Ecole de Watinoma à Titao : Bon taux de succès au CEP grâce au soutien du PAM

1042 élèves, dont 67  en classe de cours moyen 2éme année (CM2), c’est l’effectif de l’école de Watinoma  dans la commune de Titao au cours de cette année scolaire 2020 -202 1. Cet effectif gonflé avec l’arrivée massive des personnes déplacées constituait un casse-tête pour l’équipe enseignante. Grace à un soutien du Programme alimentaire mondiale (PAM) en vivres, les enseignants ont pu dispenser les cours dans un climat serein. Ce qui a permis d’engranger un bon taux de succès à l’examen du certificat d’études primaires à Watinoma, une école de la circonscription d’éducation de base de Titao II   

Avec l’arrivée massive des personnes déplacées , les effectifs se sont gonflés dans les classes de l’école de Watinoma

L’arrivée massive des personnes déplacées a considérablement gonflé  les effectifs de l’école de Watinoma  au cours de l’année scolaire 2020-2021. Ces nombreux enfants déplacés inscrits à l’école ont   perturbé  les différentes prévisions. Il y a l’insuffisance de la cantine scolaire alors  que ces enfants arrivés à Titao  à cause de l’insécurité grandissante  vivent avec leurs parents dans des conditions précaires manquant de quoi pour s’alimenter. « Ventre vide n’a point d’oreilles » dit-on. Le débit d’eau de la fontaine de l’école était très faible , le ravitaillement en eau s’est davantage compliqué avec l’arrivée des nouveaux venus . Face à tant de difficultés, l’école de Watinoma n’offrait pas de bonnes conditions d’apprentissage.

                                          Oreille attentive du PAM

 Les premiers responsables  de l’éducation dans la province  ont tapé à des portes dans l’espoir d’avoir un soutien afin d’améliorer les conditions de travail des enseignants et des élèves. Ils ont trouvé une oreille attentive auprès du Programme alimentaire mondiale(PAM)  qui a accepté doter l’école  en denrées alimentaire. Dotation accordée 240 sacs de riz, du haricot et de l’huile. Cette main tendue de cette structure humanitaire a fortement contribué à l’amélioration de la qualité de l’éducation dans cette école «  Avant le démarrage de  la cantine scolaire,  nous rentrons dans les classes les cœurs serrés, dans une ambiance d’angoisse  et de pitié.  de nombreux apprenants tenaillés par la faim suivaient difficilement les cours. Les absences se multipliaient et certains finissent par abandonner » décrivent les enseignants de l’école.

                                      L’impact du soutien du PAM

 Depuis l’arrivée des vivres du PAM, confessent –t-il, la donne a radicalement changé. La fréquentation selon leurs dires s’est stabilisée. De nombreux élèves, parmi les déplacés qui n’avaient à manger à la maison à midi, se nourrissent à leur faim, préférant rester à l’école pour réviser les cours. Sur 61 élèves  de la classe de CM2, 51 sont des déplacés et l’équipe enseignante se demandait comment s’en tirer avec ces abonnés aux absences. IL a fallu cette main secourable du PAM à en croire le directeur de l’école  pour permettre d’asseoir un travail assidu dans cette classe. Les résultats à l’examen du certificat d’études primaires, insistent les enseignants,   traduisent clairement l’impact de la dotation offerte par le PAM.

                                           Discrimination positive

En mode discrimination positive une initiative du PAM pour susciter l’inscription et le maintien des filles à l’école

Sur un effectif  de 67 élèves dont 51 élèves en situation de déplacés, le taux de succès est de 77, 5%. « Nous devons en grande partie ce taux de réussite au PAM. Sans son apport, il était difficile pour les enseignants d’administrer sereinement les cours et d’encadrer les élèves »   répète sans cesse  le directeur de l’école. Mieux, informe le premier responsable de l’école, le PAM a instauré ce qu’on pourrait qualifier de discrimination positive  en accordant à chaque fille de l’école une dotation de 10 kg de riz à emporter à la maison. Une stratégie pour susciter l’inscription des filles et leur maintien.

                       Faible mobilisation de la cotisation APE

Le président de l’association des parents d’élèves, Salif Badini  multiplient les remerciements à l’endroit du PAM. Il reconnait que son accompagnement a fortement participé à l’amélioration de la vie scolaire. La majorité des parents d’élèves  souligne-t-il,   étant des déplacés vivant dans la précarité, la collecte des cotisations  permettant de répondre aux besoins de l’école est difficile.

                             Nappe phréatique profonde

Remerciant le PAM , le président souhaite qu’il porte son regard sur le problème de l’accès à l’eau

Traduisant sa reconnaissance à cette organisation humanitaire, il plaide  pour qu’elle porte un regard sur le problème d’eau que vit l’école. Les élèves éprouvent des difficultés pour exploiter l’eau de la pompe à cause de la profondeur de la nappe phréatique. Ils sont obligés d’apporter de chez eux des bidons d’eau pour permettre la préparation de la cantine scolaire .La solution la plus efficace pour résoudre ce problème, c’est l’implantation d’une adduction d’eau potable avec un château.

                        Reconduite la dotation en vivres

Elèves, enseignants joignent leurs voix à celle des parents pour demander un soutien quant à la réalisation d’un point d’eau  plus performant et aussi la reconduction du soutien en denrées alimentaire. Au regard de l’évolution de la situation sécuritaire préviennent-ils, le retour des personnes  déplacées dans leurs localités n’est pas pour  demain. L’école  de Watinoma sera  confrontée  aux mêmes difficultés à la prochaine rentrée scolaire. Par conséquent, elle aura besoin de l’appui du PAM, de bien d’autres structures et de toutes les bonnes volontés.

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *