Fermeture du maquis les « caraïbes » : Le maire de Ouahigouya s’explique

La fermeture du bar dancing  » Les caraïbes »   au secteur 4 de Ouahigouya le 14 janvier 2020 suscite des commentaires et des interprétations diverses dans les gargotes de Ouahigouya et sur les réseaux sociaux. Au cours d’une rencontre avec les hommes de médias de Ouahigouya le mardi 21 janvier 2020, le bourgmestre de la ville, Boureima Basile Ouédraogo a expliqué les raisons de cette prise de la mesure de la suspension provisoire de ce maquis pendant 6 mois.

 

 

 

 

Selon le maire Boureima Ouédraogo, la  raison qui a prévalu à  la fermeture provisoire du bar-dancing  les caraïbes de Ouahigouya,  6 mois durant  est dû  au non respect de la réglementation afférente aux nuisances sonores. Après plusieurs plaintes de citoyens de la commune indexant le dit bar dancing et bien d’autres, l’autorité municipale a cru bon d’initier des rencontres de concertation avec les différents acteurs. Une première rencontre dite de prise de contact s’est tenue le 07 mai 2018 entre  les services de la mairie et les tenanciers des bars  dancing , kiosques et autres  . Suivra une autre rencontre le 31 octobre 2018 dont l’ordre du jour a porté les nuisances sonores et l’hygiène. Au cours de cette rencontre,  les tenanciers des bars  dancing, boites de nuits et kiosques ont été  informés de plusieurs plaintes formulées par des citoyens sur les nuisances sonores. Toute chose obligeant  la municipalité  à prendre des mesures.

Mise en garde du maire                                                                                                        

A cette occasion,  le maire dit avoir  donné  un message direct et clair indiquant que « Ceux qui ne vont pas respecter la loi en matière de nuisances sonores verront leurs lieux purement et simplement fermés au nom de l’intérêt supérieur de la commune ». Quelque temps après , une sortie inopinée effectuée par le maire et le commandant de la police municipale a permis de faire le constat du non-respect de la mise en garde de la rencontre du 31 décembre 2018 . Durcissant le ton, la mairie a été obligée par le biais de la police   municipale de convoquer tous ceux pris en flagrant de  violation de la réglementation  à verser des contraventions. Voyant que les plaintes continuent de se multiplier contre « Les caraïbes » alors que son  promoteur  continue de faire la sourde oreille sur le respect de la réglementation, les services municipaux lui ont adressé une lettre de   mise en demeure dont l’accusé de réception date du 08 août 2019. Le promoteur,  regrette le maire  a passé outre cette  correspondance  pour persister dans les nuisances. D’où l’arrêté signé du patron du conseil municipal   en date du 12 septembre 2019, en vue d’autoriser la fermeture du maquis les caraïbes situé au secteur 4 pour une durée de 06 mois.

Signature d’un engagement

Après épuisement de cette suspension  prévient Boureima Basile Ouédraogo, le promoteur sera soumis à la signature d’un engagement de respect de la réglementation et en cas de violation même une seule fois, le maquis sera définitivement fermé. Pour l’édile de la ville Ouahigouya,   la situation n’est pas négociable. Cette sanction s’imposera à tous les maquis coupables de violations de la réglementation  comme  « Les Caraïbes ». Enfonce-t-il le clou,   ce rappel à l’ordre connaîtra un durcissement concernant  les bars dancing, les boites de nuits, les kiosques  situés à moins de 400 mètres des lieux de culte, des institutions sanitaires et éducatives.   Les édifices de réjouissances   côtoyant   les institutions éducatives sont nombreuses dans la ville de Ouahigouya et à entendre le chérif de la ville pour ces cas, il ne s’agit pas de fermeture temporaire,mais d’une fermeture définitive.

  Mieux  vaut prévenir que guérir

Les échanges ont aussi porté sur le cas d’un maquis nouvellement ouvert au bord de la route nationale N°2. Le maire précise que ce maquis est bel  et bien situé en zone commerciale et le promoteur disposait d’une autorisation de construction. Malheureusement les portes de ce lieu de réjouissance ont été ouvertes au moment  où  une station d’essence était déjà  fonctionnelle à quelques encablures . Boureima Basile reconnait que cette situation présente un véritable danger. Précisant qu’il vaut mieux prévenir que guérir, le maire émet   l’éventualité d’une rencontre de concertation dans un court délai  avec le promoteur de ce nouveau maquis pour débattre du sujet et prendre des dispositions qui s’imposent.

 Pressions sociales

Au sujet des lieux d’implantions des bars dancing et boites de nuit, le maire a signifié que normalement ces édifices devraient être érigées en zones commerciales, mais la pratique est courante au Burkina Faso de voir les lieux de réjouissances  anarchiquement   installés dans les zones d’habitation. «  Nous ne cautionnons pas cette situation, mais j’avoue qu’il n’est pas facile de l’arrêter.   Les gens vous diront qu’ils nourrissent leurs familles à travers ces activités. La gestion locale n’est pas facile, il y a trop de pressions. Mais nous n’allons pas croiser les bras. Nous allons engager la discussion avec le conseil municipal et  avec les différents acteurs  pour s’entendre sur un minimum de précautions à prendre »  a déclaré Boureima Basile Ouédraogo. Il rappelle que selon les dispositions de la réglementation, du lundi au vendredi, les maquis, bars et kiosques doivent rester calmes à partir de 23 heures. Les jours de weekend notamment Samedi et Dimanche, le calme s’impose à partir de 1 heure du matin.

Faso-nord.info

 

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *