Insécurité au Lorum : Les habitants s’enragent, les tueurs persistent.

Responsables d’associations, hommes politiques, élus locaux,  personnes déplacées ont marché le samedi 26 juin 2021  à travers les artères  de la ville de Titao pour dénoncer les innombrables tueries perpétrées par les forces du mal et l’inertie du gouvernement face à l’hydre terroriste. La marche a été coordonnée par l’association pour un Lorum libre et émergent et d’autres organisations de la société civile.

Comme un seul homme, les différentes couches sociales de la province du Lorum sont sorties pour manifester leur raz-bol contre les exactions des forces du mal. Depuis trois ans, cette province  enregistre  de nombreuses tueries de policiers, de volontaires pour la patrie et de nombreux civils. La tentative de démantèlement d’une base terroristes le 21 juin 2021 qui a provoqué la mort de plusieurs volontaires pour la patrie parmi lesquels, le chef VDP de Sala, Ali Boena et des disparitions a été la goutte d’eau qui a fait déborder le  vase.

                          L’impuissance du gouvernement

Les manifestants estiment que les volontaires pour la patrie  ne bénéficient pas d’une assistance du gouvernement à la hauteur de leur engagement  pour combattre les forces du mal. Interpellant les dirigeants du pays, ils revendiquent entre autres un détachement militaire à Titao, un équipement adéquat des volontaires pour la patrie(VDP),   le retour des populations déplacées dans leurs villages d’origine.

                      Débordement au Haut-Commissariat

 Minus de pancartes, de sifflets, de banderoles, ils ont sillonné les artères de la ville avant de se retrouver au haut-commissariat pour la remise de leur correspondance. Cette marche qui se voulait pacifique, comme  une action d’interpellation a failli prendre une autre tournure. Dénonçant  l’absence du Haut-commissaire de la province pour recevoir leurs revendications, certains manifestants  ont plié le grillage servant de mur de clôture du Haut-commissariat pour s’introduire dans les locaux et vandaliser  une partie du matériel dans certains bureaux. Ils ont tenté aussi de détruire les climatiseurs du bâtiment.

Les paperasses ont été melangées dans les locaux du Haut-Commissariat

                                   Retour à la place de la nation

Ils ont détruit des climatiseurs du Haut-Commissariat

Le comité d’organisation s’est battu des pieds et des mains pour circonscrire les dégats.  Le secrétaire général de la province était présent sur les lieux en lieu et place du Haut-commissaire, mais les croquants n’avaient en cure. 

Après la période chaude  au Haut-commissariat, les marcheurs sont repartis à la place de la nation de Titao où de nombreux intervenants ont pris la parole pour transmettre  des messages.  Selon le coordonnateur du Mouvement pour un Lorum libre et émergeant « Trop c’est trop. Ils sont fatigués d’enterrer leurs fréres et sœurs ».

                                       Plusieurs villages vidés

Le coordonnateur du mouvement pour un Lorum libre et émergeant Hamidou Yabao n’a pas été tendre envers le gouvernement .

Le coordonnateur du mouvement pour un Lorum, libre, Hamidou Yabao et émergeant n’a pas été du tendre envers le gouvernement

Il fait remarquer que de nombreux villages de la province sont vidés de leur population à cause des menaces des forces du mal. Le plus  irritant et inacceptable à les entendre  est que la réaction du gouvernement n’est pas à la hauteur de la barbarie que les individus sans foi ni loi font subir à la population de cette partie de la région du  Nord «  Si la province du Lorum ne fait plus partie du Burkina que le président nous le dise  » s’enrage le président du mouvement pour un Lorum libre et émergeant.

                 Les personnes déplacées fondent en larmes

Il prévient que cette marche est un avertissement à l’endroit du gouvernement. Si dans après cette manifestation la situation ne s’améliore pas annonce-t-il, les marcheurs utiliseront d’autres moyens pour se faire entendre.

La coordonnatrice des femmes a relévé la souffrance de la gente féminine face à l’insécurité

Les interventions des représentants des personnes déplacées ont des moments de vives émotions. Décrivant les difficultés qu’elles vivent, les intervenants n’ont pas pu contenir leurs larmes.

Candidat malheureux aux législatives 2020 au compte du front africain pour le changement (FAC) , Abdoulaye Ouédraogo a participé à la marche au nom de l’association pour le développement de la province du Lorum .

                De nombreuses associations dans la danse

De nombreuses associations notamment l’association pour le développement de la province du Lorum, l’Organisation démocratique de la jeune (ODJ), le Mouvement Burkinabé des droits de l’homme et des peuples,  le mouvement plus rien ne sera comme avant etc. ont fortement adhéré à l’initiative du mouvement pour un Lorum libre et émergeant.

Les responsables du mouvement plus rien ne sera comme avant étaient représentés à cette marche

Comme pour encore casser le moral de la population du Lorum ou narguer les manifestants, quelques heures après la marche, les assaillants (environ 200) selon certaines sources ont apparu à Bouna, village situé à une dizaine de km de Titao où ils ont tué trois personnes avant de disparaitre dans la nature.

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *