Education et insécurité au Burkina : SAFE SCHOOL veut « sauver» les enfants des zones affectées du Nord

Face à la fermeture des écoles dans les zones affectées par le terrorisme  au Burkina Faso, laissant des milliers d’enfants à leur sort,  le Conseil Danois pour les réfugiés (DRC) a en partenariat avec l’UNICEF initié un projet dénommé Safe School . Les activités de ce projet concernent des écoles des  régions  de la boucle du Mouhoun , du Centre Nord et du Nord . Afin de mettre les acteurs sur le même niveau d’information sur les activités de ce projet,  un atelier a été organisé le mercredi 13 juin 2018 à Ouahigouya.

 

Présenter le projet Safe school aux autorités administratives, politiques, aux partenaires de mise en œuvre du projet ainsi qu’aux communautés des zones d’intervention du projet, c’est l’objectif de cet atelier régional organisé à Ouahigouya ce mercredi 13 juin 2018. D’un coût de 680 740 125 F CFA   dont 550 187 339  financés  par l’UNICEF et 130 552 726 F CFA  par le DRC, la mise en œuvre  de ce projet durera 9 mois dans les régions de la Boucle du Mouhoun , le Centre-Nord et le Nord.

Neuf mois pour sauver les enfants du Nord, du centre-Nord et de la Boucle du Mouhoum

Safe School se veut une approche palliative ambitionnant de rendre les environnements scolaires plus sécurisés. L’atteinte des objectifs de ce projet passera par le renforcement de 2800 personnes de 575 écoles des régions concernées, l’amélioration de la sûreté et la sécurité de 53683 élèves ; la mise en place  d’un dispositif d’appui psychosocial fonctionnel et apte à intervenir en cas de crise .  Concrètement au cours des 09 mois, il y aura la formation des enseignants, des membres de COGES, des agents de santé et travailleurs sociaux. il sera également matérialisé la mise en place et le suivi des plans de préparations dans les écoles , la simulation de crise , l’appui aux directions régionales,  provinciales , et aux circonscriptions d’éducation de base pour la supervision des activités , l’évaluation des besoins psychosociaux des acteurs éducatifs et communautaires , la formation des psychologues sur les techniques de gestion de stress, la formation d’enseignants et d’agents locaux dans l’identification de la détresse psychologique , la gestion de stress et premiers secours psychologiques .

Travailler en synergie avec les partenaires techniques étatiques et humanitaires

« Dans la mise en œuvre du projet, DRC compte travailler en coordination avec plusieurs partenaires techniques étatiques et humanitaires, en particulier le ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation MENA à travers des protocoles spécifiques de collaboration signés avec ses démembrements régionaux, provinciaux et départementaux. Cette collaboration s’étendra également aux ministères de la Santé, de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, ainsi que les structures locales et communautaires éducatives telles que les comités de gestion (COGES) , les associations de parents d’élèves (APE) et les associations de mères d’élèves (AME) a indiqué le chargé du programme du projet Safe School, Hassane Koubéré . Pour le maire de la commune de Ouahigouya Boureima Basile Ouédraogo , cette conjugaison des efforts des deux structures que sont le DRC et l’UNICEF est louable en ce sens qu’elle permettra de trouver des solutions concrètes aux problèmes de l’éducation qui se posent dans les zones frontalières au Mali et également de donner espoir à certains acteurs du système éducatif qui avaient commencé à se poser des questions légitimes.

Un projet original et novateur dans 196 écoles de la région du Nord selon les autorités

A entendre le gouverneur de la région du Nord Hassane Sawadogo , les effets des menaces terroristes sont réelles dans la région du Nord avec plus de 60 écoles qui n’ont pas terminé  les cours pendant  cette  année scolaire 2017-2018. Il se réjouit de voir l’intervention de ce projet Safe School qu’il qualifie d’original et novateur dans 196 écoles de la région du Nord  précisément des écoles des provinces du Yatenga et Lorum . Il est fermement convaincu que les actions de ce projet permettront d’enrayer la peur qui habite les enseignants et les communautés à la base dans les zones vulnérables aux attaques terroristes. Ce qui  entrainera une meilleure prise en charge des droits  des enfants  à l’éducation, à la protection et à la vie. Adhérent fortement aux activités du projet, les participants ont formulé de nombreuses recommandations dans le sens de mieux optimiser sa mise en œuvre.

Faso-nord.info

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *