Mois de carême musulman : forte Chaleur, baisse des chiffres d’affaire

Depuis le 13 avril 2021, la communauté musulmane du Burkina-Faso, à l’instar des autres pays du monde, observe le jeûne et ce durant un mois. Nous avons promené notre micro dans la ville de Ouahigouya pour recueillir les avis des citoyens par rapport à leur quotidien en ce mois de pénitence marqué par des vagues de chaleur et de la flambée des prix de certains produits de grande consommation. Lisez plutôt !

Abdoul Kader KINDO, boutiquier au secteur 11(Ouffré) : 

« cette année le carême a coïncidé avec la période de la chaleur intense. Si Dieu nous gratifiait d’une pluie ces temps-ci, cela pouvait soulager un tant soit peu les sensations de chaleur. En tous les cas pour concilier carême et chaleur, chacun a son astuce. Certains s’abritent à l’ombre des arbres ou des hangars, d’autres sont obligés de mouiller à tout moment le corps et les vêtements en vue d’éviter une forte déshydratation. Pendant ce mois de carême, les marchandises sortent très peu parce que les gens économisent pour pouvoir bien fêter. Nous prions Dieu pour que la sécurité revienne dans notre pays car cela conditionne la réussite de nos activités. »

Wendpouiré Hamado OUEDRAOGO, habitant du secteur1 : 

« ces derniers temps nous avons constaté un regain de chaleur dans la ville de Ouahigouya. Cette situation complique davantage le carême. Ce n’est la faute à personne car cela est lié  au climat de notre pays.  Nous demandons par contre aux autorités du pays à veiller sur le prix de certains produits comme le sucre, l’huile, le riz, le lait. A défaut d’une diminution que leur prix n’augmente pas sur la place du marché car généralement, c’est en cette période que certains commerçants profitent augmenter les prix des denrées. Par rapport à la situation sécuritaire que traverse notre pays, nous demandons à Allah d’unir les cœurs de tous les Burkinabè pour que le pays des hommes intègres renoue avec la paix, l’entraide et la compréhension mutuelle. »

Kalizèta OUEDRAOGO, commerçante à la gare routière :

« Depuis le début du jeûne, nous assistons à une chaleur sans précédent. Nos activités de commerce aussi fonctionnent au ralenti. Nous continuons à sortir parce qu’on ne peut pas rester à la maison sinon c’est compliqué. Pour nous protéger contre le soleil, nous sommes constamment à l’ombre ou on s’asperge la tête avec de l’eau fraîche de temps en temps. Nos vœux sont que d’ici là nous ayons de la pluie pour que le climat devienne plus clément afin que nous puissions terminer le mois en paix. »

Fatimata OUEDRAOGO, coiffeuse devant la direction régionale du sport :

« En tant que fidèle musulmane, j’observe le carême depuis le premier jour jusqu’ aujourd’hui. Il faut avouer que non seulement la chaleur bat son plein mais aussi mon métier de coiffeuse ne marche pas comme auparavant. C’est certainement dû au jeûne, période pendant laquelle les femmes se déplacent très peu et beaucoup d’entre elles préfèrent ne pas trop charger leur tête avec des mèches. Pour me prémunir de la chaleur qui souffle du matin au soir, je suis obligée de tremper mon foulard dans de l’eau fraîche pour atténuer la déshydratation. Qu’Allah nous fasse miséricorde et nous aide à pouvoir jeûner jusqu’au dernier jour et profiter de tous les bienfaits de ce mois béni. » 

Propos recueillis par Inamé K Norbert

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *