Fourniture en électricité au Passoré : La population de La-todin exige le départ de la COOPEL

image_pdfImprimerimage_printImprimer

Insatisfaite de la fourniture en électricité par la coopérative d’électricité , la population de la commune de La-todin au Passoré exige le départ de la dite structure . Elle souhaite voir se servir en électricité par la SONABEL . La tension était vive au point que le Haut-commissaire de la province,  Ousmane Balima et le responsable provincial de la nationale d’électricité se sont déplacé  le mardi 12 mars 2019,  pour tenter  de concilier les deux parties .

Dénonçant la cherté du service de la fourniture en électricité par la coopérative (COOPEL) , la population de la commune de La-todin ne veut plus voir cette structure sur son territoire. Elle avait déjà vécue une mauvaise expérience avec une autre structure et la COOPEL venue la remplacer  ne fait guère mieux .Les frondeurs disent en avoir marre  et ne  veulent  plus rien entendre , si ce n’est une fourniture en électricité pas la nationale d’électricité. Un des plaignants lors de la rencontre avec le Haut-commissaire a indiqué que les consommateurs ont approché   à maintes reprises la société  pour l’exposer  les difficultés qu’ils ont à tenir leurs engagements de payer les factures à cause des coûts  très élevés  .

                      Le cash power en route

Dans sa mémoire en défense, Didier Boukoungou , le directeur de la société a expliqué que sa structure rencontre des difficultés à savoir le  disfonctionnement de son transformateur ne le permettant d’optimiser sa grille tarifaire. Il a  de rassurer que la fourniture sous le système de cash power envisagé dans les jours qui suivent permettront de pallier aux difficultés énumérées. Dévoilant  que  pour 2000 abonnées , la coopérative reverse 3 600 000 F CFA à la SONABEL chaque mois  , son directeur Barthelemy Nassa  a expliqué que le sort de la population pourrait s’améliorer avec l’extension du Fonds de développement . Le patron de la SONABEL à Yako a invité les différentes parties à privilégier le dialogue .

                               Eviter le bras de fer

Le Haut-Commissaire , Ousmane Balima  a dit avoir pris bonne des explications de chaque camp, mais estime qu’un bras de fer n’arrange personne. Le représentant  de l’Etat dans la province du Passoré a fait comprendre à la population que  son ultimatum de voir l’installation de la SONABEL au plus tard  le 15 avril 2019 est impossible à satisfaire. Si cette rencontre a été l’occasion de mettre la coopérative et ses clients sur la même table , il reste à vérifier si les deux parties se sont compris .Quand le Haut-commissaire levait la rencontre , les consommateurs continuaient de déverser leur colère .

Faso-nord.info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *