Hygiène, assainissement et eau potable dans la province du Loroum : Les décideurs  et communautés invités à prendre à bras le corps la question

L’Atelier-Théâtre du Loroum a entrepris du 11 au 18 février 2017, une campagne d’information, de sensibilisation et d’interpellation des décideurs et des communautés sur les questions d’eau potable et d’assainissement dans la commune de Titao. La présentation de la pièce de lancement a eu lieu le samedi 11 février 2017 en présence du Haut-commissaire de la province du Loroum, Mme Aïssata Angélina Traoré et des représentants de la mairie de Titao.

 

 

Au Burkina Faso, seulement 65% de la population ont accès à l’eau potable en milieu rural et 89,9% en milieu urbain. Quant au taux d’assainissement, il est de 11% en milieu rural et 34,2% en milieu urbain. 9 millions de personnes soit plus de la moitié de la population burkinabé continuent de déféquer à l’air libre. Ces statistiques interpellent à redoubler d’efforts si l’on veut être au rendez-vous des ODD. A l’instar des autres localités du pays, ces questions d’eau potable et d’assainissement se posent avec acuité dans la commune de Titao.  Les coupures intempestives d’eau dans la ville de Titao, le manque ou l’insuffisance de forages ou de puits dans certaines localités rurales, les pannes récurrentes des infrastructures hydrauliques expliquent les corvées d’eau que subissent les populations. A certaines périodes de l’année, disposer du liquide précieux est un parcours de combattant. Au niveau de l’assainissement, l’absence d’un dispositif cohérent de collecte et de traitement des ordures ménagères, l’insuffisance des latrines, la persistance des mauvaises habitudes et des préjugés sociaux font le lit de l’insalubrité. La situation interpelle à plus d’un titre et les autorités municipales doivent prendre le taureau par les cornes. En engageant cette campagne d’interpellation citoyenne, l’Atelier-Théâtre du Loroum ATL) a voulu interpeller les décideurs et les populations à plus d’engagement : faire des questions de l’eau potable et l’assainissement une priorité. Pour le responsable de l’ATL, M. Abdoul Salam Ouarma, les décideurs municipaux doivent avoir une feuille de route claire en la matière. Cette feuille de route doit pouvoir intégrer aussi bien l’installation et l’entretien des infrastructures hydrauliques et d’assainissement, le dispositif d’enlèvement et de traitement des ordures ménagères et la sensibilisation des acteurs.  « On ne saurait maintenir une ville propre, ni pérenniser des installations sans une forte implication des bénéficiaires. Chacun doit jouer sa partition. » a-t-il martelé.  Présente à la représentation théâtrale, le Haut-commissaire de la province du Loroum, Mme Aïssata  Angélina Traoré a reconnu la pertinence de cette campagne. « C’est une thématique importante que de parler de l’eau et de l’assainissement. Ce sont des défis majeurs que les maires et les populations doivent relever ensemble. » a-t-elle dit. Pour le porte-parole de la délégation communale, M. Idrissa Kafando, cette activité est à saluer. Elle sera d’un grand appui à l’action communale. Selon lui, au-delà de l’interpellation, les représentations théâtrales sont de véritables opportunités d’échanges, de sensibilisation des populations. Il a réaffirmé la volonté du conseil à faire de l’eau potable et de l’assainissement une priorité.  Après le lancement officiel à Titao, l’ATL a poursuivi son action d’interpellation dans les villages de Ingané, Toulfé et Rambo.Cette campagne d’interpellation qui bénéficie du soutien du Laboratoire citoyenneté dans le cadre du programme d’appui à la décentralisation et à la participation citoyenne, vise à renforcer le contrôle et la redevabilité citoyenne des pouvoirs publics.

 

Ibrahim OUEDRAOGO (Collaborateur)

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *