Modernisation de l’agriculture : Le PIRA-BF pour renforcer la résilience des populations vulnérables et des personnes déplacées.

Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro agricoles, Salifou Ouédraogo   a donné le samedi 18 juillet 2020, le top de départ des activités    du  « Projet d’irrigation localisée et de résilience agricole au Burkina Faso). Le dit projet dont le lancement a été effectué à Ouahigouya est financé par le bureau de la coopération Autrichienne au Burkina Faso

Photo de famille avec bénéficiaires et autorités

« Le PIRA-BF est un projet qui fait suite au précédent Projet de Promotion de l’Irrigation Goutte à goutte(PPIG) exécuté sur la période 2015-2019 avec l’appui technique et financier de la Coopération Autrichienne dans les régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre-Ouest, des Hauts-Bassins et du Nord. C’est au regard des performances appréciables enregistrées par le PPIG et des importants acquis obtenus sur le terrain que la Coopération Autrichienne a bien voulu répondre favorablement à la requête qui lui a été soumise pour consolider les acquis obtenus et répondre aux sollicitations des producteurs et productrices agricoles», précise le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles , Salifou Ouédraogo.

1, 5 milliards à investir

Salifou Ouédraogo , ministre de l’Agriculture

A en croire au ministre de l’agriculture, environ 2.000 personnes dont 500 personnes déplacées internes bénéficieront des appuis directs du projet. Le  coût global du projet est   de 1,5 milliard de francs CFA dont 1,3 milliard assuré par la coopération Autrichienne sous forme de subvention et de 200 millions francs CFA de la part de l’Etat burkinabè. Afin de créer des conditions de durabilité dans le contexte d’insécurité, plus de 200 artisans   locaux et des animateurs endogènes (hommes et femmes)  verront leurs capacités se renforcer pour assurer le service d’appui-conseil. Dans la même lancée, le projet a prévu l’aménagement de 50 hectares de périmètre maraîchers munis de forage équipés en système de pompage solaire ; 600 systèmes d’irrigation goutte à goutte la subvention de 50 micro-projets, le renforcement de la capacité technique, organisationnelle et managériales des acteurs de la chaîne de valeur.

Un revenu de 2 milliard FCFA  attendu

Des tracteurs pour mieux booster la production

 Comme attente à l’égard des bénéficiaires, selon le ministre, accroitre  la production à 6.000 tonnes de produits maraichers, dont le revenu s’élèvera à 2 milliards de francs CFA. Ce projet ambitionne augmenter le niveau d’accès  des femmes à l’irrigation et l’amélioration des  moyens d’existence des personnes déplacées internes. Des   groupements de productions entre autres  Songtaaba de Séguénéga ; Wend-Panga de Ouahigouya Ninb-la-Naam de Oula ; Téga-Wendé de Nanoro et Nabonswendé de Gourcy, qui, ont tour à tour reçu leurs tracteurs des mains des différentes autorités qui ont pris part à la dite cérémonie. Les bénéficiaires sont repartis également avec des intrants composé de 50 tonnes de Burkina phosphate , deux tonnes d’activeurs compost ,7 tonnes de semences de niébé ,de tomates et d’oignons , 201 motopompes , le tout estimé à 200 millions CFA .

5 tracteurs pour accélérer la mécanisation agricole

Le roi du Yatenga a procédé à une remise de clé lors de cette cérémonie de lancement du PIRA BF

Dans le cadre de la réponse urgente à la crise sanitaire actuelle et de la crise alimentaire, le ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricole a obtenu de la part de la coopération Autrichienne, un accord pour l’acquisition à titre exceptionnel des équipements motorisés et d’intrants agricoles au profit des agriculteurs et agricultrices vulnérables et des personnes déplacées internes. Tout sourire, le  ministre Salifou Ouédraogo annonce qu’  avec l’accord de la coopération Autrichienne qui est notre partenaire technique et financier,nous avons pu acquérir 5 tracteurs qui rentrent dans le cadre de la vision du président du Faso consistant  à l’accélération de  la mécanisation agricole. Et de poursuivre d’un ton rassurant   «  Ce projet va plus toucher les jeunes, les femmes et les personnes déplacées internes. Alors, j’invite les bénéficiaires à en faire bon usage afin que ces tracteurs puissent être utilisés dans la durabilité et que le remboursement puisse permettre d’acheter d’autres tracteurs au profit d’autres personnes »

Des personnes vulnérables et les déplacés en première ligne

Satisfait de ce qui est déjà fait, la coopération autrichienne garde les liens de confiance

 Le chargé de programme développement rural au bureau de la coopération Autrichienne, Yves Delisle abonde dans le même sens que le ministre Salifou Ouédraogo soutenant  que  ce projet prend en compte de manière spécifique les préoccupations des femmes  dans les filières maraîchères et fruitières. Il explique que   le PIRA-BF au moment de sa formulation a connu une situation inattendue, notamment   la crise sanitaire et sécuritaire. Donc, la prise en charge des personnes vulnérables et des personnes déplacées internes étaient nécessaires.  En effet, un réaménagement du budget a été opéré pour renforcer la résilience de cette couche vulnérable. Le chargé de programme se dit fier de la coopération Burkina-Autriche « Le chef de bureau de la coopération  Autrichienne me charge de vous réitérez sa satisfaction quant aux résultats du PPIG et par ma voix, je vous transmets ses vives félicitations. Nous avons toujours répondu aux sollicitations du gouvernement burkinabè. Cette coopération date des années 60. Monsieur le ministre, nous comptons sur vous et vos agents pour accroître les performances dans le cadre de ce projet. Quant aux bénéficiaires, nous gardons la même confiance pour prouver à travers les résultats que vous  méritez notre confiance. Je leur prie d’écouter les conseils des techniciens qui vont leur accompagner pour une meilleure gestion de ses engins »

Des producteurs bien fiers

Les groupements présents à la cérémonie

Le représentant de la coopérative Nong-Taaba de Séguénéga, AdamaBélèm, laisse éclater sa joie soulignant que   ce tracteur vient à point nommé et constitue un ouf de soulagement pour le monde paysan.« Avec cet engin, c’est une épine de moins. Actuellement, pour accroître son rendement il faut moderniser son agriculture, malheureusement les moyens nous faisaient défaut. Auparavant, notre coopérative exploitait seulement 10 à 15 hectares, par le biais de cette machine et ses accessoires, nous pouvons emblaver à 40 ou 50 hectares. La méthode de subvention instituée par le ministère de l’Agriculture est salutaire. Nous allons prendre soins de ce tracteur avec l’appui des techniciens. Dans 2 ou 3 ans nous pourront rembourser cette somme afin que ça serve à d’autres personnes » apprécie Adama Belem, la voie pleine d’émotion

Faso nord info

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *