Mouvement SENS à Ouahigouya :S’inspirer du courage de Thomas Sankara, de la détermination de Che Guevara, de l’exemple de Yacouba Sawadogo

Mouvement politique dont la naissance a été officiellement annoncée    le 04 aout 2020, Servir et Non se Servir a lancé    ses activités   à Ouahigouya,   capitale de la région du Nord, le samedi 05 septembre 2020.

Le cinéaste Rasmané Ouédraogo , parrain de la cérémonie de lancement du Mouvement Sens à Ouahigouya , il avait à ses cotés le coordonnateur national du mouvement, Me Guy Hervé Kam et quelques responsables de la coordination provinciale

« Faire du Burkina Faso, une nation démocratique et prospère avec des femmes et des hommes intègres et  patriotes, engagés dans la construction des Etats-Unis d’Afrique » c’est la vision de ce mouvement Servir et Non  se Servir (SENS)  dont la coordination provinciale du Yatenga, portée par des jeunes s’engagent à s’en servir pour imprimer une autre manière de faire la politique. Pour le responsable  provinciale  chargé de la jeunesse Panentigri Boukary, il n’est plus question que les jeunes  se laissent  téléguider et manipuler par des politiciens professionnels qui n’ont pour  ambition,  leurs intérêts personnels.

Le responsable en charge de la jeunesse au sein de la coordination provinciale de SENS à Ouahigouya invite ses camarades à une révolte dans les urnes pour le choix de représentants qui veulent servir et non se servir

« Ce mouvement politique créé  par des jeunes, animer par des jeunes, nous donne l’opportunité de nous engager fermement pour amorcer une réelle politique transformatrice de valeurs sociales aux antipodes de la politique de la réussite à la courte échelle et des intérêts personnels » a soutenu le chargé des jeunes.

                            L’heure est grave

Il a relevé l’incapacité des dirigeants à faire de la capitale de la région du Nord, une cité prospère. Pire enfonce –t-il, Ouahigouya s’enlise dans l’insalubrité avec une population qui manque d’une structure sanitaire digne de ce nom pour se soigner. «  Ouahigouya, ville poubelle », « Centre hospitalier régional de Ouahigouya, un mouroir » «   Nous avons soif »  a- t-il  dénoncé. « L’heure est grave, la situation est révoltante » a –t-il averti  avant d’inviter  ses camarades à ne pas se résigner.

«   Cette cérémonie  marquant le lancement  des activités du Mouvement symbolise la prise en main de notre destin. C’est un moment solennel traduisant notre adhésion à une rupture transformatrice  face à   un ancien système politique qui a nous a relégué au rang de désœuvrés .Si nous jeunes, souhaitons avoir un jeu politique plus sain, fondé sur nos besoins et nos préoccupations, il est impératif que nous devenons acteurs et actrices afin de façonner le jeu politique que nous souhaitons. Nous jeunes, constituons une force potentielle, une force démographique dont l’engagement impactera surement sur la marche des affaires publiques » a-t-il signifié.

                          Se révolter à travers les urnes

Au Yatenga , les militants sont engagés pour le combat d’un changement et d’une autre maniére de faire la politique avec le mouvement SENS

 Il termine son discours par un message fort  « Chers jeunes, mettons tout notre enthousiasme dans le Mouvement Sens pour  redonner à la politique ses lettres de noblesse, la politique  basée sur la justice sociale et l’équité .Révoltons nous à travers les urnes pour le choix de dignes représentants  soucieux de servir au lieu de se   servir. »

Droit dans ses bottes, d’une voix limpide    et convaincante, la coordinatrice provinciale   en  charge de la mobilisation des femmes, Sibila Samiratou Sawadogo, étudiante ,  a enflammé la salle par un discours qui traduit l’engagement d’une gent féminine  jeune  , dynamique ,  réfléchie  , prête  à porter « SENS »  à bout de bras et à vulgariser ses idéaux et ses valeurs . Elle soutient que la création de SENS  et les valeurs qu’il partage a  suscité un réel espoir et engouement au sein de la jeunesse.

        Courage de Sankara, détermination de Che Guevara

Avec une voix percutante et convaincante , la chargée de la mobilisation féminine au sein de la coordination provinciale a invité ses camarades à s’inspirer du courage de Thomas Sankara , de la détermination de Che Guevara et prévient Me Guy Hervé Kam , le coordonnateur national qu’il n’ a pas droit à l’erreur

Et de  s’adresser au   coordonnateur national Me Guy Hervé Kam pour l’avertir  qu’il   n’a pas droit à l’erreur. Malgré qu’elle  ait   perdu sa moto, 3 jours avant, pendant qu’elle était sur le terrain de la mobilisation pour le lancement du Mouvement, elle chante     n’avoir  point cédé au découragement. Elle se fait couvrir d’applaudissements  en invitant  les adeptes de son organisation politique   à   s’inspirer du courage de Thomas Sankara et de la détermination de Che Guevara dans le combat engagé   pour  un réel changement au pays des hommes intègres. Un habit Faso Dan bien taillé sur le corps   sur un pantalon noir, le coordonnateur Provincial du Mouvement SENS,   Amadé Porgo a affiché devant le micro une sérénité qui cache mal sa joie d’avoir réussi le parti de la mobilisation  à  cette cérémonie de lancement.

                     Point de discours, il faut agir

Pour lui, fini le temps des discours, il faut agir. A travers cette activité, martèle le coordonnateur provincial,   la  population du Yatenga et sa jeunesse en particulier prennent  date avec l’histoire pour exprimer  leur volonté de rompre avec la politique de la mal gouvernance,  du  pillage des ressources  et de la poursuite des   intérêts personnels.

Le coordonnateur provincial du mouvement SENS, Amadé Porgho à Ouahigouya prévient qu’ils sont prêts à aller jusqu’au sacrifice suprême pour mettre fin à la mal gouvernance et au pillage des ressources du pays

 La coordination du Yatenga rassure son premier responsable  ne ménagera  aucun effort pour faire de SENS, une force de changement. «  Nous irons jusqu’au sacrifice suprême s’il le faut » a déclaré Amadé Porgo.  Invité d’honneur de cette cérémonie de lancement, le lauréat du  prix Nobel alternatif 2018   , l’homme qui a érigé de ses propres une forêt  sur une superficie d’environ 20 ha, le vieux Yacouba Sawadogo  a vu  la reconnaissance de sa gigantesque œuvre  par Me Guy Kam et ses partisans .  

              Le Mouvement SENS à l’image de Yacouba Sawadogo

 «  Aujourd’hui  à titre personnel, je suis heureux.  C’est l’un des plus grands jours de ma vie.  Grâce aux camarades du Yatenga, je rencontre un homme qui,  parmi nos contemporains est pour moi le plus grand des burkinabé, un  foyer humain  .

Me Guy Hervé Kam , Coordonnateur national de SENS tout en encensant , Yacouba Sawadogo pour son combat pour la protection de l’environnement souligne que la vision de Sens se résume à l’exemple de ce fou de travail ! Se mettre au service de sa communauté , s’engager pour la bonne cause

Le doyen Yacouba Sawadogo, représente tout ce que nous devons faire.  Si nous voulons réussir, nous devons croire en notre capacité de changer les  choses. Nous devons vouloir changer les choses » a argumenté  Me Guy Hervé Kam.   Il  résume l’idéal du mouvement   SENS  à l’exemple de Yacouba Sawadogo,  c’est-à-dire, travailler  pour sa communauté, mettre toutes ses forces au service de la bonne cause.

Pour le coordonnateur national, SENS est parti pour gagner le combat avec la jeunesse autour des valeurs de justice , de solidarité , d’equité et de bienvaillance

Au regard de la forte mobilisation à ce lancement de SENS  de Ouahigouya , Me Guy Kam se montre confiant  quant à la capacité de cette jeunesse agissante à  prendre son destin en main et à  réussir le parti de la transformation sociale autour des valeurs de justice, de solidarité, d’équité, de bienveillance .

                    Conseils d’un acteur et observateur averti

Installé au milieu des membres du présidium , le cinéaste Rasmané Ouédraogo a prodigué des conseils tout en galvanisant les jeunes

Sereinement assis au présidium, à côté du coordonnateur national  et des jeunes de la coordination provinciale , la soixantaine bien sonnée , Rasmané Ouédraogo , cinéaste , réalisateur ,comédien, parrain de la cérémonie du jour   a illuminé l’assistance par la sagesse , la pertinence , la franchise de ses propos  . Il relève d’entrée jeu  que la grosse pluie qui s’est abattue sur la ville de Ouahigouya ce matin du samedi 05 septembre donne le signal d’une bonne germination, d’une belle éclosion, d’un meilleur  développement et d’une production quantitative et qualitative de la graine semée par le mouvement SENS. « La confiance que les jeunes ont placé  à ce mouvement  confirme la justesse de sa vision   » mentionne –t-il  

                     Organisation, combativité, retenue

Vous m’offrez au soir de ma vie , l’occasion d’être en adéquation avec ma profonde conviction : celle de servir et non se servir a martelé , le cinéaste et comédien bien connu, Rasmané Ouédraogo

Pour un meilleur écho   et plus d’adhésion aux valeurs prônées  par  SENS, Rasmané Ouédraogo conseille aux jeunes, le sens de l’organisation,  de    la combativité et de  la retenue face aux provocations. Il a insisté sur la    nécessité de véhiculer un discours courtois, véridique et   rassembleur pour marquer une rupture avec les anciennes pratiques. Plus qu’un parrain, il dit adhéré  fermement à la vision du mouvement SENS. Acteur et observateur bien averti de la vie politique depuis plusieurs années, Raso où Ladji comme l’appelle affectueusement les cinéphiles affirme  sans sourciller  que la démarche entamée par  SENS  est la  meilleure   pour construire le Burkina nouveau, tant réclamé par la majorité des citoyens de ce pays.

L’ensemble des têtes pensantes du mouvement SENS affiche admiration et reconnaissance à Yacouba Sawadogo , lauréat du prix Nobel alternatif 2010, le sexagénaire Yacouba Sawadogo pour son exemple d’abnégation au travail et son don de soi pour la bonne cause

Comme pour  traduire sa  vision    de se servir  d’une ressource humaine de qualité  pour exister et gagner le noble combat, il a été remis aux représentants des différentes communes de la région du Nord des arbres, principalement l’espace baobab à planter dans chaque localité. Avant  le lancement, les responsables de SENS ont organisé au cours de la soirée du vendredi 04 septembre 2020, une formation sur le leadership au bénéfice d’une centaine de jeunes filles et de femmes.

Faso nord info

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *