Lycée municipal de Ouahigouya : Une cinquantaine de filles prises de crise d’hystérie  en 48 heures

Une scène inhabituelle s’est  déroulée au Lycée municipal de Ouahigouya les 9 et 10 février 2017. En effet , une cinquantaine de jeunes filles de cet établissement public ont piqué des crises d’hystérie. Dans la  ville de Ouahigouya , plusieurs interprétations sont faites de ce phénomène. Nous avons rencontré le proviseur du  lycée en question, Issa Porgho pour mieux comprendre .

 

Faso-nord.info: Des filles de votre établissement ont piqué des crises et s’évanouissent parfois. Confirmez-vous cette information ?

Issa Porgho ( IP) : Oui, mais ce sont des crises passagères et parfois violentes et communément appelées des crises d’hystérie. Parlant d’évanouissement, ce n’est pas le cas. J’ajoute que ce sont de très jeunes filles  qui sont victimes , certaines des victimes  ont l’âge comprise entre 14 et 18 ans . Elles sont des classes  de la 5e à la 3e.

Faso-nord.info: Qu’est ce qui pourrait expliquer cette situation ?

IP: C’est la question que tout le monde se pose. A l’hôpital, il n’y a pas de confirmation nette de ce mal qui frappe les jeunes adolescentes. Mais, il nous est revenu que ce sont des crises d’adolescence liées à des sécrétions hormonales. J’ajoute que certaines filles se relèvent et retrouvent la conscience peu de  temps après la chute.

Faso-nord.info : Est ce que le lycée a pris des dispositions contre le phénomène ?

IP: Parlant de disposition prise s c’est trop dire. Mais comme on était informé d’autres cas typiques dans d’autres lycée de la ville de Ouahigouya , nous invitons les filles à ne pas s’approcher de celles qui tombent.Le phénomène est plus ou moins contagieux donc  la thèse de l’hystérie n’est pas à écarter. Nous avons les contacts des patents des élèves et nous  n’hésitons pas à prendre attache avec eux en cas de crise.

Faso-nord. Info: Croyez-vous à  la  thèse selon laquelle le lycée est hanté par des génies?

IP: A cette idée de génies, il faut relativiser . C’est un phénomène  courant dans plusieurs lycées comme le lycée Yamwaya, lycée Yadéga et bien d’autres établissements du pays. Lorsqu’on fait une simple analyse, on pourrait avoir les causes exactes de ce phénomène et trouver des solutions. Ce sont uniquement des adolescentes d’âges qui tournent autour de la puberté et c’est déjà des pistes importantes . Ne dramatisons pas  pour dire que ce sont des  génies venus de je ne sais où. Je reste très  sceptique à propos  cette thèse de génies.

Faso-nord. Info: Cette situation perturbe-t-elle les cours?

IP: Je dirai qu’on a  été obligé d’arrêter les cours dans la matinée du vendredi 10 janvier car le nombre était très élevé. Si au premier jour, on n’avait qu’une dizaine,  le lendemain vendredi  aux environs de 8 heures 30 minutes, c’est une  quarantaine de filles qui sont tombées. Il faut savoir, qu’il y a un effet de contagion dans ce phénomène. Lorsqu’une fille pique ses crises, les filles qui sont dans la salle ou à une distance donnée sont  immédiatement atteintes les minutes qui suivent. De ce fait,  nous avons demandé  aux jeunes filles de ne pas s’approcher des victimes sinon  éviter de voir leurs camarades en crise. Le drame est que certaines filles qui tombent manifestent des signes de violence  et si on les laisse seules, elles peuvent se blesser. Il faut préciser que les filles du second cycle ne sont pas atteintes par ces  crises d’hystérie dans notre établissement. S’il y a des cas dans ce cycle, ce sont  les asthmatiques.

Faso-nord.info:  Avez-vous voulu dire quelque chose que nous n’avons pas pu  aborder?

IP: Je tiens à préciser que les informations non fondées sur le phénomène sont à bannir. Parlant de génies nous demandons à la population à plus de responsabilité et de  ne pas dramatiser. Pour les parents d’élèves, nous les informons  que nous avons environ 2000 élèves soit 999 garçons et 941 filles dans 28 salles de classes à gérer quotidiennement. Certains élèves donnent des contacts en cas de besoin, mais parfois nous avons des difficultés à les joindre. J’invite donc chacun à nous  fournir que des contacts de personnes opérationnelles en cas d’urgences. Aux filles, elles doivent restées sereines et ne pas paniquer car cela peut jouer  négativement sur leur rendement scolaire.

 

Faso-nord.info.

 

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *