Déguerpissement ancienne gare routière de Ouahigouya : Accord trouvé entre les syndicats des transporteurs, des commerçants et les autorités municipales

Au cours de la soirée du vendredi 20 août 2021 , le maire de la commune de Ouahigouya , la présidente de la commission tripartite chargée du projet de  la  construction du village artisanale , les responsables des syndicats des transporteurs et des représentants des occupants du site de l’ancienne gare routière ont signé une convention contenant des engagements et marquant une entente sur l’ultimatum du  déguerpissement d’ici le 31 août 2021 pour permettre la mise en œuvre du projet du village artisanal .

????????????????????????????????????

Des occupants du site de l’ancienne gare routière de Ouahigouya, on s’en souvient avait organisé une marche le mardi 17 août 2021 pour protester contre un ultimatum de déguerpissement qui leur a été notifié par la mairie pour permettre la construction d’un village artisanal sur financement de la banque mondiale  à hauteur de 400 millions de FCFA. Les marcheurs se plaignaient d’avoir reçu une    notification  le 11 aout 2021 signifiant  qu’ils  ont  jusqu’à la date du 31 août 2021  pour quitter le lieu. Jugeant avoir été pris de court et dénonçant le non achèvement des  sites où ils doivent être réinstallés, des contestataires  ont improvisé une marche le 17 août dernier   pour signifier leur mécontentement. Dans une correspondance adressée  aux autorités municipales, ils plaidaient pour le report de leur déguerpissement au  31 décembre 2021.

Lever les équivoques

Suite à cette marche, la commission tripartite chargée de la mise en œuvre du projet du village artisanal, les responsables des syndicats des transporteurs et les représentants des frondeurs se sont rencontrés pour aplanir les incompréhensions. Selon la présidente de la commission tripartite, Mme Sodré /Sangarba Djéneba, il y avait effectivement un déficit de communication entre ceux qui ont manifesté et les responsables syndicaux au sujet du déguerpissement. Elle confie que les zones d’ombres ont été levées et qu’une entente a été trouvée entre les protagonistes. Mieux,  l’ensemble des parties a été visité les sites de délocalisations au profit  des commerçants et les transporteurs.

                                                  120 personnes à dédommager

Elle reconnait que les travaux d’aménagement du site dédié  aux transporteurs ne sont pas achevés à l’heure actuelle  à cause du bitumage de la route nationale N°2 à l’intérieur de la ville. Mais  le projet de la construction du village artisanal prenant fin le 31 décembre 2021, il faut bien que les occupants du lieu réservé à  cet investissement déguerpissent pour permettre sa réalisation. Précision importante, c’est une portion de 1 ,5 ha du site de l’ancienne gare  qui est retenue pour la réalisation du village artisanale et ce sont 120 personnes affectées par le projet qui ont été recensées pour bénéficier des dédommagements.

                                      Développer la commune de Ouahigouya

 A la suite des explications de la présidente de la commission tripartite, le président de la fédération des  syndicats des transporteurs, El hadj Boureima Ouédraogo  a pris la parole pour confirmer que les mésententes sur le déguerpissement relèvent  désormais du passé. «  Çà n’a pas été  facile, mais soucieux du développement de la commune de Ouahigouya et au regard du délai court pour exécuter le projet du village artisanal, nous avons  tous accepté  le déguerpissement » confie le président de la fédération des syndicats.

Le représentant des frondeurs a pour sa part déclaré qu’au début, son groupe n’avait pas toutes les informations afférentes  aux  conditions du déguerpissement.

                                                  Tous derrière les syndicats

 Il confesse  que les conciliabules après leur marche ont  permis d’avoir une idée claire sur le projet et sur le sort réservé à  ceux qui sont appelés à se réinstaller ailleurs .

Il déclare  que désormais, tout le monde est solidaire du mot d’ordre  des  syndicats à faciliter la mise en œuvre du projet du village artisanal. Le porte-parole des frondeurs  reconnait qu’ils sont tous sous le couvert des syndicats et qu’ils n’ont pas intérêt à se désolidariser des décisions qu’elles ont prises avec l’administration communale. En claire, les frondeurs s’alignent à l’ultimatum de libérer le site de l’ancienne gare routière d’ici le 31 aout  2021. 

                                                          Une convention signée

 Concrétisant  leur accord, les protagonistes ont signé une convention au cours de la soirée du vendredi 20 août 2021. Ce sont le maire de la commune Boureima Basile Ouédraogo, la présidente de la commission tripartite Mme Sodré /Sangarba Djéneba, par ailleurs 1ere adjointe au maire, le représentant des syndicats des transporteurs, El hadj Boureima Ouédraogo et le représentant des commerçants, Amado Ouédraogo qui ont entériné les signatures de ladite convention.

L’alinéa 1 de l’article 2 de la convention stipule « La commune s’engage à aménager un premier site au secteur 11 de Ouahigouya sur la RN2 pour l’aire de stationnement pour les véhicules gros porteurs ; à aménager un second site au secteur 1 pour la réinstallation des commerçants ( exploitants, propriétaires de boutiques , kiosques, hangars) affectés par le projet ;  attribuer des espaces de 9à 18 m2 aux personnes affectées par le Projet pour construire des boutiques au niveau du site du marché du secteur 1 »

                                              Engagements des syndicats

A l’alinéa 2  de l’article 2 , intitulé,  des obligations des syndicats des transporteurs et commerçants , il est mentionné ceci «  En contrepartie des obligations de la commune de Ouahigouya,  les syndicats des transporteurs s’engagent à  accepter les dédommagements fixés par la banque mondiale (PTDIU) ; rejoindre le site au secteur 11 sur la RN2 pour l’aire de stationnement pour les véhicules gros porteurs ; rejoindre dés dédommagement et dans un bref délai le site du secteur 1 pour y construire des boutiques » . A l’aliéna 5, il est indiqué que la présente convention prend effet à compter de la date de signature. Précision utile  à l’article 6 «  Les parties s’engagent à régler à l’amiable les litiges issus de l’interprétation ou de l’application de la présente convention ».

La présidente de la commission tripartite a informé également qu’un comité  chargé  de gestion des plaintes a été mis en place pour recueillir les insuffisances. Lesquelles insuffisances  seront  traitées avec  diligence pour lever tous les obstacles  qui pourraient entacher la bonne exécution de ce projet de réalisation du village artisanale.

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *