échanges qui se veut un cadre une préparation de la table ronde ministérielle sur le Sahel central qui se tiendra en octobre 2020 à Copenhague au Danemark.

En conclusion, Raogo Antoine Sawadogo avertit fermement que toute velléité tendant à remplacer ou de suppléer les abonnés de l’humanitaire est  inappropriée et inopérante. Il est plus indiqué conseille –t-il d’accompagner les populations à identifier, organiser, produire et gérer les biens et services qu’elles maitrisent. En un mot, développer une stratégie permettant aux populations de produire et délivrer elles – mêmes des services publics de base comme dans les secteurs de l’agroalimentaire, la foresterie, l’élevage, la médecine traditionnelle. Examiner les enseignements tirés des opérations humanitaires, les plans prospectifs dans des domaines thématiques transversaux spécifiques recoupant l’humanitaire, la coopération pour le développement et les efforts de paix, l’impact et les conséquences de la maladie du COVID 19, c’est l’objectif de cette rencontre co-organisé par l’Allemagne, le Danemark, l’Union européenne et l’Organisation des Nations-Unies.   C’est un cadre d’échanges qui se veut un cadre une préparation de la table ronde ministérielle sur le Sahel central qui se tiendra en octobre 2020 à  Copenhague au Danemark.

Faso nord info

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *