Fête de la musique : Kayawoto enflamme le maquis la Paix

Le somptueux maquis « la PAIX » de Ouahigouya a vibré au rythme des sons du roi de la Maouland et de l’afrobeat du Burkina, le 20 juin 2021. Cette activité musicale patronnée par le Pr Smaila Ouédraogo, ex-ministre de la jeunesse et actuel Secrétaire Permanent du comité national de lutte contre les IST/SIDA et parrainée par Ibrahim Belem, D.G de l’efficacité énergétique, a connu la participation de la population de la belle et accueillante cité de Naaba Kango, surtout les inconditionnels de la rythmique Kayawotoenne.

Après son guichet fermé au palais des sports de Ouaga 2000, ce fut un remake pour Kayawoto au maquis la PAIX de Ouahigouya dans la soirée du 20 juin. Pendant que l’artiste-roi de la maouland se préparait dans les coulisses, le musicien Yeelka, avec son titre jalousie, l’humoriste Jo le rapide et bien d’autres ambianceurs épataient le public, venu nombreux pour la circonstance.

Le parrain de la cérémonie , Ibrahim Belem en lunette et Issouf Traoré , le représentant du patron de la céremonie (micro

Dans son mot, Ibrahim Belem, parrain de la fête, a remercié Kayawoto pour le choix porté sur Ouahigouya. Le DG Belem n’a pas manqué de tirer son chapeau aux organisateurs, aux artistes invités et l’ensemble des maoulandais sortis nombreux pour soutenir leur chef suprême, Kayawoto.

                                      Mobilisation  grandeur nature

Quant à Issouf Traoré, qui a porté le message du patron de la cérémonie, Smaila Ouédraogo, a déclaré en substance que le Professeur est fier du séjour de Kayawoto à Ouahigouya et de la mobilisation grandeur nature que ses fans lui ont réservé. Le représentant de l’ancien ministre  de la santé a saisi l’occasion pour rappeler à la jeunesse que les IST/SIDA sont toujours une réalité et la précaution doit être de mise.

                                       Une arrivée triomphale

 L’issue de ces interventions marque l’entrée triomphale du chef de l’empire de la maoulande, l’homme pour qui plus de 5000 personnes venues des quatre coins de la province prendre d’assaut les places V.I.P de la légendaire maison de l’ambiance. En mettant le pied sur la piste de danse, Kayawoto lance son cri de guerre « maou », avant de déclarer : 

« je suis sans voix et même que j’ai envie de verser des larmes. Je ne savais pas que vous étiez très nombreux à aimer ma musique, ici à Ouahigouya, grandement merci. » Sans tarder, les décibels montent et le show atteint son paroxysme. Des refrains comme « Rakaanra biiga », furent fredonnés par les milliers de spectateurs.

                                                      Honneur à la jeunesse

Un des promoteurs de l’événement Isso Nabasse Sawadogo

Pour Isso Nabasse Sawadogo, un des promoteurs de l’événement et entrepreneur culturel de la région du nord, le choix de la ville de Ouahigouya se justifie par le fait qu’elle est une zone de culture par excellence.

C’est aussi créer un espace de récréation, de divertissement et de cohésion sociale à l’égard de la jeunesse du nord, explique-t-il.

L’enfant Sisqo en casquette , l’un des animateurs de la soirée

Sawadogo a remercié solennellement les autorités de la région notamment sa majesté Naaba Kiiba, roi du Yatenga ainsi que le patron, le parrain de la cérémonie et toute la jeunesse d’avoir contribué à la réussite du grand concert de Kayawoto.

Inoussa Ouédraogo

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *