Drame dans le Passoré/ Région du Nord : Elle regrette de n’avoir pas pu tuer tous ses 4 fils

Un acte criminel orchestré par une femme à l’endroit de deux de ses 4 enfants dans la soirée du samedi 11 février 2017 au secteur 6 de Yako a suscité de nombreux commentaires et interrogations.  Après avoir administré un poison à ses enfants dans une maison hermétiquement fermée, la dame aurait à son tour ingurgitée le produit toxique. Ce sont donc trois personnes agonisant que le premier fils de l’auteur de l’acte a découvert cette nuit du samedi 11 février aux environs de 21 heures. Transportés tous les trois au centre médical avec antenne chirurgicale de Yako, les deux enfants n’ont pas survécu. Restée en vie, la mère internée toujours dans ladite structure sanitaire jusqu’au moment où nous tracions ces lignes manifesterait des signes de délire. De ce qu’on peut retenir de ses propos, elle regretterait de n’avoir pas pu donner la mort à tous ces 4 fils. Est-ce une crise subite de démence pour ne pas dire  de folie qui a poussé cette dame à commettre cet acte irréversible à l’endroit de ses enfants. Selon nos recoupements, elle ne manifestait pas de signes de maladie auparavant, mais ses agitations actuellement au centre médical laissent croire que la présumée tueuse ne jouit pas de toutes ses facultés. L’une des victimes, une fille, fréquentait le lycée provincial du Passoré en classe de 5ème  et était 5ème de sa classe.  L’autre un garçon était en classe de CM1 à l’école Yako -mixte. A ce qu’on dit, le jour du drame ce samedi 11 février, le premier fils de la dame qui n’habite plus dans la maison familiale y était passé aux alentours de 19 heures et a constaté que la maison était fermée. Après avoir frappé à la porte sans avoir la moindre réponse, il est reparti pour revenir vers 21 heures. C’est en ce moment qu’il a fait le constat du drame. Le temps mis pour découvrir le forfait a été fatal pour les deux enfants. Le mari de la dame, un handicapé est réparateur de poste-radio au marché de Yako. Le drame s’est produit alors que ce dernier n’avait pas encore rejoint le domicile. Qu’est-ce qui a bien poussé cette femme   à une telle extrémité ? Cette question beaucoup de personnes continuent à se la poser à Yako. Le diagnostic des spécialistes de la santé nous en dira peut-être un peu plus dans les prochains jours.  Et comme si le malheur ne venait jamais seul, le vendredi 10 février 2017, c’est un enfant albinos qui a échappé de justesse à un enlèvement dans une école dans la ville de Yako aux environs de 13 heures. Les malfaiteurs, deux selon les dires, conduisaient un véhicule noir. Ils auraient tenté d’appâter leur cible avec des bonbons, mais la stratégie n’a pas prospéré. C’est alors qu’ils ont pris la fuite .Pour l’instant aucune nouvelle sur  les suspects. C’est donc dire que la vigilance doit être de mise dans la province du Passoré  tout comme dans les autres localités du Burkina. La coopération des populations serait la bienvenue afin de mettre ces personnes malintentionnées hors d’état de nuire

 

Photos: illustration

                                                    

  Faso nord info

 

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *