Entrepreneuriat  Agro sylvo pastoral : 135 jeunes du nord ont compris que la terre ne ment pas

image_pdfImprimerimage_printImprimer

 

Chargée de la conduite du programme multi-acteurs d’appui à l’entreprenariat agro-sylvo-pastoral des jeunes garçons et jeunes filles   dans la région du Nord du Burkina Faso sur financement de la coopération autrichienne pour le développement    ,  l’Association Développement Sans Frontière (DSF) a  réuni  le mercredi 04 septembre 2019 ,   les acteurs impliqués dans sa mise en œuvre pour faire le bilan des activités de l’année 2018. Les échanges ont porté également sur les perspectives pour   une meilleure atteinte des objectifs du projet .

 

 

 

   

Coordonné au niveau national par le Cadre de Concertation des ONG et Associations Actives en Education de Base (CCEB-BF), le programme multi-acteurs d’appui à entrepreneuriat agro-syvo-pastorale des jeunes garçons et filles couvre  régions (la Boucle du Mouhoun, le Centre -Sud  , l’Est et le Nord. il cible en tout 600 jeunes de la tranche d’âge de 15 à 34 ans . D’un cout de 980 760 764 FCFA , ce programme est financée par la coopération autrichienne à hauteur  de  898 660 764 FCFA et une contribution du CCEB estimée à 82 100 00 FCFA. Les filières concernées sont l’oignon, le niébé , l’aviculture notamment, la volaille locale et l’embouche . L’objectif général de ce programme  est de contribuer à améliorer l’accès des jeunes , dont au moins 30% de filles/femmes , à des emplois stables et économiquement viables du secteur agro-sylvo-pastoral dans les régions ciblées .   

      Quatres communes du Yatenga concernées  

Point focal du CCEB dans la région du Nord, l’association DSF  se charge de la mise en œuvre de ce programme dans cette localité , précisément dans les communes de Ouahigouya, Tangaye, Thiou, Zogoré . 135 jeunes dont 52 issus de la gent féminines sont bénéficiaires des activités du dit programme démarré depuis 2016.

Ce mercredi 04 septembre 2019 , DSF  a marqué un temps d’arrêt pour faire le bilan des actions menées sur le terrain surtout au cours de l’année 2018 et  par cette occasion susciter leurs meilleures appropriations par l’ensembles des acteurs  . Les autorités locales  et personnes ressources, les représentants des services techniques( jeunesse, agriculture, élevage, chambre régional d’agriculture)   et les bénéficiaires directs ont eu droit à des communications sur les acquis du programme   les difficultés rencontrées et   les actions en cours et à venir. 

  Production, Transformation  et  commercialisation

Au niveau des filières , 50 producteurs dont 13 de sexe féminin ont jeté leur dévolu sur l’oignon  .Un d’entre s’est spécialisé dans la commercialisation. Le niébé enregistre  22 adeptes dont 9 filles/ femmes  parmi lesquels, deux portés sur  la transformation . Des 31 jeunes  s’intéressant  à l’aviculture , 2 sont dans le commerce et la transformation. 24 jeunes dont 14 de la gent féminine font  de l’embouche ovine leur chasse gardée. De ces 24 , un s’intéresse à la commercialisation.   

A entendre  les explications du coordonnateur des programmes de DSF, Coulibaly Lomboro, les activités en 2018 ont consisté à la mise en place de 04 coopératives dans les 4 filières , l’installation et le renforcement d’unités de transformation(boucherie moderne,  transformation de volaille , appui pour transformation de niébé) .Il y a eu également le renforcement de capacités des membres  des coopératives sur la gestion et le fonctionnement des coopératives, l’élaboration de plans d’affaires, la comptabilité  simplifiée , le calcul de coût de gestion de crédit , le marketing et label qualité, la vie coopérative et  l’acte uniforme OHADA .

Hausse de la production

Autres actions majeures, des dotations en semences, intrants, aliments à  bétail et volaille et des équipements aux producteurs; la participation des producteurs à la foire de l’oignon  de Tougou et aux 72 heures de la formation professionnelle; l’acquisition d’immatriculation pour les coopératives du niébé et de l’oignon. Concernant la production,  au niveau de l’oignon , la courbe d’évolution est positive  tant au niveau de la surface emblavée qu’au niveau des récoltes de 252,4 t d’oignon récoltées sur une superficie de 27,5ha en 2017, la production est passée à 347,4 tonnes en 2018 sur une superficie de 32 ha.  de 5ha aménagés  en 2017 pour le niébé  , l’espace s’est étendu à 13 ha en 2018 pour une production de 6, 4 tonnes . Des  chiffres afférents à l’embouche,  on note  une production de 102 têtes en 2016, 150 en 2017 et 202 en 2018.  La filière de la  volaille locale affiche une production de 960 tètes en 2016, 1535 en 2017 et  1850 en 2018 .  

     Une  Synergie d’action 

Le coordonnateur des programmes de DSF ne cache pas sa  satisfaction . Ils estiment qu’avec de tels résultats ,  l’atteinte des objectifs spécifiques de ce programme   à savoir conférer des compétences de production , de conservation et de valorisation des produits agro-sylvo-pastoraux  aux jeunes des 4 communes de la région du Nord  sera une réalité . Il se félicite de la synergie d’action entre l’ensemble des acteurs et surtout l’engagement des bénéficiaires permettant le rayonnement de ce programme dans la région du Nord. Ni été certaines difficultés notamment l’arrivée tardive des financements; l’insécurité ambiante dans la zone d’intervention du programme , la faible visibilité des activités de certains bénéficiaires;  l’acquisition difficile des immatriculations des coopératives à cause des grèves , les résultats,  relève Coulibaly Lomboro auraient été plus brillants .

  Recherche de nouvelles ressources d’appui

Malgré ces obstacles , les bénéficiaires,    décideurs locaux , responsables des services techniques applaudissent à tout rompre , arguant que ce programme répond aux attentes des acteurs du monde rural. Ces derniers  n’attendant   qu’un tel soutien pour faire des activités agricoles et  d’élevages , de  véritables sources  de richesses .

Selon plusieurs intervenants , ce programme multi-acteur participe à convaincre les  jeunes que la terre ne ment pas et qu’ils peuvent s’en servir pour gagner dignement leur vie . Ragaillardis par les résultats , le bon état d’esprit des acteurs , le coordonnateur des programmes de DSF, Coulibaly Lomboro  à laissé entendre que la dynamisation des activités se poursuivra . il informe également qu’une attention particulière sera accordée au  suivi des activités . L’autre défi à relever  souligne-t-il, ce sont les actions de plaidoyer  à mener pour assurer une large diffusion des résultats de ce programme multi-acteurs et aussi l’accès à de nouvelles ressources d’appui . Cet atelier de communication , d’échanges, de partage d’information sur le programme par exemple s’inscrit dans ce cadre .

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *