Départ  du MDA de la majorité présidentielle : L’unique député du parti suivra-t-il son président ?

Le 1er avril 2018, le Mouvement pour la Démocratie en Afrique (MDA), à travers un communiqué signé de son président, Amadou Tall, annonçait sa démission de la majorité présidentielle et subsidiairement de l’alliance des partis et formations politiques de la mouvance présidentielle(APMP). Dans une déclaration laconique publiée sur la page facebook de Amadou Tall, le parti entend déposer désormais ses valises dans l’opposition politique.

Selon le premier responsable du parti, la décision de rompre les amarres avec la majorité présidentielle se fonde sur le fait que « la conduite approximative des affaires de l’Etat ne suscite aucun espoir pour le peuple qui souffre profondément. ».Et de poursuivre, «  Depuis les élections du 29 novembre 2015,le MDA a adhéré à l’alliance des partis et formations membres de la mouvance présidentielle (APMP) en vue de soutenir le programme présidentiel et  défendre les idéaux de l’insurrection populaire.  Plus de deux années après l’accès du MPP au pouvoir, les attentes des populations sont gravement insatisfaites », peut-on lire dans la déclaration. Pour le MDA, « pire, la gestion approximative des affaires de l’Etat ne suscite aucune espérance pour le peuple qui souffre profondément. C’est pourquoi le MDA décide démissionner de cette alliance pour compter du 1er avril 2018 ».  Le déclaration  indique par ailleurs que le député du parti« engagera immédiatement  des démarches en vue de rejoindre le  groupe parlementaire d’opposition UPC (Union pour le Progrès et le Changement) afin de poursuivre sa mission au service du peuple ». Créé en 2014, le MDA a participé pour sa première fois aux   législatives du 29 novembre 2015 . Amadou Tall fut élu   dans le Loroum, sa province natale, mais ne pourra pas valider son mandat.Il  est poursuivi par la justice burkinabè pour escroquerie, faux et usage de faux dans une  affaire de 50 kg  d’or. Mieux  il sera incarcéré à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou pour cette même affaire. Son fauteuil sera occupé trois mois plus tard  par Boukary Barry, son suppléant. Libre de ses mouvements depuis le 9 août 2017, Amadou Tall aurait tenté vainement de siéger  à l’assemblée nationale. L’ex—pensionnaire de la MACO n’aurait pas visiblement pas digéré la non validation de son mandat.Pour certains observateurs de la scène politique burkinabè, cette décision du président du MDA est plus motivé par la  non validation de  son mandat que par  les raisons invoquées dans la déclaration. On note  que l’acte de divorce avec le pouvoir MPP n’est consécutive à une aucune instance du parti. Son caractère unilatéral risque fort d’entrainer des frictions dans le parti.  Les scénarii à l’UPC ou au Faso Autrement nous ont amplement édifiés. C’est dire qu’il ne faut pas s’étonner de  de ce que ce parti se retrouve seul à l’opposition sans  son député.

Faso-nord.info

 

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *