« Écoles de la paix  »  à Ouahigouya : scolaires et  autres acteurs autour d’une même table

image_pdfImprimerimage_printImprimer

Après une session de  formation sur le concept des  » Ecoles de la paix » qui a regroupé les élèves des établissements d’enseignement du secondaire  de la ville de Ouahigouya impliqués dans la mise en œuvre de son  plan d’action (2018-2019)  , l’association pour la Relance culturelle et Artistique au  Nord ( ARCAN)  a  réuni les 27 et 28 avril 2019 ,  les élèves , les parents , les responsables d’établissements , des leaders religieux et politiques pour les mettre au même niveau d’information. Ce plan d’action est financé par le Laboratoire Citoyennetés dans le cadre du programme d’Appui à la Décentralisation et à la Participation citoyenne (DEPAC2) de la coopération Suisse au Burkina Faso .

 

 

 

 

 

Dialogue , cohésion sociale et résilience à l’extrémisme violent; rôles des leaders des écoles dans la promotion du civisme ;   activités des écoles de la paix et collaboration avec les acteurs , ce sont  les thèmes qui ont l’objet d’échanges  entre   les participants à cette formation et le facilitateur  Boureima Soré .  L’approche méthodologique  marquée par des exposés suivis des débats , le brainstorming et les travaux de groupe ont permis à entendre le formateur,   l’atteinte des objectifs. il s’est agi  de renforcer les connaissances des responsables et leaders des « Écoles de la paix« , de montrer les capacités des « Écoles de la paix «   à promouvoir le dialogue social pour renforcer la résilience face à l’extrémisme violent , de susciter la collaboration entre les élèves et les différents acteurs . Pour Boureima Soré , l’engagement des acteurs à faire   fonctionner   les comités des « Écoles de la paix »  installés dans les différents établissements est un grand motif de satisfaction .

La  quête de la paix ,  une affaire de tous

Germain Ouédraogo, directeur de ARCAN soutient que  les comités installés dans les différents établissements et qui sont chargés de véhiculer  les messages    des » Ecoles de la paix «  avec leurs camarades ne sauraient réussir leurs missions sans une implication des autres acteurs à savoir les chefs d’établissements, les leaders coutumiers, religieux et politiques. Au cours de cette formation se réjouie -t-il , ces acteurs ont été mis au même niveau d’information et chacun s’est  engagé à jouer sa partition afin  que les comités atteignent réellement leurs cibles .

       Faire des écoles, un havre de paix

Le préfet du département de Ouahigouya, Ko Bassama,  représentant Mme le Haut-  commissaire de la province du Yatenga,  les autorités communales présentes à la cérémonie d’ouverture ont tous reconnu la pertinence de ce plan d’action. Ils ont encouragé ARCAN à dynamiser sa mise œuvre  pour faire des domaines scolaires un havre de paix, condition sinon qua non  pour développer une éducation de qualité.  La réussite des activités de ce projet , admettent-ils  , permettra à la commune de disposer d’une jeunesse consciente , engagée et responsable , fer de lance du développement local . Après ces formations , la mise en œuvre du plan d’action à en croire Germain Ouédraogo se poursuivra avec des Workshops et l’organisation d’une journée culturelle sanctionnée par la présentation de productions littéraires et artistiques sur les thématiques du civisme , du dialogue social, de la citoyenneté et du développement.  

Faso-nord.info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *