Lutte contre la malnutrition au Lorum : Le cadre de concertation provinciale se mobilise

Les membres statuaires du cadre de concertation de la province du Lorum pour  la nutrition   ont tenu leur première session ordinaire le vendredi 10 juillet 2020.  La tenue de cette session a été financée par l’association Koom pour l’autopromotion des femmes du Burkina Faso dans le cadre de la mise en œuvre des activités de son projet pour la promotion de la nutrition (PRUNUT) dans la région du Nord. Ont pris à cette session, des responsables des services déconcentrés de l’Etat, des leaders coutumiers et religieux, les préfets des départements, des  élus locaux,  des responsables d’organisations de la société civile et des membres de l’association Koom pour l’autopromotion des femmes dont sa coordonnatrice nationale, MadéleineNomtondo, Hamsétou Ouédraogo

Le SG de la province du Loroum

Dans son discours d’ouverture, le vice-président  du cadre de concertation par ailleurs secrétaire général de la province  du Lorum,  Ouattara Ba Souleymane  président de  la dite session s’est félicité de sa tenue en ce sens qu’elle va permettre de faire le point sur son fonctionnement et de faire le bilan des activités menées par les différentes structures  impliquées dans la promotion de la nutrition dans cette   province. Après le mot introductif du vice-président, le médecin chef du district sanitaire de Titao, Docteur  Issa Traoré   a éclairé la lanterne des participants à travers un exposé où il  a présenté  l’état des lieux de la nutrition sur le plan national, régional   et provincial. Il  a défini les différents concepts,et  présenté   les mesures prises par le gouvernement pour promouvoir la nutrition. Dans son exposé, il ressort que le taux de malnutrition aiguë dans la province du Loroum tourne autour de 26 à 30%.

                Nutrition des femmes enceintes et celles allaitantes

De forts moments d’échanger pour réduire la malnutrition dans le Loroum

Au cours des débats, les participants sont revenus sur le rôle des différents acteurs, la nutrition des femmes enceintes et celles allaitantes, la qualité des aliments livrés etc. il a été indiqué que les structures de la société civile s’occupent   du volet sensibilisation  pour la nutrition depuis la grossesse de la femme jusqu’à là 2ème année de la naissance de l’enfant,  ce qu’on  appelle dans  leur jargon « Les mille jours ». Information a été donnée que pendant sa grossesse, la femme doit bénéficier d’un repas supplémentaire et de 2 repas en période d’allaitement. Il a été aussi révélé que les pesanteurs socioculturelles  constituent  toujours un frein  pour la bonne nutrition des femmes et des enfants. Le médecin chef du district sanitaire de Titao a aussi relevé  que si une attention particulière est  beaucoup plus accordée  aux femmes  et aux enfants , il convient aussi de préciser qu’une mauvaise nutrition chez l’homme engendre une mauvaise qualité du sperme et des spermatozoïde pouvant aller jusqu’à la stérilité . 

Inscrire la nutrition dans les programmes et plans communaux

La présidente de l’AKAFEM BF, Madeleine N H Ouédraogo

Pour la présidente de l’association Koom, Madeleine Nomtondo Hamsétou Ouédraogo, le taux de prévalence de 26 à 30% de malnutrition aiguë dans la province du Loroum est inquiétant et il faut nécessairement  travailler à sa diminution et au mieux à le ramener au niveau zéro. Elle se convainc que pour relever ce défi,  il faut forcement  inscrire la promotion de la nutrition dans les plans d’actions des différents services déconcentrés, dans les programmes et projets de développement et surtout dans les plans communaux de développement. Des activités menées dans le cadre de ce projet, la coordonnatrice nationale de Koom cite   le plaidoyer chez les leaders coutumiers et les chanteurs traditionnels, la formation et plaidoyer avec les acteurs impliqués dans la promotion de la nutrition, les émissions radios, l’organisation  des cadres de concertation, la sensibilisation des femmes allaitantes, l’organisation de théâtre forum dans des villages.

La coordination avant tout

Le préfet de Titao en complet faso dafani présent à cette activité

Le projet PRENUT à travers ces activités indique la coordonnatrice  entend influencer les décideurs politiques, économiques, les élus locaux, les leaders coutumiers et religieux, les directeurs régionaux et  provinciaux ainsi que les membres de la société civile en faveur de la nutrition. Le médecin chef du district sanitaire de Titao  félicite  la tenue de ce cadre qui a permis de faire le point des activités menées dans la province et surtout de mobiliser les différents acteurs. Il confie que la réussite du combat contre la malnutrition passe par une bonne coordination d’où la nécessité de la tenue régulière des sessions du cadre de concertation provinciale.

Rencontre régulière du cadre de concertation

Mieux échanger pour barrer la route à la malnutrition

Le secrétaire général de la province du Lorum, Ouattara Ba Souleymane  souligne pour sa part que depuis la prise du décret par le gouvernement instituant la mise en place des cadres  provinciaux de concertation  pour la promotion de la nutrition, celui de Titao n’avait pas pu  se réunir en session. Il estime donc que cet accompagnement de l’association Koom est venu à point nommé et a permis de surmonter une difficulté majeure. Il a invité l’ensemble des acteurs à tout mettre en œuvre pour  que cette première session marque le début d’une tenue régulièrement des rencontres de ce cadre. Ce défi,  le SG de la province pense que les membres statutaire doivent impérativement le relever étant donné que cette province accueillant de nombreuses personnes déplacées et en proie à l’insécurité est sérieusement menacée par l’insécurité alimentaire cause principale de  la malnutrition.

Faso nord info

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *