Mécanisme REDD+ et Changement climatique au Burkina : A2-E outille une quarantaine d’acteurs à Ouahigouya

image_pdfImprimerimage_printImprimer

L’Association pour l’ Education et l’Environnent (A-2E)  a initié un forum sur l’environnement le mardi 18 juin 2019 à Ouahigouya . Venus des régions du nord et du Centre nord, ces acteurs d’Organisations de la Société Civile ont été outillés sur le mécanisme de réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts, (REDD+) et le changement climatique. Ce forum, initié par  A-2E,  s’inscrit dans le cadre de son projet d’appui au renforcement des capacités et des connaissances des acteurs de la société civile et des communautés locales sur le changement climatique et la REDD+ au Burkina Faso. 

 

 

 

 

 

Depuis 2008, l’Association A-2E s’est donnée pour mission d’œuvrer pour  la qualité  éducation  et la  protection de l’environnent. C’est dans cet élan qu’elle a choisi de renforcer les connaissances et les capacités des responsables d’organisations de la société civile des régions du Nord et du Centre-nord sur les enjeux du changement climatique et le mécanisme REDD+ du Burkina Faso  en organisant ce forum dans la région du Nord. Selon son coordonnateur national,   Mamoudou Ouédraogo, un grand nombre d’OSC  ne maîtrisent pas les différents contours de la REDD+ du Burkina Faso et du changement climatique. Alors que les opportunités sont nombreuses dans ce secteur  en termes d’activités . Pour cela, il faut donc être informé pour mieux agir d’où l’initiative de cette rencontre d’échanges.

 Dans son allocution, le Coordonnateur National a insisté sur la nécessité pour les OSC de travailler en synergie d’où l’idée de réseautage. Il a confié que si A-2E a bénéficié de ce financement, c’est  grâce à son réseau de partenariat qui lui a  permis d’avoir l’information sur cet appel à projet qui concernait plusieurs pays d’Afrique. Et de se féliciter  d’avoir intégrer  le pays des hommes intègres  parmi  les 18 associations africaines bénéficiaires de cet appui. C’est ainsi qu’il a  invité les acteurs des OSC intervenant dans les domaines du changement climatique  où de la REDD+ à s’enregistrer auprès de A-2E a afin  de se  faire enregistrer  sur  la cartographie des OSC.

La plantation des arbres, une œuvre très utile

Revenant à la protection de l’environnement,  il a indiqué qu’il est impératif pour tout être humain d’y contribuer en adoptant des comportements écocitoyens . Unique condition  pour éviter  que la planète terre soit invivable. L’efficacité dans les actions se convainc Mamoudou Ouédraogo passe par la formation et l’information . «  Parlant de la production des gaz à effet de serre, la réduction peut se faire par plantation des arbres. Ces forets favoriseront donc  la séquestration de ses gaz toxiques. Il y’a le fonds de Carbon Forestier qui, dans les années  à  venir sera profitable en terme de compensation pour ceux qui planteront plus. Il faut que chacun se tourne vers la plantation et la protection des  arbres car c’est une œuvre d’utilité inestimable » a fait savoir Mamoudou Ouédraogo.

20 % de ces gaz sont attribués aux émissions résultant de la déforestation et de la dégradation des forêts tropicales 

Procédant à l’ouverture de ce forum, la représentante du  gouverneur de la région du Nord,  Salimata Dabal , s’est fortement réjouie de voir une OSC qui cultive  la  solidarité avec les OSC sœurs mais aussi en les orientant   vers les bonnes pistes. « De nos jours, la lutte contre le changement climatique et la gestion de ses impacts sont parmi les défis auxquels nous sommes confrontés. La  planète connaît une hausse de température suite à une augmentation de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Près de 20 % de ces gaz sont attribués aux émissions résultant de la déforestation et de la dégradation des forêts tropicales » a souligné la  Secrétaire générale  la Région du Nord.

Elle a donc invité les acteurs a bien s’imprégner des thématiques de ce forum. Ce forum a connu une forte adhésion des participants.  Alimata Zida de l’APEDR Passoré et  Soré Balguissa de Kaya, dans le centre nord disent répartir avec des motifs de satisfaction . Elles couvrent d’éloges  A-2E  pour son engagement à faire profiter les activités de cette phase pilote de ce projet à plusieurs autres associations. Ce qui prend fin en octobre 2019 a été financé par l’Alliance Panafricaine pour la Justice Climatique (PACJA) dans le cadre du Programme de Renforcement de Capacités sur le projet REDD+ du Fonds de Partenariat pour le Carbone Forestier (FCPF) de la Banque Mondiale .

 

 

 

Faso-nord.info                                     

 

 

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *