Elèves professeurs d’école à Ouahigouya : Joindre l’utile à l’agréable

Le Directeur régional de l’institut régional de formation des futures professeurs d’école remettant une enveloppe à la miss du défilé

Les élevés professeurs de l’ENEP de Ouahigouya, sous la nouvelle appellation de direction régionale de l’institut de formation ont organisé une Kermesse le dimanche 29 mai 2021. Comme pour célébrer  la quête d’une identité perdue , le comité d’organisation a mis les petits plats dans les grands pour mettre en exergue la tenue traditionnelle ,  les mets locaux et bien d’autres objets , fruits du savoir-faire  des artisans locaux. 

Le groupe de mannequins qui ont valorisé les tenues traditionnelles

Un retour aux sources pourrait-on dire  de cette  journée culturelle des  élèves professeurs de l’Institut régional  de Ouahigouya. L’appel au consommer local est bien intégré dans les mœurs de ces futurs éducateurs. Transformé en un véritable marché, l’espace dédié à l’exposition a été inondé de mets locaux comme le gaonré, le babenda, le Zamné et de boissons locales comme le bissap, le Zomkom, Gnamakouki, le dolo et autres.

Une exposition de sacs en cuir

 Y étaient exposés également des sacs en cuirs. Les pensionnaires de l’institut   étaient  impeccablement habillés en tenues traditionnelles. Femmes et hommes paradaient avec ces belles tenues fabriquées à avec le coton local. Les différents modèles  portés témoignent de l’ingéniosité que les tailleurs font montre pour rendre le pagne traditionnel plus attrayant.

Le daba à l’épaule pour l’homme et la calebasse en main , ce couple savoure le bonheur de la vie au village

Cohésion et divertissement

A entendre , le  responsable des activités culturelles  de cette promotion des élèves professeurs  ,Eloi Kaboré,  l’objectif de cette kermesse est  de susciter la cohésion au sein des stagiaires  , de se donner  un temps de divertissement , de joindre l’utile  à l’agréable .

Quel décalage !

Convaincu que  le cadre de formation des futurs éducateurs doit s’’ouvrir, le comité d’organisation a accordé une place de choix aux autres instituts de formation exerçant dans la ville de Ouahigouya. Pour Eloi Kaboré, l’une des missions de l’éducateur, c’est faire aimer, valoriser la culture du terroir.  Mais s’interroge –t-il, comment le futur facilitateur de l’acquisition du savoir aux élèves  pourrait –t-il bien exécuter cette tâche si lui-même ne l’a pas intégré. Pour lui, il faut nécessairement que dès sa formation,  l’éducateur s’imprègnent  des valeurs culturelles  afin de pouvoir les magnifier sur le terrain.

                         Défilé de mode

Un couple parfait

 L’un des grands moments de cette kermesse a été le défilé de mode. Individuellement ou en couples, ces mannequins d’une journée ont  multiplié les démarches pour attirer  l’attention des spectateurs sur la beauté du pagne traditionnel et les  différents modèles qu’ils  peuvent  s’offrir. 

Elle a séduit le jury par sa tenue

«  J’ai participé à ce défilé pour convaincre  mes camarades et les invités qu’on peut se faire belle en portant des pagnes qui sont fabriqués chez nous. En adoptant ce style vestimentaire, non seulement nous valorisons ce que nous produisons et en plus nous contribuons  à la dynamisation de l’artisanat local  et  notre tissu économique.  Ces pagnes sont fabriqués par des artisans locaux et ce sont eux qui encaissent l’argent des achats. C’est en consommant ce que nous produisons que nous parviendrons à forger notre propre identité » commente celle qui s’est fait distinguer comme la miss du jour. 

Des citoyens fiers de leur patrie

Le conseiller pédagogique , Tidiano Zono donnant une prime d’encouragement à un participant au défilé

 Encadreur à  cet Institut régional  de formation du personnel de l’éducation, Tidiani Zono  apprécie à sa juste valeur les activités proposées à ce cadre de réjouissances. A l’entendre, il est indiqué  que notre enseignement doit  émaner de notre culture   .

Équipe d’encadrement, organisateurs et participants au défilé

L’intégrité, le patriotisme mentionne –t- il,  se renforcent par la valorisation de ce qui est propre à nous. A travers  cette kermesse, il dit être rassuré   que les élèves professeurs d’école ont pris conscience de cette réalité et qu’ils seront à même  de  faire de la future génération des citoyens fiers de leur patrie et de ce qu’elle produit.    

Il y avait aussi à boire et à manger

                                                                                                                                            Archange Koira

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *