Napoussoum 2021 à Gourcy : Communion, sensibilisation, appel à la cohésion

La fête de Napoussoum 2021 de Naaba Baongo de Gourcy (Salutations du chef autrement dit présentement de vœux au chef) s’est tenue le samedi 27 février 2021.  Visites du musée de feu Birgui Julien Ouédraogo, conférence publique, passages de plusieurs entités de la société pour témoigner leurs respects au chef, le clou de la cérémonie a été le rassemblement à la devanture du palais royal aux environs de 16H. Autorités administratives régionales et provinciales, fils et filles ressortissants de Gourcy et les habitants des différents villages sous l’autorité du chef étaient au rendez-vous.

Le Naaba Baongo de Gourcy fait de la cohésion et de l’union des fils du Zondoma son combat quotidien

Fidèle à son engagement depuis son installation sur le trône de la chefferie de Gourcy de travailler à rassembler la communauté autour des valeurs de la paix et de la cohésion sociale, le Naaba -Baongo de Gourcy, allie chaque année, les festivités de Napoussoum à un moment de réflexion et de partage. Cette année, le thème de la célébration    « Jeunesse, tradition et cohésion sociale » a fait l’objet d’une conférence publique . Les invités à cette conférence au cours de la matinée du samedi 27 février ont beaucoup appris de la communication donnée par l’ancien Haut-commissaire de la province du Zondoma, et ancien gouverneur de la région du Nord, Hassane Sawadogo. Le communicateur a indiqué aux jeunes, le rôle qu’ils doivent jouer dans la société, les relations qu’ils doivent entretenir vis-à-vis des coutumes, les mécanismes de résolution des conflits et de maintien de la paix, leur participation à la promotion du développement durable. 

Ballets incessants d’invité chez le chef

Le décor du palais royal de Gourcy à cette journée du samedi 27 février 2021 laisse deviner l’importance de l’événement du jour

Devant le palais royal, aux premières heures de la journée, le dispositif mis en place renseignait fortement sur l’importance et la particularité du jour.  Habillé dans une belle tenue Faso -Dan fani, bien brodée, le Naaba de Gourcy bien installé sur son fauteuil recevait un parterre d’invités de différentes couches sociales.

Des ministres du roi du Yatenga sont tenus témoigner le soutien du roi du Yatenga au chef de Gourcy . Ils lui ont aussi couvert de bénédictions

On apercevra aux environs de 10h30, des missionnaires du roi du Yatenga Naaba Kiba parmi lesquels le Rassamb-Naaba venus témoigner leurs reconnaissances, leur soutien et leurs bénédictions à celui considéré dans la tradition comme chef de guerre du guide suprême du   Yatenga

                   Evénement d’une importance capitale

 Autres invités de marque, l’enseignant à l’Université Joseph Ki Zerbo, le Docteur Moumini Sawadogo venus avec des étudiants et des chercheurs. Ces derniers œuvrant dans le domaine de la promotion de la culture se sont sentis le devoir de venir témoigner leur solidarité au chef de Gourcy, connu pour être le précurseur de l’Association « Racines », une structure multipliant les activités de valorisation du patrimoine culturel burkinabé.

Eléves et étudiants ont défilé chez le chef pour lui témoigner leurs respects et s’approprier le sens du Napoussoum

« Le Napoussoum est une cérémonie coutumière d’une grande valeur à valoriser. Merci au chef de Gourcy de mettre du sien pour le perpétuer dans l’intérêt de la tradition et de la nouvelle génération » a laissé entendre, l’enseignant du supérieur, Moumini Sawadogo. 

Les autorités politiques également

Tête d’affiche du CDP au Zondoma , Catherine Ouédraogo est venue témoigner sa solidarité à son frère

Les hommes politiques n’étaient pas en reste à ce jour de randonnée au palais royal de Gourcy. Catherine Ouédraogo du Congrès pour la démocratie et le Progrès (CDP) et des camarades du parti y ont fait un tour. Pour cette amazone de l’ancien parti au pouvoir, s’affichant membre de la famille royale, elle ne pouvait rater cette occasion de venir galvaniser son frère dans son combat de faire en sorte que Gourcy s’appuie sur son passé pour construire son avenir. « Il a toujours prêché pour la solidarité, la cohésion des fils et filles de Gourcy et il est de notre devoir de le soutenir dans cette noble mission » a déclaré Catherine Ouédraogo.

Le député Soumaila Ouédraogo élu sous la bannière du mouvement du peuple et du progrès a mis les petits plats dans les grands pour entretenir les convives

Membre de la famille royale également, le député élu sous la bannière du MPP, Soumaila Ouédraogo n’a pas voulu se faire conter l’évènement. Il est venu traduire ses respects et sa solidarité au dignitaire du palais royal.   

                              Touche des Wemba

Une autre visite qui a retenu l’attention, celle des « Wemba » des filles de la famille mariées , qui viennent pour la circonstance apporter leur touche à la fête. Les cadeaux qu’elles ont apportés sont de diverses natures :  pomme de terre, des oignons etc. Écocitoyen bon teint, le Naaba de Gourcy entretient depuis de longues années un bosquet au coté du palais, regorgeant divers types d’animaux. De nombreux visiteurs y ont fait un détour dans ce cadre arborisé pour découvrir les espèces qui y vivent.  Jusqu’à 14 heures, les invités multipliaient les aller-retours au palais royal.

élu député , le fils ainé du fils de Gourcy , pascal Ouédraogo est venu avec ses collègues de la mine rivestone Karama pour faire honneur au chef .

Autour de 14 heures 30 mn, l’ambiance montait d’un grand au   lieu du grand rassemblement. Des gens venaient de toutes les routes menant à la devanture de la cour royale pour le grand -rendez-vous du soir.

Le gouverneur de la région du Nord et sa suite

Alors que la foule grossissait, aux environs de 16 heures arrivent le gouverneur de la région du Nord, Justin Somé et sa délégation. Y étaient également de la partie, Mme le Haut-commissaire de la province du Zondoma et des directeurs et chefs de service. Les officiels à peine installés qu’Azéta Ouédraogo, la cantatrice bien connue tient en haleine le public avec sa voix suave, perçante et captivante. Les cavaliers mettent leurs chevaux en branle pour une partie de course. Les chevaux savamment dressés, ceux qui les dirigent, multiplient les acrobaties au grand bonheur des spectateurs qui applaudissaient.

Les cavaliers étaient de la partie

Le roi sort de son palais

A 16h30 mn, les coups de fusils retentissent continuellement durant quelques minutes. L’odeur de la poudre se répand partout.  Naaba Baongo de Gourcy sort après que son fauteuil ait été transporté par un véhicule 4+4 et déposé à la petite porte d’entrée de palais. A sa sortie, les fusiliers se font entendre de fort belle manière.

Les cavaliers ont regalé le public par la maitrise du dressage de leurs chevaux

Le spectacle offert pas les cavaliers et les troupes de danses traditionnelles est suspendu   provisoirement. Place à la remise des cadeaux par les chefs des villages sous l’autorité de la vedette du jour.

                         Samo, gourmantché, bissa s’invitent

Sorti son palais pour s’adresser au public , le chef a reçu des invités pas comme les autres , les samo , gourmantché et bissa venus apporter leur touche d’ambiance à la fête

 Autre pan de la culture burkinabé, la parenté à plaisanterie s’est magnifiée sur les lieux. Samo, bissa ,gourmantché s’invitent, apportant leur dose d’ambiance. Au nombre de 7, ils font une irruption spectaculaire avec un bidon de bière de mil et de la cola. Chez eux, c’est le donnant -donnant. Pas question de remettre leurs présents avant que le chef ne fasse un geste à leur endroit. Le porte-parole du chef leur tend 500 francs CFA. Ses interlocuteurs jugeant la somme insignifiante refusent de prendre. Finalement, il a fallu que Naaba -Baongo débourse un billet plus consistant avant de recevoir son cadeau.

                    Le chef s’adresse à l’assistance

La mobilisation était celle des grands jours devant le palais du chef de Gourcy

A la suite des remises des cadeaux, place au message du chef. IL a remercié les autorités administratives, les politiques, la délégation du roi du Yatenga, les habitants de la ville de Gourcy et des différents villages et ceux venus d’autres horizons. Il a ensuite loué Dieu pour sa bienveillance à l’endroit de la population de gourcy et du Burkina.  A l’ensemble de ses invités, le Naaba Baongo leur a réitéré ses vœux de santé, de longévité, de cohésion sociale et de paix.

                             Union sacrée

Après son message , le chef est reparti pour quelques minutes à l’interieur de son palais avant de ressortir danser le Namaoré avec le public

 Il a longuement insisté sur la nécessité d’une union sacrée des fils et filles de la province du Zondoma pour relever les défis concourant à son développement. Après son speech, comme le veut la tradition, le chef est reparti à l’intérieur du palais pour ressortir une quinzaine de minutes après. Un temps de communion avec la foule avec qui le garant des traditions et des coutumes de la cité de Naba Yadéga a esquissé des pas de danses. Une danse dénommée le Namaoré , comme le fait remarquer les plus avertis sur les questions de la tradition

                 Se retrouver en jambes l’année prochaine

journée chargée que fut celle du samedi 27 février 2021 pour le chef de Gourcy

Au même moment, les cavaliers qui assuraient le spectacle passaient à tour de rôle devant une commission composée de quelques sages pour prendre des épis de mil, comme pour compenser les efforts fournis par les chevaux. Alors que le soleil file allégrement vers son coucher, les invités de marque se séparent de leur hôte avec l’espoir de se retrouver bien en jambes l’année prochaine au même endroit pour le même évènement. Pendant que les véhicules des partants dégagent un nuage de poussière, les troupes musicales   redoublent de chansons et de battements des instruments pour égayer cette partie de la population qui y restera jusqu’à tard dans la nuit.

                                                                                              Inoussa Ouédraogo

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *