Lutte contre le covid-19 à Ouahigouya : Le CEFOC prêche le civisme comme moyen de prévention en milieu scolaire

  

Dans le cadre de la mise en œuvre de la phase 2 du programme d’Appui à la décentralisation et à la participation citoyenne( DEPAC) 2   ,  l’association Cercle d’Eudes et de Formation civique (CEFOC) a bénéficié d’un accompagnement du Laboratoire citoyennetés pour l’animation du thème « Civisme et prévention de la covid-19. » Au cours du mois de Juin 2020,CEFOC a fait le tour des établissements post-primaire et secondaire dans la commune de Ouahigouya pour inviter les élèves à cultiver les comportements civiques afin d’empêcher la propagation de la maladie à Coronavirus.

Pour les élèves, ces moments d’échanges avec le CEFOC , permettent d’acquérir des connaissances et de redoubler de vigilance dans le respect des gestes barrières

Sissamba, Somyaga, lycée municipal, CEG de Peela, lycée Yadéga de Ouahigouya, lycée Yamwaya, CEG de Bagrin, ce sont entre autres les établissements dans lesquels CEFOC a fait des animations sur le thème « Civisme et prévention de la Covid-19. » Ce sont les élèves en classe d’examen, notamment ceux des classes de 3ème et de Terminale qui ont été les principaux interlocuteurs de l’équipe de CEFOC. Au lycée municipal de Ouahigouya ce mardi 16 juin 2020, l’ambiance était bon enfant avec les élèves de la classe de TleA4. Le responsable de l’établissement et les chargés d’animation de la vie scolaire ont opéré les différents réglages pour faciliter ce moment d’échanges avec les candidats au 1er diplôme universitaire. Après le mot introductif du président du CEFOC, Rasmané Zoéteyandé pour présenter les objectifs et les missions de sa structure, place a été faite à Ilboudo Raphaël et Grégoire Coulibaly pour développer le thème avec les élèves.

L’historique de la maladie et comment l’éviter

Raphaël Ilboudo s’entretenant avec les élèves de la terminale A4 du lycée municipal sur l’origine , le mode de transmission des gestes barrières

Le facilitateur attitré du jour, Ilboudo Raphaël a fourni tous les détails sur l’origine de la maladie, son historique,son mode de contamination et les gestes barrières à adopter pour éviter sa propagation. Il a aussi insisté sur la dangerosité de la maladie et les ravages qu’elle fait surtout dans les pays d’Europe et d’Amérique. Il précisera qu’aucun médicament n’est disponible pour traiter uniquement ce mal et que par conséquent la seule alternative à adopter,  c’est le respect des gestes barrières à savoir se laver les mains avec du savon,du gel hydro-alcoolique, se soumettre à la distanciation, éviter de se saluer avec les mains, se départir des crachats à l’air libre et le port des bavettes. Sur une question vicieuse de Grégoire Coulibaly demandant si l’apparition de la maladie à coronavirus a engendré rien que des effets négatifs, les élèves ont réagi comme quoi il y a eu aussi un effet positif comme la familiarisation des citoyens au respect des mesures d’hygiène. Certains ont laissé entendre que le ralentissement du trafic routier avec la mise en quarantaine de certaines villes et la suspension temporaire des voyages avec les cars ont eu pour effet de diminuer la pollution atmosphérique. «  Cette initiative du CEFOC est louable parce que non seulement elle nous conforte à ne pas baisser la garde pour éviter une résurgence de la maladie et aussi nous avons acquis des connaissances nous permettant de traiter tout sujet qui viendrait à l’examen portant sur cette maladie » apprécie l’élève Touma Sayouba.

Cultiver la discipline et le civisme

Pour Grégoire Coulibaly, les élèves ont plus intérêt à respecter les gestes barrières afin se donner un environnement propice pour poursuivre leurs études

Le mardi 23 juin 2020, l’équipe du CEFOC s’est déportée au lycée yadéga de Ouahigouya où elle a échangé avec les élèves sur le même thème. En ces lieux également, Grégoire Coulibaly s’est longuement entretenu avec les élèves sur les causes et les conséquences de cette pandémie. Il a fait comprendre aux élèves qu’étant donné qu’ils viennent  de divers horizons pour passer un long moment ensemble pendant les cours, le respect des gestes barrières s’impose rigoureusement à eux. Là où il y a un fort regroupement d’individus estime Grégoire Coulibaly, c’est là-bas que la vigilance dans le respect des gestes barrières doit être de mise. Il explique aux élèves que la maladie continue de faire des victimes,mais chacun gagnerait à se discipliner et d’adopter des comportements civiques afin de poursuivre ses activités. Le monde scolaire selon lui a plus intérêt à s’approprier les gestes barrières, car il est la couche qui a plus besoin d’un environnement serein pour construire son avenir et la nation de demain. Si vous cultivez l’indiscipline et par malheur la courbe de la pandémie remonte martèle Grégoire Coulibaly, le gouvernement sera obligé de reprendre les mesures restrictives et ce n’est pas évident que vous puissiez composer vos examens. « La balle est dans votre camp »  ».

Message bien passé

La réaction des élèves après l’exposé laisse convaincre que le message du CEFOC a été bien assimilé. « A partir de ces échanges nous allons permanemment nous soumettre au respect des gestes barrières. Nous allons nous constituer en groupe et sensibiliser nos camarades élèves et les habitants dans nos différents quartiers.

 » s’engage Abdoul Rahim Guitti de la classe de la 3éB Nématou Ouédraogo embouche la même trompette. «  Merci à CEFOC de nous avoir fourni autant d’informations sur cette nouvelle maladie. Ces connaissances nous servent dans le cadre de nos études et dans notre vie quotidienne. Je veillerai personnellement à ce que mon entourage respecte les gestes barrières » s’engage-t-elle. Faisant le bilan de cette campagne de sensibilisation dans la dizaine d’établissements de la commune de Ouahigouya, le président du CEFOC, Rasmané Zoéteyandé confie que les échanges ont été fructueux avec les élèves. Non seulement insiste-t-il, ils ont prêté une oreille attentive aux différents exposés tout en promettant de porter le message à leurs camarades et à leur entourage.

Adhésion de l’ensemble des acteurs

Les élèves ont suivi avec grand intérêt cette séance animée par le CEFOC

Pour Rasmané Zoéteyandé, cette maladie à coronavirus est venue rappeler toute l’importance du civisme. Il est connu relève-t-il, que c’est en période de grandes difficultés que les gens sont réceptifs aux échanges. CEFOC, engagé à cultiver le civisme en milieu scolaire depuis plusieurs années selon son président ne pouvait donc pas rater cette période de coronavirus pour partager sa raison d’être avec les élèves. Le président du CEFOC a surtout remercié les autorités régionales de l’enseignement post-primaire et secondaire du Nord, les responsables d’établissements, les chargés de la vie scolaire d’avoir permis ces moments d’échanges, de conseils et de partage de connaissances sur la maladie à coronavirus avec le monde scolaire.

Partenariat durable avec le Laboratoire citoyennetés

Le président du CEFOC dit compter toujours sur un partenariat durable avec le laboratoire citoyennetés afin de faire du civisme un réflexe permanent en milieu scolaire

Rasmané Zoéteyandé a réaffirmé sa reconnaissance à l’endroit du Laboratoire citoyennetés qui, à travers la phase 2 du programme d’appui à la décentralisation et à la participation citoyenne a accordé des moyens financiers pour l’animation de cette thématique « Civisme et prévention de la Covid-19 ».Comme pour plaider pour un partenariat permanent avec le Laboratoire citoyennetés dans sa volonté de faire du civisme un réflexe en milieu scolaire et au-delà dans tous les secteurs de la vie,le président du CEFOC fera appel à cette citation de Jean Bruyère comme quoi « Il n’y a guère au monde, un plus excès bel que celui de la reconnaissance »

Inamé K Norbert et Patrik Toula (Stagiaires)

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *