Formation professionnelle  : Le ministre Salif Tiemtoré s’imprègne de l’expérience de AFDR dans la région du Nord  

image_pdfImprimerimage_printImprimer

Le Centre de Formation Agricole et Artisanale  de Tangaye(CFA)  dans la province du Yatenga développé par l’Association Formation Développement Ruralité (AFDR)  a reçu  le jeudi 08 août 2019  une visite  du  ministre de la Jeunesse et de la Promotion de l’entrepreneuriat  des Jeunes , Salif Tiemtoré . Après la visite des différentes unités de formation, le ministre a laissé entendre que son ministère apportera son soutien à ce centre à la hauteur de ses moyens.

 

 

 

.  

Ouvert depuis le 04 novembre 2002 dans la commune rurale de Tangaye à 14 km de Ouahigouya, capitale de la région du Nord , le Centre de Formation Agricole et Artisanale  de Tangaye est logé sur  un  terrain de 10 hectares . Il  propose une formation  de deux  ans , aux  jeunes de 15 à 18  ans  en agro-foresterie couplée à d’autres filières comme la maçonnerie , la mécanique deux roues  l’électricité bâtiment, et la couture. A cet jour , le Centre  a mis sur le marché de l’emploi , 300 jeunes dont 65%  de filles . Arrivé sur les lieux , le ministre Salif Tiemtoré a fait le tour des différentes unités de formation notamment , le site de la culture hydroponique , la ferme avicole pédagogique  et le site de la culture hors-sol .

                             Une formation holistique

Ingénieur de développement rural de son état , le patron de la Jeunesse et de l’entrepreneuriat des jeunes s’est retrouvé à un endroit où il maîtrise tous les détails de l’offre de formation . »

Dans ce centre,   je crois voir une formation durale , une formation pratique et théorique qui permet aux jeunes de se former et de s’intégrer dans le marché de l’emploi et dans la vie active . Ces jeunes apprennent en quelque sorte à faire une production holistique intégrant l’agriculture , l’élevage , la foresterie. Vu que les activités agricoles ne couvrent pas toute l’année , ce centre forme également les jeunes aux métiers artisanaux comme la maçonnerie , la couture , la mécanique et l’électricité . Je pense que c’est un attelage qui permet de doter plusieurs compétences  aux apprenants.  Ce  qui leur permet de s’auto-employer durablement » apprécie Salif Tiemtoré . 

                               Valoriser la formation professionnelle

Il se réjoui de constater que les activités de ce centre de formation vont en droite ligne de la politique du chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré prônant le renforcement du capital humain et le renforcement des capacités des jeunes. Il ajoute également que le CFA et son ministère poursuivent la même vision, celle d’encourager les jeunes à s’intéresser à la formation professionnelle en lien avec le marché de l’emploi et à la production réelle sur le terrain . « Il faut quitter la théorie pour la pratique . C’est en cela que nous pourrions gagner le pari de l’employabilité des jeunes » a martelé le ministre Tiemtoré .

             Optimiser le fonctionnement et l’offre de formation

Soutenu de  2002 à 2008 par l’association Jumelage et Entraide médical international(JEREMY), le CFA à entendre Yves Sawadogo  continuant  de recevoir des aides ponctuels de son premier partenaire,  fonctionne aujourd’hui grâce à l’appui de la Fondation œuvre Léger du Canada et le ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec. Il bénéfice  aussi  de  l’accompagnement du ministère de l’Agriculture burkinabé concernant les évaluations.  

Dans le sens de mieux optimiser  son fonctionnement et les offres de formation , les responsables du centre ont soumis des doléances à leur visiteur du jour. il s’agit de la prise en compte du centre parmi ceux qui reçoivent l’appui du ministère de la jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, un accompagnement pour l’installation des apprenants en fin de formation ,  le renforcement du  plateau technique avec du matériel , l’orientation d’apprenants au centre par l’Etat , la validation des diplômes de  fin de formation .  

                 Besoin d’un technicien d’agriculture

Le directeur exécutif de l’AFDR , Amidou Ouattara  a demandé   au responsable  de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes  de plaider auprès de son collègue de l’Agriculture , une mise à disposition d’un technicien d’agriculture au CFA . 

Amidou Ouattara a félicité le président du Faso et son gouvernement pour la campagne d’électrification en cours dans la commune de Tangagye . Cet investissement reconnait-il participera  à relancer les activités économiques de la population de la dite localité et aussi à faciliter et à renforcer la mise en œuvre des activités du centre de formation agricole et artisanale. Très réceptif , le ministre Salif Tiemtoré a aussi prodigué des conseils , invitant le centre à dynamiser son  volet production -commercialisation et à se conformer aux  circula d’enseignement élaborés  par le ministère .  

 » De nos échanges , il est apparu nécessaire que le ministère accompagne le centre au regard des initiatives développées et les résultats poursuivis .Je marque mon accord et toute ma disponibilité à accompagner ce centre à la  limite des ressources de mon département ministériel » a écrit Salif Tiemtoré sur le livre d’or du Centre .

 

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *